Grippe A : dernieres news

Publié le par sceptix

Grippe porcine: lent retour à la normale, l'OMS ne baisse pas la garde

MEXICO (AFP) — Les mesures restrictives pour lutter contre la grippe porcine étaient progressivement levées jeudi au Mexique, en Chine et ailleurs, mais les autorités sanitaires mondiales ont appelé à ne pas baisser la garde face à une résurgence possible du virus.

Le numéro deux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Keiji Fukuda, a jugé que "selon une estimation raisonnable, un tiers de la population (mondiale) serait contaminé" en cas de pandémie de grippe porcine.

Dans ces conditions, même si la maladie était peu virulente, le nombre de personnes qui présenteraient des complications et décéderaient serait très important, a expliqué le Dr Fukuda.

"Dans le passé, lors des pandémies, environ un tiers de la population (mondiale) a été contaminé. Mais nous vivons aujourd'hui dans un monde différent. Il est prématuré de faire des pronostics", a-t-il cependant tempéré.

Malgré l'annonce de décès supplémentaires, le Mexique, qui déplore 44 morts et plus de 1.100 malades de la grippe porcine, commençait à tourner la page.

Après les commerces, restaurants et sites archéologiques la veille, les établissements scolaires ont rouvert progressivement jeudi à Mexico, tout comme les musées, cinémas, théâtres, bars et discothèques de la capitale.

La Chine a levé certaines mesures de quarantaine contre des personnes soupçonnées d'être contaminées, tandis que la Russie levait l'interdiction d'importer du porc de cinq Etats américains, tout en la maintenant pour huit autres, le Mexique, l'Espagne et la Grande-Bretagne.

L'OMS a appelé à "maintenir l'état d'alerte et la surveillance" du virus, alors que la mobilisation pour préparer un vaccin contre la nouvelle grippe a produit ses premiers résultats, avec le premier séquençage du génome du virus A H1N1 au Canada.

M. Fukuda a confirmé que le virus était plus bénin que celui qui avait provoqué la pandémie de grippe espagnole en 1918, mais a averti qu'il pourrait suivre la même évolution et devenir plus virulent plus tard cette année.

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a elle aussi estimé qu'il était "trop tôt pour crier victoire".

Néanmoins, ont estimé des scientifiques, la flambée actuelle de grippe A(H1N1) pourrait assurer aux personnes contaminées une forme d'immunité protectrice, au cas où le virus réapparaîtrait sous une forme plus virulente, dans une seconde vague pandémique.

L'OMS chiffre à 2.371 dans 24 pays le nombre de cas confirmés de grippe porcine, qui a fait 44 morts au total, selon un bilan publié jeudi soir.

Avec deux nouveaux cas en Israël, la contagion se poursuit.

Le Brésil a enregistré ses quatre premiers cas de grippe porcine, a annoncé jeudi soir le ministre de la Santé José Gomes Temporao.

Trois des personnes porteuses du virus A(H1N1) venaient du Mexique et une des Etats-Unis. Toutes sont des personnes jeunes qui "se portent bien", a dit le ministre.

Les autorités américaines comptabilisaient jeudi 896 cas confirmés de grippe A(H1N1), soit 254 cas de plus que la veille.

Au Canada, le nombre de cas confirmés a passé la barre des 200 mercredi, atteignant 214. La Pologne est devenue le 24e pays contaminé.

Mercredi, le Canada avait annoncé avoir réalisé le premier séquençage du génome du virus, qui pourrait aider à la mise au point d'un vaccin.

Aux Etats-Unis, où la grippe porcine a fait deux morts, un responsable des Instituts de la santé (NIH) avait annoncé que de premiers pas avaient été franchis pour la mise au point d'un vaccin.

La FDA, l'agence américaine des médicaments, a autorisé le groupe pharmaceutique français Sanofi-Pasteur à produire aux Etats-Unis des vaccins anti-grippe, pour accroître les capacités de production.

Pékin a défendu jeudi les mesures de quarantaine prises pour empêcher l'épidémie, critiquées notamment par le Mexique, estimant qu'elles étaient nécessaires pour éviter des "conséquences catastrophiques", et sa propagation en Asie.

Le gouvernement haïtien a de son côté retardé l'arrivée en Haïti d'un navire mexicain qui devait apporter de l'aide humanitaire à ce pays dont l'agriculture a été dévastée par des tempêtes tropicales.



"Pas de fête à la grippe porcine"

Annulez vos projets de "fête pour attraper la grippe porcine": tenter délibérément d'être infecté par le virus A(H1N1) pour se protéger d'une épidémie future plus virulente est une mauvaise idée, avertissent les autorités sanitaires américaines.
Faire une "réception à la grippe porcine" est "une grosse erreur", a déclaré jeudi Richard Besser, directeur des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

"Il s'agit d'une nouvelle infection émergente et chaque jour nous en apprenons davantage" sur la maladie, a-t-il dit. "Mais nous ne savons pas quel impact l'infection aura sur une personne".

"C'est une grosse erreur de faire courir un risque aux personnes et aux enfants, et les CDC ne recommandent pas que les gens suivent cette voie", a-t-il dit.
L'idée, qui aurait d'abord fait surface sur des sites internet spécialisés, est calquée sur celle des "réceptions varicelle", au cours desquelles les enfants malades transmettent le virus de la varicelle aux autres.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/07/01011-20090507FILWWW00628-pas-de-fete-a-la-grippe-porcine.php

.

Eviter que les virus des grippes aviaire et porcine se rencontrent

PARIS (AFP) — Le risque d'apparition d'un virus de grippe virulent, associant le nouveau virus de grippe porcine H1N1 et le virus de la grippe aviaire H5N1, est réel si les deux virus se rencontrent chez la même personne, selon les spécialistes interrogés par l'AFP.

Si le virus H1N1 d'origine porcine et le virus aviaire H5N1 infectaient simultanément une même personne, ils pourraient échanger certains gènes et donner naissance à une nouvelle souche virale très virulente, facilement transmissible entre humains, avertit le virologue londonnien John Oxford (London Queen Mary's School of Medicine).

"Nous voulons éviter une situation où apparaîtrait un virus aussi contagieux que le virus porcin avec un H5 (l'hémagglutinine 5, une protéine majeure de la surface du virus, ndlr)", a-t-il déclaré par téléphone, jugeant qu'une telle recombinaison du virus, remplaçant le H1 de l'un par le H5 de l'autre, serait "dangereux".

Si on classe les grippes selon leur gravité potentielle et qu'on situe une grippe saisonnière ordinaire au niveau trois et la grippe porcine au niveau cinq, alors la grippe aviaire serait au niveau six et "un virus H5N1 issu d'un tel réassortiment de gène avec un virus porcin serait au niveau le plus haut de tous, au moins sept", selon John Oxford.

Depuis 2003, la souche H5N1 de la grippe aviaire a tué plus de 250 personnes dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Plus de 80% des décès ont été enregistrés en Asie, dont 115 en Indonésie. Il y a eu également 23 cas mortels en Egypte.

Difficilement transmissible à l'homme, le virus H5N1 est souvent mortel, tandis que le H1N1 d'origine porcine facilement transmissible d'homme à homme, entraîne une mortalité réduite, d'où la menace que pourrait représenter un virus associant leurs gènes.

"Oui, ce danger existe d'une recombinaison génétique, parmi les animaux, parmi les humains, et c'est quelque chose qu'effectivement nous redoutons", a déclaré jeudi Pierre Duplessis, envoyé spécial de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) pour la grippe pandémique.

Dans le génome actuel du virus A/H1N1, "il y a une séquence identifiée comme appartenant aux oiseaux, et effectivement c'est une possibilité que le virus acquière des propriétés plus agressives et développe une virulence plus sévère".

Bruno Lina, directeur du Centre national de référence des virus de la grippe pour sud de la France, met quant à lui en garde contre des craintes exagérées et une "théorie du pire".

"Le réassortiment H1-H5 est effectivement possible", mais il faut garder en mémoire que depuis au moins six ans, même en laboratoire, on n'a pas réussi à obtenir un réassortiment entre le virus de la grippe aviaire et un virus de la grippe humaine. "J'ai essayé dans mon laboratoire P4 à Lyon, ça ne marche pas, les virus ne veulent pas réassortir", a-t-il expliqué.

Il reconnaît qu'avec le H1N1, "on a cette fois affaire à un virus adapté à l'homme mais qui est d'origine porcine", estimant qu'il faut évaluer le risque en laboratoire dans une ambiance fermée. "Il faut l'analyser et le surveiller, pas en avoir peur", souligne-t-il.

Nigel Dimmock de l'Université de Warwick en Grande-Bretagne estime aussi que le risque de recombinaison est réel mais faible. "C'est une inquiétude, mais il est très difficile pour le virus de réussir à se transformer en pathogène viable pour l'homme", dit-il.

Même si les risques sont faibles, John Oxford appelle à la vigilance, surtout si "le virus porcin se propage dans une région avec des millions de personnes".

Deux pompiers de Prades, porteurs de la grippe porcine
Jeudi 7.5.2009. 21:45h

Après analyses, l’Institut de veille sanitaire a confirmé ce jeudi après-midi la présence de deux cas de grippe A/H1N1‎ à l’Hôpital Saint-Jean de Perpignan. Deux pompiers volontaires de Prades, un homme et une femme, hospitalisés mardi après un voyage au Mexique effectué en compagnie de six autres pompiers, ont en effet déclenché la maladie, après avoir été, dans un premier temps, confinés à leurs domiciles dès leur arrivée, dimanche, avant d'être isolés dans des chambres stériles au centre hospitalier de Perpignan. Alors qu’un traitement à base du médicament Tamiflu assure désormais une évolution favorable des patients, un troisième pompier pourrait également développer la maladie, tandis qu’une légère inquiétude est provoquée par la présence de l’un des deux premiers, mardi, sur son lieu de travail, sans véritable risque de contamination, la maladie ne s’étant pas alors déclarée. Jusqu’à présent, la présence de la grippe porcine au plus près de Perpignan avait été signalée jeudi 28 avril à l’Hôpital Josep Trueta de Girona. Selon le numéro deux de l'Organisation Mondiale de Santé, le Dr Keiji Fukuda, "un tiers de la population mondiale serait contaminée" en cas de pandémie de grippe porcine.


Sur le même thème

 

Grippe : le nombre de cas confirmés grimpe à 896 aux Etats-Unis

[ 07/05/09  - 19H47 - AFP  ]

Les autorités sanitaires américaines ont recensé jeudi 896 cas confirmés de grippe porcine A/H1N1, soit 254 cas de plus que la veille dans 41 Etats, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
"Nous nous attendons à une forte augmentation de ces chiffres dans les jours à venir", a dit le directeur des CDC Richard Besser lors d'une conférence de presse.
Il y a aussi 925 cas probables de grippe porcine aux Etats-Unis, a-t-il précisé.
Aucun nouveau décès n'est enregistré dans le pays, depuis celui d'un enfant Mexicain de près de deux ans au Texas (sud) la semaine dernière et celui d'une jeune femme âgée d'une trentaine d'années, qui souffrait déjà de problèmes de santé, dans ce même Etat en début de semaine.
Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié jeudi après-midi avant celui des CDC, la grippe porcine a contaminé 2.099 personnes dans 23 pays.
Les deux décès recensés aux Etats-Unis sont les deux seuls en dehors du Mexique, où la maladie a fait 44 morts, selon le dernier bilan.
Le numéro deux de l'OMS, le Dr Keiji Fukuda, a jugé jeudi que "selon une estimation raisonnable, un tiers de la population (mondiale) serait contaminée" en cas de pandémie de grippe porcine.
Dans ces conditions, même si la maladie était peu virulente, le nombre de personnes qui présenteraient des complications et décéderaient serait très important, a-t-il expliqué.

http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00146146-grippe-le-nombre-de-cas-confirmes-grimpe-a-896-aux-etats-unis.htm

Grippe porcine : premiers cas au Brésil et en Argentine

BRASILIA (Brésil) (AFP) — Le Brésil a enregistré ses quatre premiers cas de grippe porcine, a annoncé jeudi soir le ministre de la Santé José Gomes Temporao, et un premier cas a été détecté en Argentine chez un touriste revenant du Mexique et qui se porte bien, a annoncé jeudi le ministère argentin de la Santé.

Au Brésil, trois des personnes porteuses du virus A(H1N1) venaient du Mexique et une des Etats-Unis. Toutes sont des personnes jeunes qui "se portent bien" a dit le ministre.

Dans cet immense pays de 190 millions d'habitants, deux cas ont été confirmés à Sao Paulo (sud-est), un à Rio de Janeiro (sud-est) et un dans l'Etat du Minas Gerais (centre). "La situation est totalement sous contrôle. Il n'y a aucun cas de contamination de personne à personne au Brésil, tous les cas ont été contractés à l'étranger", a assuré le ministre de la Santé.

Depuis son apparition au Mexique fin avril, le virus de la grippe porcine a contaminé 2.371 personnes dans 24 pays , selon un bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié jeudi soir.

En Amérique latine, des cas de grippe porcine ont déjà été confirmés en Colombie, au Salvador et au Costa Rica.

L'Argentine a aussi annoncé son premier cas jeudi soir. La personne infectée est rentrée du Mexique le 25 avril et a commencé à développer les symptômes du virus A (H1N1), a précisé à la presse la ministre de la Santé, Graciela Ocana. Selon les derniers chiffres du gouvernement argentin, 52 cas suspects de grippe porcine ont été enregistrés.

"Le virus de la grippe A(H1N1) est arrivé au Brésil. Cela ne change rien parce que le gouvernement a pris les mesures nécessaires pour contenir la maladie", a affirmé M. Gomes Temporao. Il a indiqué que des examens avaient été pratiqués sur 93 personnes, soupçonnées d'être atteintes par le virus, et s'étaient révélés négatifs. Quinze personnes sont encore en attente des résultats. Les autorités sanitaires brésiliennes ont annoncé jeudi qu'elles disposaient de nouveaux équipements permettant de diagnostiquer les cas en 72 heures.

Le Mexique, foyer de l'épidémie, déplorait jeudi 44 morts et plus de 1.100 personnes malades.

L'Argentine a annoncé une série de mesures destinées à faire face à l'épidémie de grippe porcine, dont la suspension depuis 10 jours de l'atterrissage des vols en provenance de Mexico.






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article