NUCLEAIRE IRANIEN

Publié le par sceptix

 
Téhéran met en garde contre une collusion des Six avec l'AIEA (Larijani)
Version imprimée

TEHERAN, 28 mai - RIA Novosti. Le nouveau parlement iranien pourrait revoir sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'il s'avère que celle-ci est de mèche avec les Six (Conseil de sécurité plus l'Allemagne), a déclaré le nouveau président du parlement, Ali Larijani.

Lors de son premier discours au parlement, l'ancien secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale et négociateur en chef de l'Iran a appelé "l'Occident à se garder de tout marché diplomatique entre les Six (médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire, ndlr) et l'AIEA".

Ces menaces interviennent au lendemain de la publication d'un rapport du directeur général de l'AIEA Mohamed ElBaradei affirmant que Téhéran n'aurait pas présenté de preuves suffisantes concernant les "prétendues études" axées sur la militarisation de son programme nucléaire.

Ceci représente un brusque revirement, alors que l'Agence faisait preuve d'une approche généralement conciliante à l'égard de Téhéran, allant régulièrement à rebours des affirmations des Six, qui soupçonnent depuis deux ans Téhéran de vouloir se doter de l'arme nucléaire.

"Le parlement ne se laissera pas berner de la sorte. Si l'Occident poursuit sur cette voie, le parlement instaurera de nouvelles limites à la coopération avec l'AIEA", a-t-il annoncé.

Le Conseil de sécurité a adopté ces trois dernières années trois résolutions introduisant des sanctions à l'encontre de Téhéran.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article