Nous sommes les Tsiganes réfugiés à Argenteuil.

Publié le par sceptix

 

Ce texte des Tsiganes réfugiés à Argenteuil dans l’ancien foyer Sonacotra
au bord de la Seine a été distribué afin d’informer les gens et de les
inviter au dialogue et à des rencontres.

Les habitants du foyer sont menacés d’expulsion, la décision sera jugée en
délibéré au tribunal de Sannois (95) le 20 novembre 2008.

Le batiment dans lequel ils vivent aujourd’hui doit servir prochainement
de base d’entrainement pour le GIGN et les pompiers : tout un programme...
!

Pour les aider, les soutenir moralement et matériellement, vous pouvez
passer les voir ou contacter ce mail :
reseausolidaritésroms@yahoo.fr


======================================================

Bonjour,

Nous sommes des Tsiganes réfugiés dans l’immeuble délabré de la Sonacotra
à Argenteuil au bord de la Seine. Nous sommes en France depuis 10 ans et
nous venons de Saint Ouen où étaient scolarisés nos enfants.

Pour nous ce n’est pas possible de vivre en Roumanie, pour les Tsiganes il
y a du racisme là-bas. Nous sommes comme ceux qui ont été aidés avant, les
africains, les portugais, les italiens. Finalement tous les pauvres
arrivent ici pour vivre mieux. Nous demandons donc que l’Etat arrête de
nous donner de l’argent pour repartir en Roumanie car, comme nous n’avons
pas le choix, nous reviendrons de toute façon.

Nous voulons pouvoir nous installer pour travailler comme n’importe quel
européen. Mais pour les Tsiganes il faut qu’un patron accepte de payer 900
euros en plus de l’Etat pour nous faire une simple promesse d’embauche !
C’est pour ça que nous travaillons au noir, sinon nous sommes contraint à
faire la manche et nous n’aimons pas ça.

On passe de terrain en terrain ou d’immeubles abandonnés en locaux
insalubres. Maintenant tout le monde à peur de tout le monde, on se
recroqueville et chacun renvoit les problèmes sur l’autre, sur nous les
étrangers, surtout si on est pauvre.

Nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes tout le temps chassés et nos
familles cassées. Pourtant nous savons respecter les gens et nous avons
besoin de l’être aussi. Là où nous sommes dans ce foyer nous ne gênons
personne, et nous souhaitons être tranquilles mais nous accueillons tous
ceux qui veulent nous rencontrer et dialoguer pour se connaître.

Les habitants du foyer.

http://cnt-ait.info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article