Début de consensus sur un encadrement accru de la finance mondiale au G20

Publié le par sceptix

Plusieurs pays du G20, qui rassemble les vingt pays les plus riches, ont évoqué, mardi 24 mars, une série de réformes de la finance mondiale allant dans le sens d'un contrôle accru des marchés.

Au Etats-Unis, le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, et le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, ont plaidé, lors d'une audition devant la commission des finances du Parlement, pour la création d'une autorité de régulation, dotée du pouvoir de liquider les sociétés financières non bancaires "de manière que le gouvernement fédéral dispose des outils dont il a besoin pour défaire une institution de la taille et de la complexité d'AIG".

Barack Obama a appuyé son secrétaire au Trésor, estimant que le Congrès doit rapidement mettre en place une nouvelle autorité de régulation. "J'espère qu'il ne faudra pas trop longtemps pour convaincre le Congrès" s'est-il ainsi inquiété à l'occasion d'entretiens avec le premier ministre australien.

François Fillon, en déplacement à Washington, a quant à lui affirmé qu'"il n'existe pas de divergences économiques majeures entre la France et les Etats-Unis". L'Europe et les Etats-Unis vont demander un encadrement accru des fonds spéculatifs et des agences de notation lors du sommet du G20 en avril, ainsi qu'une réforme des standards des flux financiers internationaux.

Selon François Fillon, quatre piliers sont essentiels : "La réforme de la régulation financière internationale, le soutien à la croissance, le sauvetage des banques et le soutien aux pays les plus menacés". Il a toutefois expliqué que l'Europe avait fait le maximum en matière de relance à ses yeux, une sorte de fin de non-recevoir aux Américains et au Fonds monétaire international qui poussent les Européens à doper leurs mesures de soutien de l'économie.

Le premier ministre britannique, Gordon Brown, a pris des accents très pro-européens pour demander plus de régulation du système bancaire mondial. "Nos réglementations devront s'appliquer à toutes les banques, partout, à tout moment, et ne laisser aucune place pour des banquiers fantômes ni pour ceux qui refusent de payer leurs impôts", a-t-il proclamé lors d'une intervention devant le Parlement européen à Strasbourg. M. Brown, qui présidera la réunion de Londres, a appelé les Européens à prendre la tête des efforts de réforme du système financier international, estimant que l'histoire de la construction européenne faisait de l'UE "la mieux placée pour guider le monde dans sa réponse aux défis énormes et complètement nouveaux de la mondialisation".

Le sommet du G20 réunira les dirigeants des pays du groupe et des institutions internationales telles que l'ONU, le FMI, la Banque mondiale, l'Union européenne, l'Union africaine et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Eh bien voilà, ils le font sous nos yeux, sans nous demander notre avis, leur monstrueux nouvel ordre mondial !!! "plus de place pour les banquiers-fantômes ( ah bon, ils seront mutés dans la dimension angélique peut-être? et surtout POUR CEUX QUI REFUSENT DE PAYER LEURS IMPOTS, pour eux ce sera l'enfer de l'enfer ou la mort, pour ceux qui paieront, ce sera juste le petit enfer bien tiède auxquels ils sont habitués, déjà zombifiés, ça souffre même pas, juste ça dépérit le sourire aux lèvres : l'humanité de demain ?
Répondre