«Tintin au Congo», jugé raciste, est mis à l’index

Publié le par sceptix

Bande dessinée | La bibliothèque de Brooklyn place la BD d’Hergé sous clé. Mais pas «Mein Kampf»!

«Tintin au Congo»
© AFP | «Tintin au Congo» est le deuxième album d’Hergé. Faut-il interdire aux enfants de lire cette BD dans laquelle les Noirs disent «missié» aux Blancs? Et même: «Toi y’en a méchant Blanc!»?

PASCALE ZIMMERMANN | 25.08.2009 | 00:00

Que préférez-vous? Que vos bambins lisent Hergé ou Henri Miller? Tintin au Congo ou Mein Kampf? La réponse semble aller de soi. Et pourtant! La bibliothèque de Brooklyn a statué autrement. L’institution municipale a décidé de mettre sous clé la BD destinée aux 7 à 77 ans. Sous clé étant un euphémisme, puisque l’album est carrément enfermé dans une chambre forte à laquelle n’ont accès que les employés de la Brooklyn Public Library. Sont conservés là les ouvrages appartenant à «la collection historique de littérature jeunesse, disponible pour consultation uniquement sur rendez-vous», précise l’établissement.

Des mécènes se sont plaints. L’opus – publié en 1931 en noir et blanc, en 1946 en couleur – est jugé raciste. Les dessins feraient ressembler les Noirs à des singes. Les textes mettraient dans leur bouche des propos de demeurés proférés avec un accent insultant. Tout cela suerait un paternalisme très colonial et hautement suspect. La bibliothèque a reçu, en quatre ans, une douzaine de plaintes. Ce n’est pas beaucoup, mais manifestement suffisant pour interdire le libre accès à la célèbre BD. Tintin au Congo est ainsi le premier livre à se voir interdit de rayonnage à la Brooklyn Library.

Mein Kampf d’Adolf Hitler et, dans un tout autre genre, Tropique du Capricorne d’Henri Miller sont, par contre, toujours à disposition du public. De même que Beloved, de Toni Morrison, contre lequel pourtant les attaques sont récurrentes en raison du caractère sexuel des scènes décrites.

Précédentes attaques

L’initiative de la bibliothèque américaine ne représente pas la première attaque contre l’album d’Hergé – ni certainement la dernière. Voici deux ans, toutes les librairies britanniques du groupe américain Borders avaient reçu l’ordre de retirer Tintin au Congo du rayon jeunesse et de l’installer parmi les BD pour adultes only.

«On n’ose plus manger de tête-de-nègre, alors?» s’esclaffe Roland Margueron, qui règne en maître sur la librairie de BD Papiers Gras. «C’est vraiment disproportionné, cette polémique. Il faut remettre l’ouvrage dans son contexte historique. Si elles étaient écrites ou dessinées aujourd’hui, certaines choses, peu élégantes il est vrai, seraient choquantes. Mais on était en 1931.»

Il poursuit: «Remarquez qu’en éditant Tintin au Congo en couleur, en 46, Hergé a lui-même supprimé le texte de la case dans laquelle Tintin, donnant un cours à des enfants noirs, leur dit: Mes chers amis, je vais vous parler aujourd’hui de votre patrie: la Belgique!…» Il y a même eu une version helvétique, parue dans l’Echo illustré, dans laquelle la patrie des jeunes Africains était… la Suisse!

Pour le bédéphile, la démarche de ceux qui ont fait pression sur la bibliothèque de Brooklyn est claire: «Il s’agit d’un acte politique. Ils mènent leur combat à travers un geste emblématique très médiatique.»

Et puis Roland Margueron n’a pas tort: cela fait belle lurette qu’on offre à nos bambins de délicieuses têtes choco parfaitement correctes!


Publié dans on peut encore sourire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article