Big Brother vous observe

Publié le par sceptix

Vous vous croyez anonyme derrière votre écran?
Détrompez-vous,
vos surfs sur internet vous trahissent:
Votre adresse IP est:
Votre hôte (DNS) est:
Le type de votre CPU est:
Votre résolution d'écran est:
La signature de votre navigateur est:
Votre navigateur est:
Vous venez de la page:
Vous êtes arrivé sur ce site via:
Nombre de vos visites sur ce site:
Nombre de pages vues pendant cette visite:
Le contenu de votre disque dur est...

[ActuLab protège votre vie privée...]

Ces informations ne sont que quelques exemples de ce qu'un site web peut apprendre de ses visiteurs en exploitant les techniques très simples que voici:

[Progammer des cookies dans votre site web...]

Les cookies...

... sont des petits fichiers texte que certains sites stockent sur votre disque dur et relisent à l'occasion de chacune de vos visites. S'ils sont sans danger pour votre système (pas de virus dans les cookies), et le plus souvent "amicaux" (aide à la navigation), ils constituent néanmoins une atteinte à votre vie privée.

Inutile de paniquer: vos noms, numéros de carte bleu ou même adresses email ne se retrouveront dans un cookie... que si c'est vous-même qui les divulguez. Un peu de prudence donc, et les cookies seront aussi inoffensifs que des p'tit LU.

Pour les flippés du cyber-gâteau sec, sachez qu'il est très facile d'effacer les cookies de votre disque dur (Internet Explorer les place sous C:/Windows/Cookies), et que les navigateurs récents permettent de les bloquer. Pour tout savoir sur les cookies (et leurs abus, il y en a), suivez ces liens: Cookie central, Tactika, EPIC, Peacefire.

Vos traces

Pas besoin de cookies pour un site web qui cherche à obtenir des informations sur ses visiteurs: à chaque connexion,
vous laissez vos traces sur les serveurs des sites visités.

Plus d'infos? Voyez la rubrique "vos traces" de l'excellent site de la CNIL, "Qui est en ligne?", et pour les anglophones Privacy.net et ce site.

Pourquoi tant de haine?

Ces techniques d'"espionnage" ont un objectif commun: établir votre profil, c'est à dire connaître vos goûts et habitudes, voire pirater vos données personnelles dans le but de vous faire consommer, en vous proposant des publicités supposées "ciblées".

Le marché est immense, et les techniques exposées plus haut font figure d'artisanat en comparaison des moyens mis en oeuvre par les vautours (profilers, hackers et spamers) qui rôdent autour de votre PC.

Renseignez-vous entre autre sur les espiogiciels (spywares), les chevaux de Troie (trojan), les mouchards (bugs), et... le système Echelon. Quand vous aurez vraiment pris peur, contactez-nous!
http://www.actulab.com/big-brother-vous-observe.php

Cet article est daté de SEPT 2003, tirez vos conclusions


LE "SYSTEME ECHELON"
BIG BROTHER - AGAIN

Le réseau Echelon est un système US d’interception planétaire.
Il a la capacité d’intercepter 1.300.000 communications téléphoniques par minute, aux fins d’espionnage, bien entendu.
Les objectifs classiques de l’espionnage sont
les secrets militaires et les secrets d’autres gouvernements.
Sont visés, par exemple,
les nouveaux systèmes d’armement,
les stratégies militaires
ou des informations concernant le stationnement des troupes, comme ce fut le cas visant l’Irak.
Le système Echelon sert aussi d’espionnage économique.

Le système désigné sous le nom de code Echelon se distingue des autres systèmes de renseignement par le fait qu’il présente deux caractéristiques lui conférant un niveau de qualité tout particulier.

La première qu’il est réputé avoir, c’est la capacité d’exercer une surveillance totale. Par l’intermédiaire de stations de réception satellitaire et de satellites-espions, toute communication d’une personne transportée sur n’importe quel support –téléphone, télex, réseau Internet ou e-mail – peut être interceptée aux fins de prendre connaissance de son contenu.

La deuxième caractéristique, c’est que le réseau Echelon exerce ses activités grâce à la complicité intéressée de plusieurs Etats
(Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande),


ce qui constitue un plus par rapport aux systèmes nationaux de renseignements :
les pays parties du système Echelon peuvent se partager l’utilisation de leurs installations d’interception, les tâches en résultat et les résultats obtenus.
Parallèlement, un intérêt est également manifesté pour des informations importantes du point de vue économique qui peuvent porter sur des nouvelles technologies ou des contrats avec l’étranger.
Les risques que pourrait présenter, pour la sphère privée et les milieux économiques un système du type Echelon ne résultent pas uniquement du très grand potentiel de ce système de surveillance,
mais procèdent bien d’avantage du fait qu’il fonctionne dans un espace qui échappe à toute règle juridique.
De par son statut d’étranger, la personne dont les messages sont interceptés ne dispose d’aucune protection juridique intérieure.
« Comme nous l’évoquions dans notre n° 92, cet état de fait résulte également de la course technologique à laquelle se livre le renseignement US » (4)

Le Parlement européen a traité de ce réseau « pouvant mettre en danger les sécurités nationales » des pays européens.
Le dossier semble plutôt avoir été maltraité puisque,
d’abord, parce que le Parlement européen a opté pour une commission « temporaire » parce que « la constitution d’une commission d’enquête n’est possible qu’aux fins d’examiner des violations de droit communautaire dans le cadre du traité CE »(1) Alors il a commencé à piocher dans son jardin, c’est-à-dire qu’il a écouté les services de renseignements européens. On a bien voulu lui donner ce que presque tous les lycéens connaissent.
Voici sa manière de « traiter » le réseau Echelon concernant le volet belge :
« Il existe deux services de renseignement, l’un militaire et l’autre civil. Le service général du renseignement et de la sécurité des forces armées est placé sous l’autorité du ministre de la Défense. Des missions consistent à rassembler et analyser des informations concernant les activités susceptibles de présenter une menace pour l’intégrité territoriale nationale, les projets de défense militaire, le déroulement des missions militaires ou la sécurité des ressortissants belges à l’étranger. Le Service général est, en outre, chargé d’assurer « la sécurité du personnel de l’armée et des installations militaires » ainsi que « le caractère confidentiel des informations militaires ».
Le service d’information civil, la Sûreté de l’Etat relève du ministre de la Justice sur le plan de l’organisation, tout en étant également à la disposition du ministère de l’Intérieur. Il a pour mission de rassembler et d’analyser toutes les informations susceptibles de représenter une menace pour la sûreté intérieure, l’ordre démocratique et constitutionnel, la sûreté extérieure, les relations internationales, le potentiel économique ou d’autres intérêts fondamentaux.
Des tâches lui incombent, en outre dans le domaine du contre-espionnage, de la surveillance des mouvements politiques extrémistes et de la sécurité des personnes(2) . A l’instar des autres services de renseignement européens, point ici de réseau Echelon.

 Aux Etats-Unis, c’est mieux. Voilà la retranscription des déclarations de M. Arthur Paecht (3) : « Tout au long de mon enquête, je me suis heurté à la réponse suivante : « Echelon cela n’existe pas ». Le système d’interception existe et c’est que j’ai essayé de démontrer à travers mon rapport ».

Une manœuvre machiavélique voudrait que « les craintes éveillées par la menace du réseau anglo-américain visent (…) à mettre en accusation les pays européens coopérant au système. Il s’agirait, par exemple, de semer la zizanie entre les membres de l’Union européenne »(5)

Une interrogation pour finir : Comment, avec un système aussi sophistiqué, les Etats Unis n’ont pu capturer Ben Laden ?
A moins qu’il ne soit en train de dorer au soleil de la Floride…

 

(4) Le Journal du Mardi du n° 73 du 21 au 27.10.2000

(1) Article193 TCE

(2) Document de travail du Parlement européen n° PE 294.997

(3) Arthur Paecht, rapporteur, Commission de la Défense et des Forces Armées auprès de l’Assemblée Nationale française.

http://www.legrandsoir.info/spip.php?article7013

Big Brother :
Sarkozy en rêvait,
Fillon le fait



« Je veux tout voir et tout savoir. » - Nicolas Sarkozy, 2006, à propos de la video-surveillance

La Quadrature du Net a pris connaissance du projet de charte "Confiance en ligne" que le ministère de l'intérieur voudrait faire signer aux intermédiaire techniques d'ici au 10 juin. Ce texte confirme les pires craintes des fondateurs du collectif. Sous couvert de protection des utilisateurs, le gouvernement français souhaite mettre en place une surveillance et un filtrage généralisé d'internet. Il essaie d'éviter la voie législative pour imposer aux intermédiaires techniques des obligations disproportionnées, attentatoires aux droits fondamentaux et contraires à la nature réelle de l'environnement numérique.

Filtrage des contenus a priori, réquisition de données hors contrôle de l'autorité judiciaire, extension des obligations de la conservation des données de connexion, supression automatique de contenus, marquage des sites web... ce dispositif de surveillance généralisée et de contrôle de l'information est digne du régime chinois.

Faisant suite aux propositions de Nadine Morano sur le filtrage et au projet de loi absurde de Christine Albanel, ce texte de Michèle Alliot-Marie confirme que les Assises du Numérique d'Éric Besson sont une diversion destinée à masquer l'adoption pendant l'été de projets liberticides en préparation depuis longtemps.

«  Le but du pouvoir exécutif français n'est pas de lutter efficacement contre la criminalité avec des mesures adéquates car nécessaires, appropriées et proportionnées. Il s'agit de contrôler par tous les moyens le seul média libre qui ne lui obéit pas.  » déclare Christophe Espern, co-fondateur de la Quadrature du Net, ajoutant « Il y a quelque chose d'odieux à utiliser la lutte contre la pédopornographie comme alibi à Big Brother. Les services de police concernés ne demandent pas de telles mesures. Parler de "confiance en ligne" dans ce contexte relève de la Novlangue. »

La Quadrature du Net appelle donc les citoyens à contacter immédiatement leurs députés pour leur demander d'interpeller le gouvernement lors des prochaines questions d'actualité. Elle les invite à se former aux techniques d'anonymisation et de chiffrement et publiera prochainement un guide permettant aux citoyens de se protéger de l'arbitraire numérique. Elle appelle en outre les intermédiaires techniques à refuser catégoriquement toute forme de collaboration avec ces projets indignes d'une démocratie.

Juin 2008 : http://www.laquadrature.net/fr/big-brother-sarkozy-en-revait-fillon-le-fait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article