Boycotter le chilled irradié

Publié le par sceptix

Le mouton se meurt, victime d’une mondialisation suspecte Est-ce vraiment inéluctable ?

La filière ovine française est en grand péril. Elle a déjà perdu près de 2/3 de ses éleveurs et le 1/3 de ses brebis dans les 25 dernières années et le déclin s’accélère vivement. Cette évolution inquiète les Autorités, conscientes du rôle des ovins dans la mise en valeur des territoires les plus défavorisés. Pourtant, les groupes de travail, les commissions parlementaires et même les sommets ministériels restent sans effet. Une fatalité semble s’acharner sur cette méritante production déficitaire, menacée par toutes sortes de maux : dégradation des mécanismes de soutien, épizooties, prédateurs, etc.…

En réalité, l’élément le plus déterminant est le développement de la concurrence exercée sur le marché par les viandes ovines importées de l’hémisphère Sud. Il y a certes des décennies que l’Union européenne absorbe plus de la moitié de toute la viande d’agneau exportée par la lointaine Nouvelle-Zélande, le premier exportateur mondial. Mais la nature des envois évolue rapidement. Pendant longtemps les échanges ont quasi exclusivement porté sur des viandes congelées, car elles étaient les seules à pouvoir supporter un acheminement économique par bateau qui prend environ 7 semaines. Or, depuis quelques années, les viandes congelées sont insidieusement remplacées par du « chilled », simplement réfrigéré. Déjà, le 1/3 des livraisons néo-zélandaises dans l’Union est réalisé en « chilled » et cette part augmente très vite. Le « chilled » est un produit providentiel pour les néo-zélandais, qui le vendent bien plus cher que le congelé sur le marché européen, car il concurrence directement les meilleurs produits locaux. D’où des marges commerciales confortables et une très forte revalorisation des prix départ Nouvelle-Zélande. En revanche, la pression exercée sur les prix de gros en France n’est pas étrangère aux difficultés que rencontre la filière nationale.

Concrètement, les viandes « chilled » et les viandes congelées proviennent d’agneaux exactement semblables, mais, les premières -grâce à des traitements particuliers- peuvent être conservées à température positive pendant plus de 16 semaines après l’abattage et être ensuite commercialisées comme « fraîches »… Une telle prouesse ne semble surprendre personne tant est grande la réputation de sérieux de l’élevage néo-zélandais et efficace la communication qui va avec !

En fait, le miracle pourrait simplement s’expliquer par le recours à une technique bien connue, éprouvée… mais interdite. De multiples indices laissent suspecter que, pour maximiser leurs profits en évitant une pénalisante congélation, les grands abattoirs industriels de l’hémisphère Sud se contentent d’irradier discrètement la viande qu’ils exportent, sous le contrôle bienveillant des Autorités nationales. Sur la chaîne d’abattage, après découpe et conditionnement, il suffit de passer le colis de « chilled » dans une enceinte isolée où il est soumis à un rayonnement radioactif émis par du Cobalt 60. L’irradiation, d’une intensité équivalente à celle de millions de radiographies des poumons, permet d’éliminer toute cellule vivante et de réduire le risque de développement de germes. Mais cette irradiation, plus pudiquement qualifiée d’ionisation, voire de « pasteurisation à froid », provoque des réactions en série pouvant détruire la structure moléculaire des aliments. Vitrifiée, la viande conserve son apparence mais perd une grande partie de sa valeur nutritive. Il y a aussi apparition de produits chimiques nouveaux, introuvables dans les aliments naturels et dont l’innocuité n’est pas prouvée. Parmi eux la 2- ACB (2-alkylcyclobutanone) qui accélérerait l’apparition de foyers cancéreux chez les rats en ayant absorbé.

La réglementation

En France, comme dans toute l’Union européenne, l’ionisation des viandes rouges destinées à l’alimentation humaine ou animale est strictement prohibée. Le décret n° 2001-1097 du 16/11/2001 précise qu’il est « interdit d’importer, de détenir, de mettre en vente, de vendre ou de distribuer à titre gratuit des denrées traitées par ionisation » ne répondant pas aux prescriptions du décret. De toute façon, même pour les produits autorisés, le décret impose l’étiquetage des produits irradiés, sur l’emballage, en complément de la dénomination de vente (logo « radura » et mention « traité par rayonnements ionisants »), afin que tous les utilisateurs, jusqu’au consommateur final, soient parfaitement informés.

Mais qu’en est-il du contrôle effectif de ces règles ?

Les transformations induites par l’irradiation permettent d’identifier les produits ayant subi le traitement. Les protocoles de test sont au point et multiples (spectroscopie par résonance paramagnétique électronique pour les aliments contenant des os, analyse par chromatographie des fameux ACB qui servent de marqueurs pour les denrées comportant des matières grasses, etc...). Mais si ces outils existent, les Pouvoirs Publics, aussi bien français qu’européens, s’interdisent de les utiliser. Ils ont en effet accordé à la Nouvelle-Zélande un statut dérogatoire exceptionnel, en lui déléguant tout pouvoir de contrôle sur les produits animaux qu’elle livre dans l’Union…Cette dérogation stupéfiante a encore été confirmée récemment (Décision 2006/855 du 24/08/2006 publiée au JOUE du 05/12/2006).

Le dossier du « chilled » ovin importé comporte 2 faces :

1° - La production

En livrant le marché intérieur à des concurrences insoutenables, on condamne délibérément les éleveurs de moutons français.

Dès le début, dans l’Organisation Commune de Marché pour la viande ovine adoptée en 1980, les Pouvoirs Publics français ont accepté d’entrouvrir explicitement la porte au « chilled » (Echange de lettres constituant accord entre la CEE et la Nouvelle-Zélande, publié au JOCE du 18/10/80). Puis -s’étant compromise dans la lamentable affaire du Rainbow Warrior et des faux époux Turinge- la France s’est engagée, à titre de compensation, à ne pas entraver l’évolution technologique des exportations de la Nouvelle-Zélande (Arbitrage international du 30 avril 1990). L’accord du GATT signé à Marrakech en 1994 a définitivement officialisé le renoncement en permettant la substitution totale congelé-« chilled »…

Toutefois, malgré sa gravité, la concession sur l’évolution des présentations ne condamne pas obligatoirement le mouton en Europe. Même pour un Ultra-libéral -qui estimerait anormal de protéger les éleveurs français s’ils ne sont pas compétitifs dans l’absolu avec les gros rangers néo-zélandais- une Mondialisation truquée est inadmissible. Le libre-échange n’a de vertus que si sont mis en concurrence des produits bien définis et, avant tout, parfaitement sains. Or le « chilled » ne répond peut-être pas à ces conditions de base.

2° - La consommation

Quels que soient les accords qui ont pu être conclus dans le passé, rien ne saurait justifier que l’on fasse avaler de la viande irradiée aux consommateurs européens... surtout si c’est à leur insu !

Dans l’actualité récente, le scandale de l’adjonction de mélamine dans le lait en Chine, montre ce dont sont capables certaines grandes sociétés pour maximiser leurs profits. Les firmes en question, compte tenu de leur taille et du caractère international de leur activité, étaient contrôlées et elles ont nécessairement bénéficié de la tolérance coupable des Autorités, même si c’est nié et si quelques lampistes servent de fusible Ce type de comportement ne se rencontre pas uniquement dans les Pays émergeants ou sous régime totalitaire… bien au contraire : seul le montant des sommes en jeu semble compter.

Or, le commerce de la viande ovine recèle manifestement une mine d’opportunités. Entre l’Océanie et l’Europe, qui sont situées exactement aux antipodes, à près de 20 000 km de distance par les voies maritimes, il s’est développé un trafic de viande d’agneau proportionnellement énorme car il concerne plus de la moitié des volumes entrant dans les échanges mondiaux. C’est une aberration sur le plan de l’écologie et ça l’a aussi été sur le plan économique. Mais la nouvelle technologie du « chilled », qui permet au début de décupler les marges en profitant notamment du décalage de saisons entre hémisphère, chamboule les calculs et peut-être aussi les comportements...

Les indices à même de susciter l’inquiétude des consommateurs européens sont malheureusement nombreux.

La consultation du site de la NZ-FSA est déjà édifiante. La « Food Safety Authority » se trouve justement être l’organe de l’Etat Néo-Zélandais qui est chargé du contrôle sanitaire des produits alimentaires et c’est à lui que l’Union européenne a donné carte blanche… Mettant en avant la rigueur de ses actions dans le domaine de la « Biosécurité », mais manifestement surtout soucieuse développer toujours plus les débouchés extérieurs, la NZ- FSA a des affirmations péremptoires et révélatrices. Par exemple, pour illustrer l’absence de risque dans la consommation de nourriture irradiée, elle cite la France qui, en tête d’une quarantaine d’autres Pays, aurait retenu l’irradiation comme procédé de conservation recommandable ! ( http://www.nzfsa.govt.nz/consumers/food-safety-topics/food-processing-labelling/food- irradiation/index.htm )

(Mise en garde : le contenu de ce site risque d’être rapidement expurgé…)

***

Beaucoup d’éleveurs d’ovins français sont déjà dans une situation dramatique et le contexte se détériore rapidement… Or, dans le même temps, le développement des importations de « chilled » se poursuit : les livraisons effectuées en France par la seule Nouvelle-Zélande ont déjà atteint 14 000 tonnes équivalent carcasse en 2007.

La situation est trop grave. Il faut agir très vite. Rien ne peut justifier qu’on laisse subsister la moindre ambiguïté sur la nature exacte de ce produit « chilled ». L’efficacité dont fait preuve la Nouvelle-Zélande sur le plan du lobbying auprès de toutes les instances internationales ne peut justifier l’exemption de contrôles. La sympathie que savent susciter dans leurs contacts, parfaitement synchronisés, les officiels gouvernementaux, les représentants du Meat Board, ceux de tous les stades de la filière et jusqu’aux stars du Rugby ne doivent pas entrer en ligne de compte. Même si beaucoup de publications, bien faites, vantent le naturel et la qualité des grands élevage, le professionnalisme et la fiabilité des industries d’aval dans ces îles à l’écart des épizooties, la France et l’Union européenne doivent se donner les moyens de vérifier si tout est vraiment clair au Pays des All-Blacks : les suspicions sur le « chilled » sont trop fortes. Que la Nouvelle-Zélande se soit beaucoup battue à l’époque contre les essais nucléaires dans le Pacifique ne garantit pas qu’elle ait définitivement renoncé à utiliser certaines technologies… surtout quand il s’agit d’aliments destinés à l’exportation.

Le temps des études et des groupes de travail est révolu. Des contrôles et des analyses sans complaisance doivent être déclenchés sur le champs. C’est possible à Rungis, dans beaucoup de GMS, même chez des restaurateurs très réputés… Mais il est inutile d’en attendre le résultat : c’est la mise en œuvre immédiate du principe de précaution qui s’impose.

Le dossier ovin est particulièrement exemplaire. Chacun peut et doit prendre ses responsabilités : hommes politiques, responsables administratifs, représentants syndicaux, importateurs,distributeurs… et, bien-sûr, consommateurs.

Chacun peut librement choisir ce qu’il consomme et fait consommer à sa famille, mais il devrait lui importer que ce soit des produits bien identifiés et sincèrement tracés.

Tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur les pratiques des laboratoires « high-tech » annexés aux usines de viande de l’hémisphère Sud, organiser le boycot du « chilled » d’Océanie devient un acte citoyen de première importance.

BLCI : "boycotter le chilled irradié" 15/10/08

   
  Boycotter le chilled irradié  

Pour en savoir plus : http://www.monde-solidaire.org/spip/spip.php?article4883

Publié dans La merde qu'on bouffe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
J'adhére à la AMAP (association pour le maintien d'une agriculture paysanne) pour des produits sains et un salaire décents pour les agriculteurs.http://alliancepec.free.fr/Webamap/
Répondre
M
Une telle viande doit avoir un taux d'iradiation supérieur à la moyenne, pourquoi aucun organisme ou asso ne fait des mesures ? On serait tout de suite fixé sur la rélité de cette affaire.Franck
Répondre
S
<br /> On ne nous en parle pas, de gros intérêts doivent être en jeu, et pendant ce temps là nos éleveurs d'ovins crèvent avec 700 € de salaire, tout est fait pour que les petits producteurs<br /> crèvent ainsi les gros propriétaires terriens les vrais bénéficiaires de la PAC cultiveront leurs OGM de merde et élèveront des animaux avec cette merde. On ne risque pas de profiter de la retraite<br /> avec les cancers dûs à la bouffe, je vais essayer de trouver plus d'infos. Merci de ta visité !<br /> <br /> <br />