Quel succès pour le statut d’auto-entrepreneur !

Publié le par sceptix

 A peine lancé et voilà que beaucoup ont demandé leur inscription tandis que d’autres posent des questions et que la majorité trouve ça génial et simple. En théorie, le statut d’auto-entrepreneur est simple, pratique, efficace…. mais qu’en est-il en pratique ? Ce nouveau statut, qui ajoute finalement à la confusion générale sur les statuts (on va se croire dans un musée), n’est-il pas de la poudre aux yeux marketing sur l’air “tout est simplifié, Madame la Marquise …” ?

Pour voir comment “fonctionne” en théorie et en détail le statut d’auto-entrepreneur sur le web, voir cet article (…)Le statut d’auto-entrepreneur est fait, nous dit-on, pour gérer les compléments d’activités ou pour les retraités ou étudiants, qui voudraient travailler un peu.

Prenons le cas de quelqu’un qui fait environ 13 000 euros HT de CA par an en prestations de conseil ou comme webmaster ou comme “faiseur de site” .. Dans le cas auto-entrepreneur, il va récupérer en gros 13000 – 20% = 10400 euros HT. Sur cette somme il paiera des impôts ET ses frais professionnels (ordi, connexion, téléphone, déplacement, etc….).

Si il crée une EURL à 1 euro de capital (et reste seul sans salarié):

– la création lui coûte en gros 500 euros

– les charges lui coûtent en 2008 1437 euros (arrondissons à 1500 pour 2009)

– l’externalisation de la comptabilité (tenue de la compta, liasse fiscale, déclarations de tva, de charges, etc…) coûte environ 1200 euros par an (c’est ça le prix d’un vrai comptable voir plus bas pour en contacter un comme ça )

—> soit un total de 3500 euros en arrondissant avec la taxe professionnelle et 2 ou 3 autres mini trucs.

A ce niveau de CA, le gérant domiciliera la société chez lui et pourra déduire une partie de son loyer des revenus de la société. Son téléphone mobile, son ordinateur, sa connexion internet, les déplacements pro pourront être déduits des revenus de la société.

Le gérant pourra aussi acheter par an pour 1830 euros de cesu, sans charges sociales .. et donc en bref, un tas de frais pourront être “passés” sur la société ce qui fait qu’au final la PERSONNE PHYSIQUE n’aura pas de revenus à déclarer !!! ou en tout cas beaucoup moins que dans le cas du statut d’auto-entrepreneur !

Si vous n’êtes pas convaincu(e), prenez un crayon et du papier et comptez TOUS LES FRAIS DE VOTRE ACTIVITE PROFESSIONELLE OU TOUS LES FRAIS QUE VOUS POURRIEZ FAIRE PASSER SUR VOTRE ACTIVITE PROFESSIONNELLE et regardez si leur somme n’est pas très proche et même supérieure au chiffre d’affaires ….

Si on prend les chiffres de charges pour les ca supérieurs au minimum donné par le RSI, le calcul reste du même type et montre qu’au final, le statut d’auto-entrepreneur n’est pas avantageux car l’argent reçu COMPTE DANS LE CALCUL DE L’IMPOT SUR LE REVENU alors que dans le cas d’une société, cet argent est “consommé” par les frais (or comme il s’agit d’un complément d’activité, le statut d’auto-entrepreneur va augmenter votre impôt sur le revenu …)

La suite : http://www.tubbydev.com/2009/01/auto-entreprene.html

http://libertesinternets.wordpress.com/2009/01/14/les-limites-du-statut-dauto-entrepreneur/

Publié dans CHOMAGE&PAUPERISATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
j'ai l'impression qu'il y a une erreur dans ce texte, où du moins, on ne compare pas les bons statuts... Je me trompe peut être parce que c'est très compliqué... En fait, il faut comparer le statut de auto-entrepreneur avec celui micro-entrepreneur... Dans le deuxième cas, celui par exemple où on est imposé au BIC, c'est un forfait de frais professionnels qui est déduit du chiffres d'affaires en principe... La comptabilité au réel est différente. Mais c'est encore plus compliqué que ça et donc il vaut mieux ne pas faire ce type de comparaison uniquement à charge ! Pour en finir avec les impôts. c'est un pourcentage de 1% du Ca dans le cadre du BIC qui est prélevé à l'auto-entrepreneur chaque mois.C'est en fait une longue étude qu'il convient de faire. Il est possible que le passage en société soit plus intéressant. Mais là, le problème, c'est les charges prélevées forfaitairement dès le deuxième mois d'activité à moins de bénéficier de l'ACCRE. 
Répondre
B
Encore une mesure bidon. Bien tournée et enjolie, le simple citoyen n'y voit que du feu. Et les caisses de l'Etat vont en profiter. Mais pour qui?
Répondre