OGM : LA POPULACE COMPTE POUR DU BEURRE (GM)

Publié le par sceptix



Retour sur le feuilleton OGM :
NKM est invitée sur BFMTV pour faire la promotion du texte final. Quand Jean-Jacques Bourdin pose la bonne question : "Pouvez-vous me garantir qu'avec votre loi (ndlr : le texte final, sans l'amendement Chassaigne), je pourrais manger sans OGM ?"

NKM répond : "Ce texte, il est vraiment bien..."

Pas satisfait de cette "non-réponse", J.J. Bourdin repose sa question :

NKM : "Ce texte, il est vraiment bien, mais dans le cadre de la directive européenne 2001-18." Elle a ensuite le courage d'expliquer - à mots couverts et choisis - que ladite directive permet aux distributeurs de vendre des produits contenant des OGM sans le mentionner sur l'étiquetage. En réalité, la directive IMPOSE aux états-membres cette "liberté" laissée aux distributeurs de faire manger des OGM sans qu'ils ne le sachent à ceux qui n'en veulent pas.

Interrogée sur le "formidable lobbying" qu'auraient subi les parlementaires français elle botte très adroitement en touche :

"Le lobbying pose plus de problèmes à Bruxelles, parce qu'il s'exerce en amont, sur les directives". Là, on ne peut que lui donner raison : comme les députés français sont réduits à avaliser les textes européens, les lobbys seraient bien dépensiers de les corrompre massivement, puisqu'ils ne servent plus à rien ! En bons gestionnaires, ils concentrent leurs efforts sur l'omnipotente Commission européenne !

La preuve par 14

Le plus intéressant est parfois dans les détails. Par exemple, la désormais très populaire NKM place maintenant tous ses espoirs dans un décompte des pays européens opposés aux OGM et à la directive européenne, pays  qui seraient au nombre de 14. Elle laisse ainsi espérer qu'il y aurait maintenant une chance de réorienter la politique de l'Union européenne en la matière, ce qui nous permettrait de ne pas être contraints de manger des OGM "à l'insu de notre plein gré". Il nous faudrait donc faire du lobbying auprès de la toute puissante Commission pour que notre volonté soit prise en considération.

Le détail important, c'est qu'il s'agit de la directive 2001-18, ce qui signifie que cette directive a déjà sept ans. Sept ans pendant lesquels IL Y A TOUJOURS EU UNE MAJORITE D'ETATS (et de citoyens) A ETRE OPPOSES AUX OGM.

Voilà comment NKM a, très involontairement, apporté la preuve que ni la volonté des Etats-membres, ni celle des citoyens, n'étaient prises en compte dans la politique de l'Union européenne.

Quand les intérêts financiers d'une multinationale américaine sont en jeu, c'est du sérieux : la Commission impose sa volonté à tout le monde. Les Etats sont là pour mettre en scène des simulacres de débats, mais au final, les citoyens doivent avaler ce que Monsanto et Barroso ont décidé.

Le dessous des cartes : le Système choisit des « opposants » triés sur le volet

Dans ces parodies de démocratie, certains ont les meilleurs rôles et la distribution ne doit rien au hasard : ceux qui peuvent devenir populaires en faisant semblant de s'opposer sont triés sur le volet. C'est très important : il faut qu'ils soient parfaitement contrôlables pour que leurs donneurs d'ordres soient assurés qu'ils n'iront jamais trop loin.

Cette fois, c'était le tour de Nathalie Kosciusko-Morizet "Young leader" sélectionnée par la French American Foundation, (organisme mis en place par John Negroponte, chef des services secrets U.S.) de tenir le premier rôle pour devenir populaire, donc ministrable.


http://u-p-r.org/ab/index.php?page=article&id=40
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article