taser veut neutraliser la désobéissance civile

Publié le par sceptix

Taser est “l’arme du 3e millénaire, un pistolet électronique qui sauve des vies”. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est écrit son site web. Ce même site web explique aujourd’hui qu’il sert aussi à “neutraliser les désobéissances civiques” (sic). Un lapsus étonnant, mais révélateur.

Evoquant le décès de Jack Cover, l’inventeur du Taser, le communiqué du représentant français de Taser écrit en effet :

“Jack Cover est le physicien atomique qui dans les années 1960 avait convaincu le président Lyndon Johnson de développer d’urgence des armes non létales pour neutraliser les pirates de l’air, les fauteurs de trouble à l’ordre public et les désobéissances civiques qui ne nécessitaient certainement pas l’usage d’armes mortelles”.

Taser Xrep1La désobéissance civile est un terme créé par l’américain Henry David Thoreau dans son essai “Civil Disobedience”, publié en 1849, après qu’il ait été emprisonné pour avoir refuser de payer un impôt destiné à soutenir l’esclavage qui régnait alors dans le Sud, et financer la guerre contre le Mexique.

La désobéissance civile est une forme de protestation consistant à afficher, publiquement, de façon généralement collective, et non violente, son refus de se soumettre à une loi, un règlement, une organisation ou un pouvoir considéré comme inique ou injuste.

Un désobéissant est quelqu’un de pacifique, qui cherche à provoquer un débat, une prise de conscience, et faire évoluer la situation.

Gandhi Mais si l’on en croit ce qu’écrit Taser, son pistolet électronique aurait donc vocation à “neutraliser” des personnes aussi dangereuses que Mahatma Gandhi et Martin Luther King, qui, plus que tout autre, ont popularisé cette notion de désobéissance civile.

Taser International, la maison mère, est plus ambigue : dans son communiqué, il est ainsi question de “civil unrest“, terme générique qui désigne tout autant les troubles à l’ordre public que les émeutes.

On trouve cela dit sur le site web de Taser Inc. un document rappelant que l’objet des armes non létales est de répondre à une “résistance active ou une menace” pouvant entraîner des blessures physiques, et qu’il convient de la distinguer de la résistance passive (lorsqu’un suspect refuse d’obéir à un agent, sans pour autant le menacer physiquement) :

“La définition de résistance active interdit généralement, et par exemple, l’utilisation d’une arme de contrôle à l’encontre d’une agression verbale, d’une personne qui fuit, d’enfants et de personnes âgées, de personnes engagées dans des actes (...)
la suite sur le  blog de Bridge

Ses derniers posts :

liste complète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article