Des TOM-DOM au NOM

Publié le par sceptix


Démocratie irréprochable ! C'est Sarkozy qui l'a dit. Au nom de cette démocratie qu'on tente d'ailleurs d'imposer par la force au monde entier, ce qui est une forme de néo-colonialisme, on tue, on prive de liberté, on soumet, on asservit, on baîllonne, on pille, on torture, on contrôle, et j'en passe, certainement de meilleures...

La première vraie explosion est venue de là où on ne l'attendait pas. De nos TOM-DOM, ces territoires oubliés, sauf au moment des élections. Le "démocrate" irréprochable Sarkozy s'est empressé de ne rien faire, dans l'espoir de laisser pourrir la situation. Puis il a envoyé son zélé représentant faire trois pas de figuration devant les caméras et proposer de fausses, ou d'éphémères, solutions. Il a enfin tenté de diviser pour régner, et finalement, Mme Alliot-Marie a mandé les forces de l'ordre, lesquelles se sont aussitôt distinguées en traitant les manifestants de sales nègres. Pas de chance ! Sarkozy aux prises avec le monde enseignant, hospitalier, de la Recherche, des écoles, de la Justice, etc, etc, doit maintenant faire face à la contestation d'Outre-Mer, et celle-là doublement embarrassante. Car elle peut constituer un modèle, un encouragement, à toutes les autres, mais aussi parce qu'elle ramène à la surface tout ce qui avait été jusque là soigneusement enterré sous le vernis de la démocratie proclamée irréprochable : Le poids d'un colonialisme jamais réglé, jamais reconnu, et pire encore, qui s'étend sur toute la planète, aussi bien grâce à des Etats ouvertement colons, comme Israël, qu' à travers des Etats réputés exemplaires sur la question de la Démocratie, comme les Etats-Unis, au moins avant Bush. Les Irakiens ou les Afghans, pour ne citer qu'eux, en savent quelque chose.
 

Et voici que l'on découvre que la France des Droits de l'Homme est peu regardante en matière de liberté, d'égalité, de fraternité, que ses beaux principes républicains érigés en modèle sont de vains mots, que l'Etat français s'est complètement désengagé de ses responsabilités dans ses territoires lointains, se contentant d'y maintenir l'ordre et de laisser les anciens colons faire la loi, tant au niveau de la Grande Distribution, du négoce, du fret, des institutions bancaires... le tout aux dépens des autochtones, condamnés à payer beaucoup plus qu'en métropole, tout en gagnant moins, et en subissant un taux de chômage record, cela dans l'indifférence altière de Paris.

Le colonialisme est toujours vivant. Plus que jamais. La France n'a pas demandé pardon pour ses crimes, elle ne les a jamais déplorés, elle les a perpétués, au moins par sa coupable inaction, au plus en s'alignant désormais sur Washington. Dans les DOM-TOM, il y a toujours des maîtres, et ceux qui subissent. Et en France, nous sommes tous condamnés à nous agenouiller, ou à nous résigner, nouveaux esclaves des temps "modernes", esclaves de l'Argent, du travailler toujours plus pour gagner toujours plus (soi-disant), (...)

la suite sur le blog d'Eva

Ses Articles récents

Publié dans CHOMAGE&PAUPERISATION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
On s'est croisées dans les liens...Quelle présenation, Madame !  Superbe !Bises, eva
Répondre