Grippe porcine : dernieres news

Publié le par sceptix

OBAMA refuse de fermer la frontière avec le Mexique
(entendu sur BFM)

Suisse/Grippe porcine/Une pandémie ferait grimper les primes maladie
Berne (awp/ats) - Une pandémie de grippe porcine pèserait lourdement sur le porte-monnaie des assurés. La Confédération et les cantons estiment à plus de 300 millions de francs les coûts supplémentaires que représenterait une flambée en Suisse.
Une augmentation des primes maladie serait inévitable: en cas de pandémie, l'organisation faîtière des caisses maladie santésuisse estime la hausse à 2 %, en plus de l'augmentation moyenne de 10 % prévue pour l'an prochain, indique son porte-parole Paul Rhyn.
Ce pourcentage s'appuie sur une étude de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) datant de 2003. Celle-ci chiffre à 405 millions de francs les coûts directs d'une pandémie de grippe, contre 100 millions de francs pour une épidémie de grippe saisonnière.
Ce montant comprend les consultations chez le médecin, les hospitalisations, les vaccinations et les médicaments anti-viraux. A cela s'ajoute près de 2 milliards de francs de coûts indirects, dus à la perte de productivité engendrée par une pandémie.
ats/mm
(AWP/30 avril 2009 11h00)

Grippe porcine/Permier cas confirmé en Suisse

Berne (awp/ats) - Un premier cas de grippe porcine a été confirmé en Suisse. Le patient qui se trouve à l'hôpital cantonal argovien de Baden a été testé positif au virus, a indiqué l'établissement dans la nuit de mercredi à jeudi dans un communiqué.

Mercredi après-midi, le patient était toutefois sorti de l'hôpital après un premier test négatif founi par le Centre national Influenza à Genève. Il a été a nouveau hospitalisé après un deuxième test, positif celui-là.

Toutes les personnes qui ont été en contact avec le malade ont été informées et priées de rester chez elles jusqu'à nouvel ordre. Une ligne téléphonique de renseignements a été mise à leur disposition, précise l'hôpital.

L'hôpital cantonal argovien explique que l'incident est dû à un "malentendu dans l'interprétation du commentaire qui accompagnait le premier résultat du laboratoire". Une conférence de presse est prévue plus tard dans la journée.

Mercredi après-midi, le directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Thomas Zeltner a expliqué qu'un cas d'infection clairement positif pourrait être rapidement diagnostiqué. La situation est toute autre lorsque les cas sont incertains ou qu'ils aboutissent sur un premier résultat négatif. Les examens sont alors plus longs puisqu'il faut procéder à de nouvelles analyses.

Cas très suspect à Genève

Vingt-quatre autres cas suspects sont en cours d'examen en Suisse. Ils se trouvent dans les cantons de Genève, Vaud, Valais, Berne, Zurich, Bâle-Campagne et St-Gall. L'état de santé du patient genevois est jugé particulièrement suspect. Les personnes concernées sont toutes de retour du Mexique.

Le malade argovien a lui été le premier a présenter des symptômes suspects. Jusqu'à présent, son état était stable. Il a reçu du Tamiflu.

Cellule spéciale

Pour faire face au mieux au possible développement de la maladie, le Conseil fédéral a de son côté décidé d'activer la cellule spéciale chargée de coordonner la lutte contre une éventuelle épidémie.

Cette cellule est destinée à "accélérer les processus administratifs". Composée de représentants de la Confédération et des cantons pour conseiller les autorités publiques, elle se chargera de coordonner la lutte contre une éventuelle épidémie de grippe porcine.

ats/ds

(AWP/30 avril 2009 06h32) Romandie News


Grippe porcine : une écolière parisienne en observation

U
ne fillette de 9 ans, élève dans une école parisienne, a été hospitalisée d'urgence, mercredi 29 avril, après avoir été victime d'un malaise dans son école. De retour d'un voyage au Mexique, elle a été placée en observation à l'hôpital Necker afin de déterminer la présence éventuelle chez elle du virus H1N1 de la grippe porcine.

Le maire adjoint du 18e, Philippe Darriulat, a précisé que l'enfant avait fait l'objet d'"examens toute la nuit". "Rien n'est avéré" si ce n'est qu'"on est sûr qu'il ne s'agit pas d'une méningite", a-t-il indiqué.

A l'ouverture de l'école jeudi, une équipe médicale de la ville de Paris devait accueillir les enfants et les parents, qui n'avaient pas encore été informés. Philippe Darriulat a précisé qu'une décision de "fermer la classe de CM1 de l'enfant pour la journée" serait prise si la grippe était diagnostiquée, le caractère porcin de la grippe ne pouvant être caractérisé qu'à un stade ultérieur. Le diagnostic devait être fourni à 10 heures.

Par ailleurs, un cas sera "probablement confirmé parmi les deux" cas français hautement suspects d'avoir contracté le virus H1N1 de la grippe porcine, indique, jeudi 30 avril, Antoine Flahault, directeur de l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), sur Europe 1. "C'est un peu difficile pour le moment de confirmer (ces cas) parce qu'on a pas encore tous les tests et réactifs", a-t-il cependant précisé, ajoutant: "Il faut que les souches puissent nous parvenir".

Un cas est dit "probable" lorsque un test appelé PCR (technique d'amplification génique) grippe A réalisé sur un prélèvement naso-pharyngé se révèle positif, lorsqu'il présente un tableau sévère ou s'il a été en contact étroit avec un cas probable ou confirmé dans les 24 heures avant le début des signes. Il est confirmé lorsque le test établit formellement la présence du virus H1N1.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/04/30/grippe-porcine-une-ecoliere-parisienne-en-observation_1187185_3244.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article