La crise ne travaillerait pas les salariés (!!!!)

Publié le par sceptix

On les croyait atteints par la sinistrose ambiante. C'est loin d'être le cas.

Une grande majorité des salariés (89 %) estime travailler dans de bonnes conditions et ce malgré la crise, comme le révèle un sondage 20 Minutes-France Info, réalisé fin mars par l'institut Obea-InfraForces. Cependant, les conséquences du marasme économique commencent à être perceptibles car 20 % des sondés notent une détérioration de leurs conditions de travail, jugée dans un tiers des cas importante.

Premières victimes : les cadres et les employés en bas de l'échelle. Ces derniers évoquent notamment un stress et une pression plus importante de la part de leur hiérarchie et de leurs clients, qui se conjuguent avec une charge de travail accrue. Egalement pointée du doigt, la baisse du pouvoir d'achat : 45 % des sondés se plaignant d'une dégradation de leurs conditions de travail déclarent ne pas avoir été augmentés ou avoir vu leurs revenus chuter. Enfin, l'ambiance au travail semble parfois se dégrader puisque 29 % des personnes interrogées font état de tensions entre collègues.

Autre surprise : malgré la crise, les salariés ne s'inscrivent pas dans une guerre des clans contre leurs chefs, bien au contraire. La majorité d'entre eux (87 %) estime avoir de bonnes relations avec leur hiérarchie, contre 10 % qui pensent le contraire.

Et la tempête économique des six derniers mois n'a pas entamé la paix sociale, puisque 78 % des sondés assurent que leurs rapports avec leur boss n'ont pas changé, contre 9,5 % qui les jugent dégradés. Ils semblent même faire cause commune avec leurs chefs, 82 % des sondés affirmant être solidaires de leurs dirigeants dans la crise.

Autre signe de confiance vis-à-vis de l'entreprise : alors que 61 % des sondés ne croient pas le gouvernement capable de prendre des mesures pour sauvegarder l'emploi, 75 % d'entre eux pensent que leur employeur fait son possible pour le préserver. Une relative sérénité qui se retrouve dans la gestion de carrière. Loin de céder à la panique, les salariés comptent poursuivre leur chemin dans l'entreprise. En conséquence, ils ne sont que 15,5 % à scruter les offres d'emploi dans l'espoir de changer d'employeur et seuls 8,9 % envisagent de partir tenter leur chance à l'étranger. Quant aux lendemains, ils ne sont qu'un quart à craindre qu'ils déchantent : 25,4 % des salariés déclarent avoir peur de perdre leur travail. Mais il est difficile de croire qu'ils ne seront pas plus nombreux dans les prochains mois... ;

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Il faut laisser les sondages, ils n'ont aucune fiabilité ... et les analyses qui en sont faites, n'ont de ce fait aucun intérêt. Cessons de vivre dans un univers virtuel de pourcentages et de stats, ce ne sont que des chiffres, et nous ne sommes pas des numéros ... reprenons pied dans la réalité et dans ce que nous vivons et vivent les autres. Cessons de nous laisser dire par les sondeurs ce que nous sommes supposé vivre, alors qu'ils n'en savent rien !Bises
Répondre