La France en Afghanistan: OTAN en emporte le mauvais vent

Publié le par sceptix



sarko.jpg
Mal au fondement Nicolas? Prends un dafAfghan!

Le 21 août 2008 aux Invalides, l’omniprésident à talonnettes, rendait hommage aux dix soldats français tués en Afghanistan trois jours auparavant. La veille, il avait fait le déplacement dans la capitale afghane en compagnie du ministre de la défense, Hervé Morin, et de Bernard Kouchner « le pire c’est la guerre » pour un mauvais remake des cerveaux lents de Kaboul. Mains dans les poches devant un bidasse en pleurs et sourire déplacé selon le quotidien Le Monde durant sa funeste allocution; Sarkozy n’a toujours pas habité la fonction présidentielle, flottant dans le costume élyséen décidément trop grand pour lui. Le chef des armées, qui s’est dit « responsable » - mais pas coupable? - du décès de nos trouffions particulièrement jeunes, a tenu à rappeler pourquoi la France est présente là-bas. Pour la simple raison que nous luttons contre ceux qui se disent être des étudiants de dieu, les taliban(s)* contre qui selon Sarkozy, nos forces armées exercent un “travail que l’on doit mener parce que nous n’avons pas le droit de perdre”. Comment en sommes-nous arrivés là?


SARKOZY RICANE EN RENDANT HOMMAGES AUX SOLDATS MORTS
envoyé par psy_ko_mat



Après les évènements du 11 septembre 2001, certainement le jour le plus mémorable en occident de ce jeune siècle, le gouvernement américain décide de traquer Oussama Ben Laden et ses alliés dans les montagnes afghanes. Les flous et incohérences du drame des deux tours jumelles seront-ils élucidés un jour? A Fwiyapin, nous restons circonspects, ne virons pas paranoïaques et n’embrassons pas les théories du complot à bras le corps. Mais à voir les conséquences de ce jour funeste, il aurait été préférable de connaitre les circonstances exactes de la catastrophe. Dès lors, chacun se fait son hypothèse, son fantasme ou demeure dans le doute, sûrement la meilleure et la plus difficile de ces options. Il y aura donc bombardement puis invasion du pays du commandant Massoud au nom de la guerre au terrorisme (war on terror) de G.W Bush. Le premier ministre socialiste d’alors, Lionel Jospin, qui se voit calife à la place du calife après les élections présidentielles de 2002, ne s’oppose pas au chef des armées de l’époque Jacques Chirac. Des soldats français sont donc envoyés en appui dans le but de traquer OBL. En 2006, dans un reportage vidéo, les journalistes Éric de Lavarène et Emmanuel Razavi diffusent le témoignage d’un militaire anonyme qui déclare avoir eu dans le viseur le n°1 d’Al-Quaïda et été empêché de l’abattre par le refus du commandement américain…
Entre ces révélations fermement démenties par le ministère de la défense et le 11 septembre 2001, Sadam Hussein qui certes méritait d’être déchouker, se retrouve accusé d’affinités avec la nébuleuse terroriste et de posséder des armes de destruction massive jamais retrouvées. Le grotesque Collin Powel ment effrontément devant les Nations-Unis tandis que Villepin fait le discours de sa vie à New-York, et que Chirac désapprouve l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis aidés par leurs alliés anglais et australiens notamment. Certains esprits chagrins ont ainsi regretté que nous ne soyons pas allés pas profiter des juteux contrats de reconstruction de ce pays pétrolier…

Sarkozy l’américain

Lors de la campagne présidentielle de 2007, Le candidat de l’UMP, un certain Nicolas Sarkozy a cette déclaration (26/04/07): “la présence à long terme des troupes françaises à cet endroit du monde ne me semble pas décisive”. Un an plus tard, Sarkozy Nicolas, président de la République française décide d’envoyer mille hommes supplémentaires au front afghan et déclare devant les ambassadeurs: “on s’engage dans la durée, sinon c’est pas la peine de s’engager.” Le Canard Enchaîné du 9 avril 2008, sous la plume du journaliste Claude Angéli, annonce le chiffre de 3500 soldats français pour l’été. Une semaine avant la parution du scoop, l’alliance atlantique se réunissait au sommet de l’OTAN à Bucarest. Sarkozy ne rate pas cette occasion, trop content de faire un rapprochement historique avec l’OTAN depuis que le général De Gaulle a ordonné le retrait des soldats américains sur le sol français et quitté le commandement intégré de l’organisation en 1966. Les cajoleries et les flatteries des faucons U.S, ses vacances dans le pays de la liberté où il a dégusté des hot-dogs avec la dynastie Bush l’auront emporté sur les conseils de l’Etat-major militaire français, freinant des deux pieds un renforcement des troupes dans le bourbier afghan? Nous avons déjà évoqué ce que nous pensions être le fondement de la pensée sarkozyste, la vénération de l’argent, l’admiration pour les riches patrons et une fascination infantile pour les symboles américains. Il en va jusqu’à épouser une certaine vision impérialiste, un Occident supérieur éclairant de sa lumière les restes du monde. Ne vous méprenez pas en pensant qu’une fois de plus nous nous livrerions à un lynchage gratuit et sans arguments. Les mots ayant un sens, les paroles du président français se suffisent à elles mêmes. A la conférence des ambassadeurs d’août 2008, il avance d’emblée son idée fantasmatique : “ Il y a un an, je vous disais ici même qu’un des principaux enjeux des années à venir serait d’éviter une confrontation entre l’Islam et l’Occident.” Et bien, en août 2007, Sarkozy déclarait très sérieusement que “l’affaire des caricatures en [avait] été un signe avant-coureur”. La complexité du réel devient bien simple dans la bouche de Sarkozy. La France et “sa famille occidentale” sont amenées à “ [faire] l’histoire au lieu de la subir ”. Tuer ou être tué? Un musulman français n’est-il pas occidental? Pourquoi cette vision si binaire des choses? On évite une confrontation par un affrontement armé et sanglant? Parce que cette pensée est très en vogue du côté des rivages outre-atlantiques dans les milieux néo-conservateurs?
Lors de son passage au Congrès américain, le 7 novembre 2007, notre président a eu des propos d’une bêtise affligeante dont voici quelques extraits: « Ma génération, sans venir sur votre territoire a partagé tous les rêves de l’Amérique. Dans l’imaginaire de ma génération, il y a la conquête de l’ouest et Hollywood. » Colonisé, nous vous disions… Concernant l’Afghanistan, il prévenait déjà du spectacle auquel nous assistons aujourd’hui: «La France restera engagée en Afghanistan aussi longtemps qu’il le faudra, car ce qui est en cause dans ce pays, c’est l’avenir de nos valeurs et celui de l’Alliance Atlantique». Il va jusqu’à reprendre des discours américains et anglais et à considérer comme paroles d’évangile ce qu’ils contiennent. Quand Sarkozy parlent des talibans en les qualifiant de terroristes, moyen-âgeux, barbares, obscurantistes – est-ce que le compte est bon? – il parle toujours du droit des femmes et des enfants. Et ressort souvent cette histoire de gamine à qui on aurait coupé la main parce qu’elle se serait vernis les ongles. Le problème c’est que personne ne sait qui est cette petite fille et si même elle a existé… Pour plus de précisions lire l’article du Monde à ce sujet repris sur Sarkopithèque

Le coq qui chante les pieds dans la merde: pas assez de moyens pour l’armée française

Au sommet de Bucarest, rappelle le quotidien L’Humanité (28/08/08), le général James Jones ancien commandant suprême des opérations de l’OTAN en Afghanistan avait eu cette déclaration à l’avenant: “Ne vous y trompez pas, l’OTAN est bien loin de gagner cette guerre.” De même, l’état-major français n’a jamais été enthousiaste à un engagement croissant dans la région. Le patron des armée Jean-Louis Georgelin avait averti (Canard Enchaîné 13/02/08): “L’Afghanistan, en voie d’irakisation, risque de se transformer en merdier innommable, et il n’est pas judicieux de s’y enfoncer plus profondément.” Notre pays aux caisses vides peut-il se permettre, comme les USA et son complexe militaro-industriel, qui voit en la guerre le débouché de sa production comme n’importe quel produit mis sur le marché, d’engloutir des sommes astronomiques dans le bourbier afghan? Sans parler du prix du sang, une vingtaine de soldats français tués jusqu’à présent…
Sans le drame du 18 août, l’équipement et le matériel du contingent français prêterait à sourire: Treillis verts qui vous rendent visibles dans un désert quasi monochrome, rangers complètement inadaptées au climat, blindés amenés par des cargos Antonov loués à une société russo-ukrainienne. Et encore ces chars, trop larges ne pourront traverser certains villages… De même les dispositifs de brouillage qui permettent d’éviter l’explosion de bombes sur la route ne seront installés que début 2009. Tout aussi grave que ce manque matériel, l’encadrement des troupes a été critiquée par des journaux étrangers après la mort de nos dix soldats. Le traducteur afghan ne s’est pas présenté ce jour là et personne n’a été en mesure de se dire qu’il y avait anguille sous roche. L’article du Canard Enchaîné du 27 août relatant cet épisode est visible sur le site de notre confrère Bondamanjak

Le doigt de l’homme dans l’engrenage

Nous voilà prévenus que nous devons nous attendre à d’autres morts de soldats français à venir. Cette guerre, mot que Sarkozy évite et qui nous ramène inconsciemment aux temps des évènements d’Algérie, ne peut être gagnée de l’avis de nombreux experts. Les bavures des forces de l’OTAN poussent la population à rejoindre les “insurgés” ( vocable utilisé par Hervé Mariton, député UMP, dans l’émission Le téléphone sonne du 28 août sur France Inter). Difficile de l’emporter dans ces conditions, sans parler du double jeu des soldats afghans, du million d’habitants qui vit de la drogue et de la corruption politique bénéficiant aux trafiquants et aux ennemis des occidentaux.
Au sein de l’OTAN, des foudres de guerre voudraient bien bombarder l’Iran pour le dissuader définitivement de se procurer l’arme atomique. Le remplaçant de Bush, pourra-t-il sortir son pays et peut-être le notre par la même occasion? L’actuel président américain fait tout son possible pour que les Etats-Unis restent en Irak, alors en Afghanistan… Des bombes nucléaires miniatures (mini-nukes) sont même évoquées par des généraux de l’OTAN en retraite pour des bombardements préventifs. Enfin n’oublions pas les marchands de canon qui se nourrissent du sang des hommes. Et dans notre douce France, nous sommes parmi les premiers exportateurs mondiaux d’armes. Dieu que la guerre est jolie vue du côté des saigneurs de guerre!

Le parlement à notre secours?

Dans la constitution de Debré, le président de la République, également chef des armées, pose son fondement sur l’avis des députés en matière de défense nationale. En réunissant le congrès pour modifier le texte fondateur de la Vème en juillet, Sarkozy doit obtenir la confiance des députés en les faisant voter pour pouvoir continuer le renforcement des troupes françaises dans cette guerre. Sera-t-il piége par sa propre réforme? Il est peu probable que les députés de la majorité votent contre, et l’opposition socialiste semble déchiree sur ce point. Fwiyapin rêve naïvement d’un vote désavouant la politique du chef de l’Etat. Résultats le 22 septembre.

* Il semble que taliban soit le pluriel de taleb. Fwiyapin n’a pas fait assez d’école pour en être certain, mais contrairement au chef de l’Etat il n’a jamais pris les termes chiite et sunnite pour des définitions ethniques…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
L'analyse est bonne; mais ce qui frappe c'est la qualité du déroulé argumentaire qui fait bien le lien entre les  les discours ou délires sémantiques et leur conséquences sur le terrain...Les faits quant ils sont ainsi repris sont TÊTUS...La France doit QUITTER IMMEDIATEMENT l'Afghinistan, ce n'est pas sa guerre et toutes autre considération est d'ordre purement IDEOLOGIQUE !!!Et, nous savons tous sur quelles conséquences désastreuses débouchent les IDEOLOGIE de ce type !!Hadria RIVIEREhttp://hadria.riviere.over-blog.com/
Répondre