Marcel Zadi, le « Gandhi Africain » (vidéo)

Publié le par sceptix

Le regard doux, la voix posée, Marcel Zadi Kessy, 72 ans, continue d’occuper une place à part en Côte d’Ivoire. À cheval entre la politique et l’économie, il a inlassablement œuvré pour la paix. L’affaire de sa vie, c’est le développement, arracher à la pauvreté ses compatriotes, et ceux des campagnes en particulier.

L’échec des politiques de développement rural en Afrique lui semble l’échec des stratégies imposée du sommet. Pour Marcel Zadi, un seul mot d’ordre est valable : impliquer les populations rurales et les communautés à partir de la base. Le développement rural doit être autocentré et autogéré. Ou ne pas être.

C’est dans un savant mélange de management occidental et de sagesse africaine que Marcel Zadi explique son parcours dans ce document vidéo que nous a confié le journaliste Jean Lafontaine.

Mecanopolis



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
M. Zadi Marcel Kessy, est un homme de culture pétrie de talent en matière de management du développement local. Il est un exemple patent d’initiateur de projets locaux ondés sur une large participation des bénéficiaires dans son village. Cependant au niveau politique, son parcourt illustre bien la vraie personnalité de l’homme caméléonesque politique, et opportuniste, il ne vise que le bien être individuel de l’intérêt général. Ainsi, l’homme de Bédié n’a pas hésité à abandonner son frère politique en retournant sa veste après le coup d’Etat de 1999. L’homme n’hésitera pas à revenir rejoindre ses amis quand la situation s’améliore. De plus, influencé par les faucons et les multinationales dont lui seul connait la nature du pacte qui les lie, il augmente de façon demeurée l’eau et l’électricité au préjudice des populations urbaines. Quel contraste ! N’est-ce pas lui qui recherche le développement et le bonheur des Ivoiriens ? Leur priver d’eau et d’électricité ou même la mettre dans un délestage continue, est-il synonyme de développement participatif ? N’est-ce pas là un appauvrissement continu ou exclusion?
Il ne mérite pas ce nom « le Gandhi africain ». bonne lecture.
Répondre