L'ambassadeur de Chine à Kinshasa plaide pour une coopération gagnant-gagnant avec la RDC

Publié le par sceptix

L'ambassadeur de Chine à Kinshasa plaide pour une coopération gagnant-gagnant avec la RDC


L'ambassadeur de Chine en République démocratique du Congo (RDC), Wu Zexian, a promis vendredi à Kinshasa de mobiliser des initiatives des entreprises chinoises pour mener une coopération gagnant-gagnant avec la RDC.

A l'issue d'un entretien avec le ministre congolais d'Etat en charge de l'Intérieur, Denis Kalume, M. WU a réaffirmé sa volonté de faire venir les entrepreneurs chinois en RDC non pour réaliser leur propre projet mais en tenant compte des intérêts du peuple congolais.

Il y a 30 ans la Chine a réussi une réforme économique, la RDC qui a des atouts majeurs et uniques peut développer sa propre économie, grâce à ses potentialités énormes, a indiqué M. Wu.

Les réalisations de la coopération sino-congolaise sont notamment la construction du Palais du peuple, du stade des Martyrs, des oeuvres industrielles et agricoles à travers le pays, et l'hôpital général de Ndiji, le plus grand et moderne hôpital en RDC.


                                                                                     °°°°°°°°°°°°°°°°

Après une première promesse de 6,5 milliards USD à la RDC, la Chine revient à la charge avec 10 milliards USD


Arrivé hier à la tête d'une importante délégation, le vice-gouverneur de la China Development Bank a procédé hier jeudi 11octobre à la signature d'un important accord de développement avec la partie congolaise au Restaurant Etoile du Grand hôtel Kinshasa.

 

Pour marquer d'une pierre blanche ce grand événement, on a noté dans la salle, la présence du ministre d'Etat Pierre Lumbi, qu'accompagnaient les ministres des Finances Athanase Matenda Kyelu et celui du Budget Adolphe Muzito et beaucoup d'autres membres du gouvernement. Selon les indiscrétions, la Banque compte apporter plus de 10 milliards de dollars US à la RDC.

Après le petit mot du ministre d'Etat Pierre Lumbi des TPI, le ministre des finances a essayé de faire l'économie de cet accord de développement. Pour lui, l'Accord signé avec la partie chinoise s'intéresse à tous les secteurs essentiels partant de l'agriculture à l'environnement en passant par l'élevage, la santé et les infrastructures. Pour une meilleure réalisation de cette coopération, le ministre Matenda a proposé la mise sur pied d'une plate-forme qui devra recevoir l'ensemble de dons et ressources. La plate-forme, a encore dit le ministre Matenda, devra évoluer vers une institution financière, bancaire de manière à pouvoir évaluer de manière significative, les différents projets.

Cherchant peut-être à répondre aux multiples questions qui ont fusé de partout sur les conditions de prêts le ministre a laissé entendre que ces différents prêts vont bénéficier des normes de conditionnalité internationalement reconnues. Une façon, a dit le ministre, "de nous conformer à tous les bailleurs de fonds qui nous apportent leur contribution ". Il s'agit là, d'un instrument complémentaire de manière à encadrer l'essentiel des actions que nous avons à mener avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

L'adresse du vice-gouverneur Gao Jian

Le vice-gouverneur Gao Jian de la China Development Bank a fait remarquer que la signature de cet accord de coopération marque le début de l'accord dans les domaines économique et financier. Pour ce dernier, la signature de cet accord est l'aboutissement des relations amicales qui lient la RD Congo et la Chine.

La Chine qui n'a jamais oublié le soutien que la RDC lui a accordée dans des moments difficiles qu'elle a eu à traverser. Le vice-gouverneur a parlé ensuite des progrès fulgurants accomplis par son pays après la reforme. Celle-ci a permis à son pays de se placer aujourd'hui au 3è rang mondial. C'est donc consciente de son poids et de son rôle sur le plan mondial que la Chine a mis sur pieds des structures, telles que la Banque chinoise de Développement qui intervient dans des domaines variés tels que : les infrastructures, les routes, les chemins de fer, les télécommunications, l'éducation, l'agriculture.

Si la China Bank Development (CBD) intervient dans des domaines divers, ces prêts cependant n'excèdent pas un pourcentage de 1 %. Le vice-gouverneur a en outre rappelé que la Chine avait pris option de soutenir le développement des relations Chine-Afrique. C'est dans ce but, que lors de la dernière conférence Chine-Afrique, plus de 20 groupes de travail avec les pays africains ont été créés et ont donné de résultats satisfaisants. Pour terminer, le vice-gouverneur a fait l'éloge du modèle de coopération mis en exergue dans cet accord de coopération. Il part du principe "gagnant-gagnant" et serait différent de celui appliqué par les autres banques.

 

Pour terminer, il a renouvelé les recommandations faites aux entreprises chinoises oeuvrant en RDC qui devront respecter les lois congolaises, la culture, l'environnement lors de la réalisation de leurs projets

L'ambassadeur de Chine : " cette coopération n'est pas exclusive "

L'ambassadeur de Chine en RD Congo a salué la signature de cet accord.. Pour lui, les relations Chine-Afrique ne datent pas d'aujourd'hui. Il y a déjà six siècles, un navigateur chinois avait touché les côtes africaines. Si, après cette arrivée, les relations sino-africaines ont stagné, elles ont repris vers les années 50 pour aller en s'amplifiant. C'est dans ce cadre qu'aujourd'hui la RDC et la Chine améliorent leurs relations tissées après les indépendances. Cette coopération, a dit l'ambassadeur de Chine n'est pas exclusive. Une façon de dire qu'il y a de la place pour tout le monde.

" Nous serons tous contents que les autres partenaires à la reconstruction de ce pays qui méritent un sort bien meilleur " , a dit l'ambassadeur de Chine. Comme pour dire qu'il est grand temps de mettre un terme aux égoïsmes tant décriés qui peuvent expliquer bien de choses dans la marche de l'Afrique. Aujourd'hui, la délégation chinoise sera reçue en audience par le chef de l'Etat Joseph Kabila. Mis à part le chef de l'Etat, des audiences sont prévues avec le Premier ministre Antoine Gizenga et le gouverneur de la Banque centrale, Masangu Mulongo. Avec ces différentes autorités, ils auront à voir comment matérialiser ces différents projets qui entrent dans les 5 chantiers.

Pour rappel, le protocole d'accord signé avec la partie chinoise prévoyait la construction d'un autoroute entre Kasumbelesa et Lubumbashi, une route nationale reliant à l'Est du pays Kisangani à Beni, Butembo-Goma - Bukavu Kalemie et Lubumbashi. Mis à part le volet route, les partenaires chinois vont construire, réaménager et élargir le chemin de fer Sankania-Banana sans rupture de charge entre Ilebo et Kinshasa. Sur le volet éducation et santé, les partenaires chinois vont construire plus de 150 hôpitaux, 2 universités de standing international sans oublier de multiples industries extractives.



Philippe Mbayi Wete

                                                                               °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

http://www.mediacongo.net/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article