Protéger... ou restreindre les libertés ?

Publié le par sceptix

Mail reçu d' http://artemisia-college.org

Encadrer les médecines non conventionnelles ? Une bonne idée (?!)...
Mais alors pourquoi aucun représentant de ces médecines n’est-il invité dans cette commission ?
Inquiétant... Non ?
 
Protéger... ou restreindre les libertés ?
Pour info.
Jean-Pierre Camo
Directeur de Biocontact
 
Devant le fiasco de la médecine allopathique, la difficulté de trouver de nouvelles molécules (un peu actives et pas trop toxiques), devant le fiasco des anticholestérols, du THS, le danger des antidépresseurs, le scandale des vaccins (voir, notamment, l'attribution du dernier prix Nobel de médecine pour faire vendre le vaccin dangereux et faussement "antipapillomavirus"), les 100e de milliers de maladies nosocomiales... etc. etc., cette commission ne ferait-elle pas partie d'une des offensives pour ce plan global vers : moins de produits et méthodes naturels, vers du "bio" dénaturé... et vers plus de synthèse et d'OGM (avec une intention et un but inavouables, en prime...) ?
Jacques Paltz
 
http://artemisia-college.org/Codex_Alimentarius-00-03-02-0208-01.html
 
http://artemisia-college.org/Nouvel_Ordre_Mondial_de_l_Agriculture-00-03-01-0220-01.html
 
http://artemisia-college.org/Dissemination_secrete_d_OGM-00-03-01-0216-01.html



Ci dessous le texte paru au JO et qui est passé en douce et en plus signé par D. Houssin que j'ai bien "connu" dans ma jeunesse
Charlotte



19 février 2009
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Texte 40 sur 147
Décrets, arrêtés, circulaires

TEXTES GÉNÉRAUX
MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS

Arrêté du 3 février 2009 portant création d’un groupe d’appui technique
sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique
NOR : SASP0902813A
La ministre de la santé et des sports,
Vu le code de la santé publique, notamment l’article R. 1421-1 ;
Vu le décret no 2006-781 du 3 juillet 2006 fixant les conditions et les modalités de règlement des frais
occasionnés par les déplacements temporaires des
personnels civils de l’Etat ;
Vu l’arrêté du 15 décembre 2006 portant politique des voyages des personnels de l’administration sanitaire et sociale,
Arrête :
Art. 1 . − Un groupe d’appui technique sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique est

créé auprès du directeur général de la santé.

Art. 2. − Ce groupe a pour missions :
– d’exercer auprès du directeur général de la santé une fonction consultative d’aide à la conception, à la
mise en œuvre et au suivi de la politique de lutte contre les pratiques non conventionnelles à visée
thérapeutique dangereuses, et de repérage des pratiques prometteuses ;
– de participer à l’élaboration des critères permettant d’apprécier et de hiérarchiser la dangerosité éventuelle
d’une pratique non conventionnelle, ou son caractère prometteur ;
– de participer à la conception et au suivi d’actions d’information et de prévention en direction du public.

Art. 3. − Outre des représentants de la direction générale de la santé, de la direction de l’hospitalisation et
de l’organisation des soins et de la direction de la sécurité sociale, sont nommés membres du groupe d’appui
technique :
– un représentant du ministère de la justice (direction des affaires criminelles et des grâces) ;
– un représentant de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique
(OCLAESP) ;
– un représentant de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires
(MIVILUDES) ;
– un représentant de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) ;
– un représentant de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) ;
– un représentant de la Haute Autorité de santé (HAS) ;
– un représentant du Conseil national de l’ordre des médecins ;
– un représentant de l’Académie nationale de médecine ;
– un représentant de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) ;
– un praticien cancérologue ;
– un praticien rhumatologue ;
– un praticien psychiatre.

Art. 4. − Le secrétariat du groupe d’appui technique sur les pratiques non conventionnelles à visée
thérapeutique est assuré par la direction générale de la santé.

Art. 5. − Le directeur général de la santé est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au
Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 3 février 2009.
Pour la ministre et par délégation :
Le directeur général de la santé,
D. HOUSSIN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
@sceptix>Oui, les charlatans (sans guillemets !) sont du côté des pseudo-médecines.Maintenant, qu'il y ait (et il y a) un énorme problème avec la recherche et les dépôts de brevet du côté des laboratoires, c'est absolument idéniable ! L'argent et surtout le profit est le moteur principal de la recherche pharmaceutique aujourd'hui ! Et c'est absolument intolérable (mais moins que de vendre de la poudre de perlinpinpin) car certaines de ces molécules ont réellement le pouvoir de sauver des vies : la peste et le choléra peuvent se soigner aujourd'hui en quelque jours. Si ce n'est pas un progret, sachant que la grande peste a tué 1/3 de la population Européenne au moyen-age...).Éthiquement et moralement, les principes pécunières qui dictent la direction des recherche sont abérrants. Ces recherches devraient être faites pour le bien de l'humanité, et non pour le profit et le financement d'autre recherches à même visée. Il n'existe qu'une et une seule solution à ce problème, que ces recherches soient (mondialement, et c'est un des problème majeur, car il faut que tout le monde joue le jeu !) PUBLIQUES et publiées sans restriction, et qu'aucun brevet ne puisse être revendiqués sur les molécules découvertes et testées !!!Qu'ensuite, des brevets puisse être déposés sur les moyens industriels de produire ces molécules est une autre question, et les laboratoires tant privés que publics pourraient continuer à y travailler comme aujourd'hui, mais la valeur - et donc la rentabilité - serait bien moindre et plus respectueuse de la valeur des découvertes fondamentales.Comparez les prix des médicaments génériques et ceux auquels ils étaient vendu avant de tomber dans le domaine publics... AMHA, tout l'enjeu se situe à ce niveau.Les « médecines alternatives » n'étant qu'un moyen parallèle de tirer encore du profit du malheur des gens, sans aucun enjeu, sauf l'enrichissement de ceux qui les pratiquent. Ils mériteraient, pour moi, la prison, pour le principe, mais surtout des amendes énorme, pour pallier le manque de fond des laboratoires de recherche publics, cet argent appartenant en priorité à la collectivité (vous, moi, nous tous).Bon dimanche
Répondre
R
ça me fait penser à quand l'Etat Soviétique décida de créer une acssociation d'apui technique aux espérantistes soviétiques ! Depuis sa renaissance après la mort de staline, le mouvement espérantiste en URSS n'vait qu'une existence semi-officieuse et non organisé dans le cadre de la SEJM et de SSOD, or en 1979 les "instances décidèrent de crer une organisation, l'ASE, mais vous vous en doutez , c'était pour mieux "revisser ça", et on nomma comme président un homme qui ne savait même pas l'Espéranto, mais était membre du KGB; là aussi c'était en fait pour "trier" les "tendances dangereuses" de pratiques aussi "non-conventionelles" ....
Répondre
F
Hélas, pour une fois, c'est une bonne nouvelle !Et ne pas inviter de charlatants à un débat me paraît tout à fait judicieux : c'est encore une affaire de gros sous dans laquelle le public se fait berner (ex. : les laboratoires Boiron et l'homéopathie, qui gagnent des millions à vendre des mini pastilles de sucre...).Les assertions des représentants de Biocontact seraient à pleurer de rire, s'il ne s'agissait pas d'arnaque pure et simple, cachée sous un amalgame de fausses véritées.J'ai du mal à le dire, mais cette déscision est excellente et dictée, pour une fois, par le bon sens et le bien public. Étrange...Mais j'ai encore plus de mal avec ceux qui abusent de la confiance et de la crédulité de mes concitoyens pour leur soutirer un peu plus de moyens sur ceux qui leur restent :(
Répondre
S
<br /> D'après vous, les "charlatans" ne seraient que du côté des medecines dites alternatives ? Les labo pharma n'oeuvrant que pour nous soigner, ou pour faire du fric au détriment de notre santé ?<br /> <br /> <br />