Xavier Darcos veut autoriser les fouilles à l'école

Publié le par sceptix

Créé le 21.05.09 à 14h09 | Mis à jour le 21.05.09 à 14h13  | 
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, le 20 mars 2009 à l'Elysée
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, le 20 mars 2009 à l'Elysée/Martin Bureau AFP

VIOLENCE - Il s'exprimait devant 90e Congrès de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP).

Xavier Darcos a proposé jeudi de réfléchir à la création d'"une force mobile d'agents" intervenant en milieu scolaire "sur des missions de prévention et de contrôle" de la violence, et jugé nécessaire de pouvoir fouiller les élèves suspectés de transporter des armes.

"Puisqu’il faut des moyens (contre la violence), mais des moyens bien utilisés, je veux mettre en débat la possibilité de créer, auprès des recteurs, une force mobile d’agents qui pourront intervenir dans les établissements sur des missions de prévention et de contrôle", a-t-il déclaré, dans son discours d'ouverture du 90e Congrès de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP), qui se tient à La Rochelle de jeudi à samedi.

Selon l'entourage du ministre, il ne s'agirait pas d'agents de police mais "de personnes formées et assermentées, placées auprès des recteurs, susceptibles de se rendre dans les établissements rapidement, pouvant constater des délits, confisquer des armes, opérer des fouilles si nécessaire".

Sanction financière des parents

Le ministre, qui a évoqué
le drame de Fenouillet (Haute-Garonne), où une enseignante a été poignardée en plein collège le 15 mai, veut pouvoir donner à ces personnels assermentés "les moyens juridiques et matériels d’agir", en leur octroyant "le droit de faire ouvrir le cartable ou de fouiller l’élève qu’ils suspectent de vouloir introduire des armes".

Le ministre de l'Education a aussi évoqué l'idée de sanctionner financièrement les parents d'élèves ayant "démissionné".

"Il faut (les) rappeler à leur devoir de parent en leur infligeant, si nécessaire, des sanctions financières concrètes, rapides et proportionnées à la faute".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
oui, il est frappant (si j'ose dire) de voire qu'à la même époque et d'un même mouvement les enseigneants n'ont mêmeplus le droit de flanquer une gifle à leurs élèves, mais qu'on envoie les flics contre les enfants et les traite comme des délinquants ! il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Danemark
Répondre
S
<br /> La dictature décomplexée Roland, et ce n'est pas terminé........<br /> <br /> <br />
W
<br /> Depuis que l’Education Nationale ne fait plus la police, les forces de l’ordre font la leçon.<br /> Quand la rue, l’école et la crise jouent un vaudeville, personne n’est trompé, tout le monde est débiteur.<br /> Entre les parents démissionnaires et le corps enseignant sclérosé, il reste la bavure policière.<br /> Quand les exceptions construisent les exemples, le législateur transforme l’épiphénomène en cas d’école.<br /> La suite ici :<br /> http://souklaye.wordpress.com/2009/05/21/post-it-police-scolaire/
Répondre
P
C'est très grave, ils vont finir par atteindre le gang des BN ! Et risquent même de le démanteler !
Répondre
R
il devient de plus en plus indiqué de pratiquer l' "ecole à la maison", qui semble être de moins en moins rare :http://instructionenfamille.free.fr/http://miiraslimake.over-blog.com/article-1695209.htmlcourage fuyons !
Répondre