Paroles de sdf

Publié le par sceptix



Long article. Merci par avance à ceux qui me feront l'amitié de le lire entièrement.

Il s'appelle Vincent. Je l'ai rencontré par hasard devant une boutique. On a échangé quelques mots, une blague. Je lui ai demandé d'où il venait, il m'a répondu : "du trottoir d'en face". J'ai cru qu'il était routard, avec son sac à dos. Il est SDF. On a papoté dix minutes. Il était visiblement content de parler. Je lui ai proposé de continuer la conversation devant un café au troquet du coin. Au chaud. La discussion s'oriente rapidement sur les gens de la rue et leurs conditions. Et je me rends compte que je me suis de nouveau trompé. Vincent n'est pas content de parler, il a besoin de parler.

Ça fait bientôt un an qu'il "fait la rue". Avant ? Avant, il était chef d'entreprise. Pas patron de multinationale, non, de petites PME dans différents secteurs. Une centaine de salariés au total. Je suis surpris, ça ne cadre pas avec ce que l'on entend de-ci de-la. Je m'autorise à lui demander de me raconter son histoire. Un sourire, mi triste, mi-sarcastique. Il doit me prendre pour un de ces bobos qui cherche des histoires à raconter à ses amis au dîner dans son loft. Mais il s'en fout, me dira-t-il à la fin. Il me parle parce que ça lui fait du bien.

Il me dit avoir eu un objectif de vie.(...)

La suite sur le blog "colère et fatigue" ici : http://merachlor.blogspot.com/2008/12/paroles-dune-personne-sans-domicile.html

Publié dans CHOMAGE&PAUPERISATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article