Cher cocu(e), cher(e) moi-même

Publié le par sceptix

On en apprend de belles tous les jours ! Je vous propose la lecture édifiante de :

un rapport de l’OCDE, « la faisabilité politique de l’ajustement » ou comment faire passer LA réforme. C’est un texte de 1996 ( comme quoi tout est programmé de longue date ! ) qui « propose » des méthodes aux gouvernements…

Quelques points pris dans ce rapport…. lafaisabilitpolitiquedelajustement.pdf

Page 17 : « Un gouvernement peut difficilement stabiliser contre la volonté de l’opinion publique dans son ensemble. Il doit se ménager le soutien d’une partie de l’opinion, au besoin en pénalisant davantage certains groupes. En ce sens, un programme qui toucherait de façon égale tous les groupes ( c’est-à-dire qu’il serait neutre du point de vue social ) serait plus difficile à appliquer qu’un programme discriminatoire, faisant supporter l’ajustement à certains groupes et épargnant les autres pour qu’ils soutiennent le gouvernement. »

Page 30 : « Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement et l’école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l’établissement voisin, de telle sorte que l’on évite un mécontentement général de la population. »

Page 11 : « …Pourtant, d’autres mesures, comme la coupure des investissements publics ou des dépenses de fonctionnement ( salaires exclus ), n’entraînent aucun trouble. »

 http://www.oecd.org/dataoecd/24/23/1919068.pdf







                                                                     ======================

L'UMP, le Modem et le PS refusent par avance le résultat du référendum irlandais

 

…si la réponse était “non”, bien entendu. Doit-on s'en étonner, puisqu'ils n'ont déjà pas respecté le résultat négatif du référendum français ? Au cours de la séance de vote qui s'est déroulée le 13 février 2008 à Strasbourg au Parlement européen sur le Rapport Corbett-Mendez de Vigo relatif au traité de Lisbonne, un amendement (n°32) était sobrement rédigé : le Parlement européen “s'engage à respecter le résultat du référendum irlandais“. Qui oserait voter contre, franchement, l'affirmation du respect du résultat futur des urnes, donc de la démocratie ? Réponse, s'agissant des eurodéputés Français : 46, de l'UMP, des Socialistes et du Modem. Voici en effet dans le détail le résultat du vote par appel nominal sur cet amendement n°32 (source : Parlement européen) 1. Ont voté contre l'amendement : 46 députés français

Poursuivre la lecture

 

                                                                         ======================

 

Irlande : le “non” monte

Selon le dernier sondage mensuel mené par le journal 'Sunday Business Post', le soutien en faveur du Traité de Lisbonne est à la baisse en Irlande, passant de 43 % en février parmi les personnes amenées à voter lors du prochain référendum (prévu le 12 juin) à 35 % aujourd'hui. Tom McGurk regrette la complexité du traité. “Et nous voilà repartis: le déjà vu européen. Une fois encore, nous faisons face à une décision politique monumentale qui définira notre démocratie pour les générations à venir. (…) Une fois encore, on nous demande de faire confiance à ceux qui apparemment savent mieux que nous : les classes politiques et 'l'eurocratie'. Entre-temps, alors que la polémique enfle, surtout ne laisser personne mentionner la Constitution européenne (…). Le Traité de Lisbonne représente le consensus final confus de plus de 20 pays qui recherchent simultanément à faire deux choses opposées : créer une nouvelle structure gouvernementale pour l'Europe tout en préservant leur arrières. (…) Pas étonnant que le bouillon soit de mauvais goût, quand on voit le nombre de cuisiniers qui y mettent leur grain de sel !” The Sunday Business Post (Irlande)

http://www.observatoiredeleurope.com:80/index.php?action=article&id_article=923532?preaction=nl&id=6496000&idnl=34444&

=================================
                                                                          
Cher cocu, cher moi-même

Que penser du “projet de loi constitutionnelle sur la modernisation des institutions de la Ve République” que l’Assemblée nationale va débattre dans les jours qui viennent ? Rien, sinon que c’est de la foutaise. Remarquez que l’on s’en doutait un peu.

Les deux parrains de la politique française, l’UMP et le PS, ont-ils vraiment intérêt à plus de démocratie ? N’ont-ils pas déjà enterré, main dans la main, le peuple lors de l’adoption scélérate du mini traité européen ? Et puis qui dit démocratie devrait dire obligation de représenter la diversité des courants politiques. Et pour cela, la première réforme fondamentale devrait concerner le mode de scrutin.

A votre avis, le PS et l’UMP ont-ils vraiment envie de partager le gâteau électoral ? La deuxième réforme devrait concerner le Sénat. Car qu’est-ce que le Sénat, sinon une grosse limace qui ne doit sa survie qu’à la complicité de la droite la plus rétrograde. Là, le PS serait bien d’accord pour réformer la limace. Forcément, puisque le mode de scrutin ne l’avantage pas.

La troisième réforme devrait concerner le cumul des mandats. Mais voilà, l’UMP ne veut pas en entendre parler. Quant au PS, il reste très divisé sur la question. Alors maintenant savoir si c’est bien que le président vienne causer une fois l’an devant le parlement, je vais être vulgaire, mais franchement je m’en branle.

Savoir si c’est bien que le parlement ait un tout petit peu plus de pouvoir, qu’est-ce que vous voulez que ça me foute, puisque le même parlement n’est pas légitime faute de représenter les divers courants de l’opinion. Tout cela n’empêchera pas les faux-culs de l’UMP de prétendre qu’ils œuvrent pour le bien du peuple, ni les faux-culs du PS de s’indigner mollement que l’on n’aille pas plus loin.

Chers citoyens, citoyennes, une fois de plus nous allons assister, au sein de l’Assemblée nationale, à une pièce de boulevard dans laquelle nous jouerons le rôle principal : celui de cocu.


http://www.clicanoo.com/index.php?menu=1&page=article&id_article=182454


CH'uis cocu
Ch'uis cocu
Mais con - tant

signé : FRANCE

Publié dans COUPS DE GUEULE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pour avoir un vrai changement de constitution, tu sais bien que seule une guerre civile pourrait nous permettre d'y parvenir.  Ou un putch... Mais ils ont pris soin depuis longtemps de supprimer l'armée !Ils ne vont pas scier les barreaux des chaises sur lesquels ils sont assis....Nous sommes seuls. Faudrait se rapprocher des Irlandais, s'unir à ce peuple qui de tout temps à fait preuve de courage. 
Répondre