Maxime le Forestier compare les internautes aux nazis

Publié le par sceptix

Après le point Godwin atteint avec brio par Christine Albanel lors de la première lecture à l'Assemblée Nationale, c'est Maxime le Forestier qui l'a pulvérisé ce mardi matin en beauté sur Europe 1.

Alors qu'il était invité de Marc-Olivier Fogiel pour expliquer les raisons qui l'ont poussé à co-signer une lettre remplie de contradictions à Martine Aubry, le chanteur a estimé que laisser faire le piratage était une attitude "pétainiste".

"Les Allemands sont là on les laisse", a-t-il lancé en risquant un parallèle glissant entre les nazis confortés par le Maréchal Pétain et les internautes confortés par ceux qui, comme les députés socialistes, estiment qu'il n'est plus possible de revenir en arrière pour supprimer le piratage.

Suite et vidéos sur le blog :
http://technofil.over-blog.com/

A lire également ses derniers billets :

Hadopi : tour du monde des mesures antipiratage

Botnets : déjà 12 millions de nouvelles adresse IP piratées en 2009

270 millions d’utilisateurs pour Firefox et 60 millions pour OpenOffice.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
J'avais la nostalgie de ses anciens textes... Le personnage actuel me fait gerber !
Répondre
S

Moi aussi, Brassens doit se retourner dans sa tombe !!!


M
Je n'ajouterai rien sur ce pauvre Leforestier.Quant à ces pauvres Arditi,Gréco (prétentieuse inculte), ils passent tellement dans les médias que s'ils représentaient un danger, ça se saurait.Non je voudrais conter l'anecdote suivante, vraie : festival de Cannes, début des années 80; Piccoli (soi-disant de gôche) et Patrick Dewaere, acteur de droite, sont "alpagués" par un clochard qui leur demande gentiment l'aumône.Dewaere lui donne une pièce et Piccoli l'ignore avec mépris.Quelle bande d'hypocrites qui profitent en outre de la publicité gratuite dans les télés et radios publiques où ils viennent systématiquement faire leur promotion.Amitiés Charlotte.
Répondre
S

J'ai connu Piccoli, j'avais 27 ans et je confirme c'est un sale con, méprisant. l'anecdote du clochard ne m'étonne pas.
Bisous bisous Morsli