Aliments irradiés

Publié le par sceptix


Atome, malbouffe et mondialisation (Pour en savoir plus)

L'irradiation des aliments est officiellement une technologie idéale au service de la sécurité sanitaire mondiale, permettant d'éliminer des pathogènes responsables de millions d'infections d'origine alimentaire.

Souvent présentée comme une alternative bienvenue à l'usage d'autres dispositifs, comme les produits chimiques, c'est cependant et surtout une technologie multi usages (conservation, décontamination, ralentissement du mûrissement, inhibition de la germination) servant à merveille les intérêts de multinationales, répondant à des normes de gestion du risque calibrées pour la production et la commercialisation industrielle de masse à l'échelle mondiale, et ainsi un outil de domination économique stratégique.

Des scientifiques, écologistes, économistes, syndicalistes et consommateurs apportent leur regard sur l'irradiation des aliments et le contexte dans lequel son usage se répand.
C'est en réalité un instrument méconnu - mais emblématique - de la mondialisation des échanges agro-alimentaires, sous influence pro nucléaire.
Une technologie en plein développement au niveau mondial, encouragée par les institutions internationales et certains Etats, malgré des conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques.
Les risques pour la santé qu'elle induit et les conséquences socio-économiques et environnementales de sa prolifération ne sont pas anodins : perte de vitamines, risques de cancérogenèse et de mutagenèse ; conséquences pour l'emploi et l'économie locale par la délocalisation des productions ;risques liés au fonctionnement d'installations et au transport de matières nucléaires, et aux modes de production et de distribution industriels de masse (pollutions, changement climatique, atteinte aux milieux naturels et à la biodiversité).
Si nos institutions - mondiales, européennes et nationales - taisent ces enjeux sous couvert de « sécurité sanitaire » et de satisfaction de la demande des consommateurs, il revient aux citoyens de s'informer et d'agir...

Coordination de l'ouvrage par le Collectif français contre l'irradiation des aliments
Avec la participation de Geneviève Azam, Jean-Pierre Berlan, Roland Desbordes, François Dufour, Yann Fiévet, Thierry Folliard, Véronique Gallais, Wenonah Hauter, Christian Jacquiau, Guy Kastler, Paul Lannoye, Lylian Le Goff, Catherine Le Rohellec, Olivier Louchard, Gilles Maréchal, Yveline Nicolas, Christian Rémésy, Aurélie Trouvé, François Veillerette
.


http://www.blog-citoyen.com/article-20619199.html

Publié dans La merde qu'on bouffe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
@ Bonjour Charlotte!!! <br /> <br /> tu a raison l'opposition c'est NOUS, il va y avoir un retour des choses c'est sur, qu'il faisait bon vivre au temps de nos grand parents, les bons légumes et fruits du jardin, l'élevage des volailles en plein air etc, je dis souvent j'aimerai encore avoir entre 6 et 10 ans, je me souviens de tous ces petits commerçants, la nouriture étais bonne le sens des valeurs aussi... <br /> <br /> @ Ben rien n'est perdue, c'est grace à des gens comme nous engagées que nous vaincrons... <br /> <br /> @ Grosse bises, tu fait de trés bons artcles aussi à bientôt
Répondre
B
Le mieux c'est d'acheter local quand c'est possible. Mais peut-être que la spéculation alimentaire et pétrolière, va obliger à relocaliser les productions agricoles de certains pays, sous la pression de population affamée et rendre de plus en plus onéreux le coût du transport de produits venant de l'agro-industrie, rendant leur prix de moins en moins attractif au consommateur ... et que ça va enrayer cette irradiation de merde ! Bises
Répondre