AMIENS Les CRS chargent le rassemblement

Publié le par sceptix

Stupéfaction et colère : ce sont les mots qui résument l'état d'esprit de la soixantaine de personnes qui participaient lundi matin à un rassemblement à l'occasion de la venue à Amiens du ministre de l'Éducation nationale.

Alors qu'elles se trouvaient à quelques mètres de l'entrée des locaux de l'ONISEP, rue Saint-Fuscien, où Xavier Darcos devait inaugurer une plateforme téléphonique d'aide à l'orientation, les CRS leur ont demandé de dégager la route.

« Nous nous sommes assis sur le trottoir et là, les CRS ont chargé, raconte Eddy, élève au lycée Michelis, d'Amiens. Nous avons été stupéfaits, car nous nous étions éloignés. Ils ont chargé trois fois. » « Nous étions tous réunis, parents d'élèves, lycéens, étudiants, enseignants-chercheurs rue Saint-Fuscien, quand on nous a demandé de monter sur le trottoir pour ne pas boucher la route. C'est ce que nous avons [RC]fait, mais cinq minutes après, les CRS nous ont chargés sur cent mètres, raconte aussi Kelly Poulet, du comité de mobilisation des étudiants. Ils étaient 75, nous étions à peine cent. Jamais nous n'avons cherché le rapport de force. On était assis, tranquillement. Ce n'était pas simplement une charge. On a reçu des coups de pied, des coups de poings, certains ont été attrapés à la gorge. Il y a eu plusieurs blessés », déplore la jeune fille. Deux jeunes ont été plus sérieusement touchés et ont été conduits au CHU par le SAMU.

Une plainte déposée

Deux syndicats d'enseignants (SE- UNSA et UNSA-Education) ainsi que la fédération de parents d'élèves FCPE ont écrit au préfet pour lui faire par de leur indignation : « Le rassemblement était calme et courtois », soulignent-ils. « Sans aucune sommation, les CRS ont chargé très violemment les manifestants pacifiques, dont nous faisions partie, pour les faire reculer. » Et ils demandent au préfet les raisons de cette action.

Dans un communiqué, la préfecture leur répond, indirectement, soulignant que la manifestation n'avait pas été déclarée. Elle affirme que les participants ont « occupé la chaussée sous forme de sit in » et « refusé de reculer » et que les forces de police sont intervenues pour les y obliger.

Xavier Darcos (qui n'était pas encore arrivé quand les événements se sont produits) a précisé qu'une délégation avait été reçue par un membre de son cabinet.
« Il y a un travail formidable qui se fait partout, nous avons des interlocuteurs avec lesquels nous discutons: c'est comme cela qu'il faut travailler dans une démocratie », a-t-il ajouté.

Un lycéen majeur a porté plainte au commissariat. Une trentaine d'autres lycéens ont signé un texte pour accompagner sa plainte. Quant aux étudiants, ils demandent « des excuses publiques, de la part du préfet par exemple ». Tous ceux qui ont reçu des coups ont fait constater leurs blessures par des médecins. Quant aux deux jeunes conduits à l'hôpital, ils ne souffriraient pas de blessures graves.

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Les-CRS-chargent-le-rassemblement

L'orientation scolaire devient simple comme un coup de fil

Le nouveau service mis en place par l'Éducation nationale et appelé « Mon orientation en ligne », est expérimenté depuis le 16 mars dans l'académie d'Amiens. Chacun peut obtenir, par un simple coup de fil (1) du lundi au vendredi, de 8 heures à 20 heures, une réponse personnalisée et immédiate de la part d'un conseiller d'orientation. Il est complété par un service de réponse sur Internet (2) accessible à tous les élèves de France.

Le ministre à l'écoute

Xavier Darcos a voulu tester le dispositif en prenant lui-même un appel. C'était un collégien de 3e à la recherche de renseignements sur une formation par alternance en mécanique auto. Il a certainement été surpris d'avoir au bout du fil le ministre en personne...

En une semaine de fonctionnement, la plate-forme a déjà reçu 200 appels, provenant uniquement de l'académie d'Amiens. Quant aux demandes via Internet, elles affluent.

« On retrouve beaucoup de questions sur les carrières sanitaires et sociales, surtout de la part des filles, mais aussi sur les métiers mis en lumière par des séries télévisées, comme la police scientifique ou l'architecte d'intérieur », constate l'une des conseillères.

Xavier Darcos a expliqué aux trois députés présents, les UMP Alain Gest et Jérôme Bignon ainsi que le socialiste Gilbert Mathon, qu'Amiens avait été choisi en raison du caractère rural de l'académie, où les jeunes et leurs familles ne peuvent pas toujours se déplacer pour se renseigner. Le système sera étendu dans un second temps à Limoges, puis à Bordeaux et généralisé à l'ensemble de la France en 2010.

Pascal Charvet, le directeur de l'ONISEP a insisté sur le fait que la plate-forme ne se substituerait pas aux organismes d'orientation existants. Des entretiens personnalisés seront proposés avec le centre d'information et d'orientation (CIO) situé près de la résidence de la personne qui appelle. Une réponse écrite pourra également être envoyée par mail, en liaison avec le CIO.

Un représentant des CIO précisément a fait par de son inquiétude à propos des effectifs. « Les besoins qui se manifesteront en fonction des services que nous rendrons seront satisfaits » a assuré le ministre.

Une réponse personnalisée

L'orientation est l'un des grands dossiers de l'Éducation nationale. Xavier Darcos a indiqué qu' un « bilan personnel d'orientation pour chaque élève de 3e », appelé « Portrait d'avenir » sera expérimenté durant la prochaine année scolaire dans l'académie de Limoges. Il servira à proposer à l'élève un stage à l'occasion des vacances de printemps. Un stage différent du stage obligatoire d'«observation en milieu professionnel», qui permettra au collégien de confirmer ou d'amender ses choix.

CHANTAL VAGOGNE

(1) 0 810 012 025 (prix d'un appel local à partir d'un fixe).
(2) www.monorientationenligne.fr

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Les-CRS-chargent-le-rassemblement/L-orientation-scolaire-devient-simple-comme-un-coup-de-fil

Publié dans Enseignement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article