Des pays d'Amérique latine soutiennent Morales confronté à une crise politique

Publié le par sceptix

MEXICO, 12 septembre (Xinhua) -- Des pays et groupes régionaux en Amérique latine ont affiché jeudi leur soutien au président  bolivien, Evo Morales, qui fait actuellement face à une grave  crise politique. 

     Le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, a réaffirmé, dans une conversation téléphonique avec son homologue bolivien,  son soutien au gouvernement bolivien face aux défis des groupes de droite. 

     Côté vénézuélien, le chef de la diplomatie, Nicolas Maduro, a  fait part à son homologue bolivien, David Choquehuanca, du soutien du président vénézuélien, Hugo Chavez, au gouvernement bolivien. 

     Jeudi, M. Chavez a laissé entendre qu'il est prêt à intervenir  en cas de renversement du président Morales. 

     Dans un discours diffusé à la télévision et à la radio, M.  Chavez a affirmé que son gouvernement serait favorable au recours  à la force au cas où un coup militaire renverse ou tue le  président Morales. 

     "Si chacun de nos gouvernements est renversé, nous allons  donner le feu vert aux opérations militaires, pour quelque genre  que ce soit, afin de redonner le pouvoir au peuple", a martelé M.  Chavez. 

     Pour sa part, le président nicaraguayen, Daniel Ortega, a  indiqué qu'il est pour les mesures nécessaires visant à arrêter  les protestations montées par l'opposition en quête de  l'autonomie. 

     Le président Ortega a déploré comme étant tragique ce qui se  passe en Bolivie. "Nous sommes avec Evo (Morales), nous le  soutenons et nous tenons à exprimer notre solidarité", a-t-il  affirmé. 

     Le gouvernement paraguayen a exprimé jeudi ses préoccupations  vis-à-vis des conflits armés opposant les forces  pro-gouvernementales à celles contre le gouvernement en Bolivie. 

     Le président paraguayen, Fernando Lugo, s'est déclaré  "profondément préoccupé" quant aux violences qui règnent depuis  trois jours dans une bonne partie de la Bolivie. 

     "Le Paraguay réaffirme son soutien entier à la démocratie et au gouvernement boliviens choisis par le peuple et dirigés par le  président Morales. Nous appelons à une solution réconciliatrice et pacifique pour le bien de notre voisine et soeur (la Bolivie)",  indique un communiqué présidentiel. 

     Le secrétaire général de la Communauté Andine des Nations (CAN), Freddy Ehlers, a de son côté appelé les autorités et les forces  politiques en Bolivie à résoudre les différends conformément à la  loi. 

     "La CAN tient à lancer un appel à l'ensemble des autorités tant régionales que nationales, et à toutes les forces politiques en  Bolivie, pour qu'elles contiennent leurs actions avec un respect  total des normes constitutionnelles et légales du pays", révèle  une déclaration du bloc. 

     Ces derniers jours, l'opposition bolivienne, désireuse de  renverser le gouvernement Morales, a lancé une attaque contre les  forces de sécurité avant de s'emparer des bureaux de  l'administration dans diverses régions du pays. 

     Au moins une personne a été tuée et trois autres auraient  trouvé la mort dans de violents accrochages, a fait savoir le  vice-ministre bolivien de l'Intérieur, Ruber Gamarra, lors d'une  conférence de presse. 

     Les médias locaux ont fait état de quatre morts et d'une  trentaine de blessés.

 http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-09/12/content_717778.htm

Publié dans Amérique Latine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article