Les propos de Netanyahu divisent l’opinion israélienne

Publié le par sceptix

Ce discours capital de Benyamin Netanyahu a été accueilli très différemment par Israéliens et Palestiniens. Devant l’université de Tel Aviv où se trouvait leur Premier ministre, des manifestants israéliens s‘étaient réunis. Certains pour lui lancer un avertissement:

“Nous sommes ici pour dire à Netanyahu qu’il a été élu par des gens qui attendent de lui qu’il protège la Terre d’Israël. Et s’il nous trahit encore, nous le ferons de nouveau tomber.”

Le mouvement israélien pour “la paix maintenant” était en revanche venu lui dire qu’il n’allait pas assez loin. Le sentiment du secrétaire général de l’organisation:“Netanyahu est un leader de droite, et je ne pense pas que nous pourrons voir naître une quelconque action en faveur d’une solution à deux Etats.”

Côté palestinien, la réaction d’un couple de la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

Mari et femme étaient partagés à l’issu de la retransmission télévisé du discours de Netanyahu:

“Nous n’avons pas besoin de promesse, nous avons besoin de quelque chose de concret, ce qu’ils disent, ils doivent le réaliser, nous en avons assez des promesses.”

“Nous espérons, avec l’aide de Dieu, obtenir la Paix. Netanyahu est un leader politique et non un militaire, et les politiciens savent mieux diriger que les généraux.”

Les Palestiniens de la Bande de Gaza gardent un souvenir amer de la dernière offensive israélienne: trois semaines de bombardements, plus d’un millier de morts et 5.000 blessés… Et l’argent manque cinq mois après, notamment pour reconstruire écoles et hôpitaux.

Source : FranceInfo 


Le speech de Netanyahu : un zéro pointé

Un haut responsable palestinien a rejeté comme « nul » le discours tenu dimanche par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

 

(JPG)
Netanyahu est « un escroc, un fraudeur, et un menteur » comme le dit si bien Yasser Abed Rabbo.

Yasser Abed Rabbo, le secrétaire du Comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine, a déclaré que le discours était vide de tout contenu et de sens.

Il a expliqué que le discours visait à entraver tout progrès vers un accord de paix équilibré. Il a traité Netanyahu « d’escroc, de fraudeur, et de menteur qui fait des tours de passe-passe sur la façon de faire la paix. »

Dans son discours Netanyahu appelle à des négociations de paix immédiates avec l’Autorité palestinienne [de Ramallah]. L’annonce a été faite lors d’un discours politique à l’Université Bar-Ilan d’Israël près de Tel Aviv, et qui se voulait une réponse au discours du président américain Barack Obama à l’Université du Caire au début de ce mois.

« Je fais appel à vous, nos voisins palestiniens, et à la direction de l’Autorité palestinienne : commençons les négociations de paix immédiatement, sans conditions préalables », a-t-il dit. « Israël est lié aux accords internationaux et attend que toutes les autres parties remplissent aussi bien leurs obligations » [Nous sommes en plein délire... Israël est un état voyou qui s’est toujours placé en dehors de toute juridiction internationale - N.d.T].

Israël = état juif

Toutefois, il a également déclaré que les Palestiniens devaient reconnaître Israël comme un État juif. Il a dit que « même modéré », le refus des Palestiniens de reconnaître Israël en tant qu’état juif est la source du conflit. Les dirigeants palestiniens ont toujours refusé une telle déclaration, car elle reviendrait à annuler le droit des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers dans ce qui est aujourd’hui Israël.

« Lorsque les Palestiniens seront prêts à reconnaître Israël comme un état juif, nous serons prêts pour un véritable accord final », a déclaré Netanyahou.

Netanyahu s’est également opposé au droit au retour des Palestiniens, en disant, « il faut aussi bien comprendre que le problème des réfugiés palestiniens sera résolu en dehors des frontières d’Israël. Car il est clair que toute demande de réinstallation de réfugiés palestiniens en Israël compromet l’existence d’Israël en tant qu’état du peuple juif ».

Un état palestinien croupion

Comme prévu, Netanyahu a dit pour la première fois qu’il était prêt à voir la création d’un Etat palestinien, mais en ajoutant qu’il n’accepterait pas un « état terroriste » [apparemment Israël veut conserver le monopole du terrorisme d’état... N.d.T].

« Israël ne peut accepter un État palestinien sans garanties, comme sa démilitarisation », a encore dit Netanyahou.

Poursuite de la colonisation

Il a également réaffirmé son rejet des appels internationaux en faveur d’un coup d’arrêt à l’expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie, affirmant que la « croissance naturelle » des colonies devait être autorisée.

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne de Ramallah, avait déclaré qu’il ne reprendrait pas les négociations avec Israël tant que tous les travaux de construction dans les colonies ne seraient pas stoppés.

Jérusalem-Est restera sous occupation

Netanyahou a ajouté qu’il ne renoncerait pas à Jérusalem-Est occupée, capitale revendiquée par les Palestiniens et pierre angulaire de tout accord sur la question des deux états.

Netanyahu est le leader de la plus grande organisation d’extrême-droite en Israël, le Likoud, dont la plate-forme interdit expressément la création d’un État palestinien, et demande à Israël de ne pas restituer les territoires occupés en 1967.

Pendant ce temps, le chef négociateur de l’OLP Saeb Erekat a estimé que ceux qui connaissaient la mentalité israélienne ne devraient pas être surpris d’entendre un tel discours. Il a appelé le monde arabe à prendre la bonne posture, en gelant l’Initiative de paix arabe.

 

 

15 juin 2009 - Ma’an News Agency - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/en/index.ph...
Traduction :Info-Palestine.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Pas de surprise, les Palestiniens n'auront jamais un Etat. Et ce n'st pas les discours lénifiants d'Obama qui y changeront quelque chose. Changement de président aux USA mais pas changement de politique, sauf en paroles. Triste monde.
Répondre