La mafia a-t-elle pris le pouvoir à Bruxelles

Publié le par sceptix

 
 

Il n’y a plus l’ombre d’un doute en ce qui concerne l’orientation politique que l’Union Européenne a prise. Ceci a été récemment révélé par Franco Frattini, commissaire européen à la justice, qui a annoncé que toutes les personnes qui viendraient dans un pays de l’UE seraient contrôlées et que l’on procèderait à la prise de leurs empreintes digitales. A partir de 2009, les empreintes digitales et une photo devront figurer sur toutes les cartes d’identité européennes. A partir de 2011, les ressortissants d’un pays ne faisant pas partie de l’Europe et qui demanderont un visa, devront fournir des documents comportant des données biométriques.

Pour l’instant les plans de Frattini prévoient que les empreintes digitales des enfants seront prises dès l'âge de six ans. Les responsables de la sécurité prévoient, cependant, qu’elles pourront l’être chez des sujets encore plus jeunes, car la technologie progresse sans arrêt. Si les 27 pays membres de l’Union Européenne approuvent ce projet, il représentera l’une des plus grandes opérations de contrôle de sécurité jamais faite par celle-ci et coûtera des milliards d’euros.

Qui est donc Franco Frattini et pourquoi souhaite t-il, avec ses collègues, transformer l’Europe en une société de type "Big Brother", où les droits relatifs à la protection de la vie privée des citoyens seront systématiquement bafoués ?

Franco Frattini était autrefois ministre italien des Affaires étrangères et un fidèle conseiller du premier ministre Silvio Berlusconi. Quand il a été nommé à la Commission Européenne en 2004, le choix de Frattini a immédiatement fait l’objet d’une polémique parce qu’il lui était reproché d'avoir été franc-maçon.

Depuis 1981, la franc-maçonnerie est, en Italie, une question extrêmement sensible depuis la dissolution, en plein milieu d’un scandale politique, d’une loge maçonnique de droite, illégale et secrète, la loge P2 (Propaganda Due). Dans ce contexte, il est à noter que le nom de Silvio Berlusconi figurait sur une liste de quelques mille membres de la loge P2, parmi lesquels se trouvaient également des personnalités éminentes de la banque, des affaires, des services secrets, du journalisme, de l’armée et de la police.

Berlusconi, qui mène actuellement une campagne électorale pour revenir au pouvoir et être de nouveau premier ministre, serait devenu membre de la loge P2 en 1978. Au fil des ans, il a été impliqué dans plus d’une douzaine de procédures pénales, de procès en cassation et autres enquêtes judiciaires. Il a été accusé de fraude, de faux en écriture comptable, de corruption et de connexion avec la Mafia.

Comme on peut le constater, Berlusconi est, malgré tout, encore en bonne compagnie. Un de ses partenaires en affaires et amis les plus proches, le sénateur italien Marcello Dell'Utri qui est également le délégué italien au Conseil de l’Europe, a été condamné pour collusion avec la Mafia. Alors que son jugement est encore en appel, l’immunité que lui confère son poste de délégué au Conseil de l’Europe le met à l’abri des sentences de la justice italienne, conformément à l’article 15 des accords généraux de l’UE, signés à Paris en 1949.

Du point de vue historique, il est connu que la loge P2 avait des liens avec le nazisme et des groupes d’extrême droite. En 1998, Licio Gelli, ancien grand maître de la loge P2, a été emprisonné pour corruption et fraude dans le cadre du scandale de la Banco Ambrosiano. Il a été qualifié, "dans les colonnes du New York Times, comme étant un "fasciste connu". Dans son livre "In God’s Name : An Investigation into the Murder of Pope John Paul 1er, l’écrivain David A. Yallop affirme même que Gelli était impliqué dans une conspiration qui a abouti, en 1978, à l’assassinat de Jean-Paul 1er, qui ne fut pape que pendant 33 jours.

Plus troublant encore est le fait que plusieurs sources, parmi lesquelles les quotidiens New Zealand Herald (Nouvelle-Zélande) et The Observer (Grande-Bretagne) se réfèrent à des liens existants entre la loge P2 et le terrorisme d’état. D’autres, comme la BBC, affirment que la loge P2 avait des relations avec la Mafia et des groupes terroristes d’extrême droite.

Souhaitez-vous vivre dans une Europe comme celle-là ? Une Europe contrôlée par des individus, tels que Franco Frattini et des personnages surpuissants, immensément riches, tels que Silvio Berlusconi ? Une Europe où vos droits privés et vos libertés seront constamment bafoués ? Une Europe où n’existera aucune voie démocratique vous permettant d’exprimer votre opinion ?

Si nous ne mettons pas un terme à l’influence de ces gens, l’Europe se transformera progressivement en un "continent Orwellien", où la dictature aura définitivement remplacé la démocratie.

Si vous vivez dans l’Union Européenne et si vous souhaitez savoir ce que vous pouvez faire pour qu’elle ne devienne pas une dictature, cliquez ICI.

http://www4fr.dr-rath-foundation.org/nouvelles/2008_03_mar_08_bruselas_mafia.html

 
 
 
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article