« 125.000 gorilles dans une zone à risques »

Publié le par sceptix


Un Gorille des plaines de l'ouest (Gorilla gorilla gorilla). © Thomas Stromberg CC by-nc-sa


En 2008, le monde scientifique découvrait avec stupéfaction une population de 125.000 gorilles dans le bassin du Congo. Un an plus tard, on réalise que cette population est menacée. La primatologue Emmanuelle Grundmann revient pour Futura-Sciences sur cette découverte et sur l'avenir des gorilles.

La surprise fut à peu près totale quand la Wildlife Conservation Society annonça en août 2008 la découverte d'une population de 125.000 gorilles dans le bassin du Congo, au nord du pays. Une telle densité et un tel effectif n’avaient jamais été imaginés et cela a valu à cette région le surnom de Mother lode, en français filon. Un an plus tard, l’attention est retombée et cette population est menacée. Emmanuelle Grundmann, que Futura-Sciences avait invitée pour la Fête de la science, réagit à cette découverte.

Futura-Sciences : Emmanuelle Grundmann, comment une telle découverte a-t-elle été possible ? Les brumes étaient-elle si épaisses que personne n'avait vu ces animaux ?

Emmanuelle Grundmann : On se situe dans les forêts denses du bassin du Congo, en République du Congo, dans une zone très peu explorée. Les forêts sont denses, souvent marécageuses donc encore peu exploitées. Là, point de brume comme dans les montagnes des Virungas mais un inextricable entrelacs végétal, une vraie forêt dense. Or, non seulement il est difficile de pénétrer ces forêts, mais de plus, les animaux y sont très facilement invisibles. Et les gorilles sont des créatures assez farouches d’autant plus qu’elles sont chassées.

La découverte a été possible grâce aux nouveaux moyens technologiques, GPS entre autres et ici, surtout, à une importante équipe d’une centaine de personnes qui ont quadrillé cette zone de forêt pendant des mois. Depuis l’expédition du mégatransect du biologiste Mike Fay, du WCS (expédition qui a fait l’objet notamment d’un grand reportage dans National Geographic US), les scientifiques soupçonnaient l’existence de ces populations de gorilles mais n’imaginaient pas qu’elles puissent être aussi nombreuses(...)

La suite : Futura-Sciences
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article