A quoi sert le Front National ?

Publié le par Charlotte sceptix

, par Mecanopolis

Après les portraits de Sarkozy, de Hollande et de Bayrou, nous publions un nouvel extrait du livre d’Adrien Abauzit, « Né en 1984 ».

Le Front National n’est pas un parti fasciste, il est Emmanuel Goldstein

Par Adrien Abauzit

« Pendant toutes les années du mitterrandisme nous n’avons jamais eu face à une menace fasciste, donc tout anti fascisme n’était que du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front national, qui était un parti d’extrême droite, populiste à sa façon. Mais nous n’avons jamais été dans une situation de menace fasciste, même pas face à un parti fasciste. »

Ces mots sont ceux de Lionel Jospin.

Si celui qui les a prononcés n’avait pas fait partie de la gauche officielle, il aurait eu à faire face à l’accusation de compromission avec le fascisme et le racisme. Mais tout le monde le sait, Lionel Jospin à raison.

Le Front national n’a permis qu’à certains bobos de passer pour des héros qu’ils n’étaient pas.

Mais si le Front national n’est pas un parti fasciste, pourquoi la lutte contre sa personne a été à ce point mise en avant, pour ne pas dire béatifiée, par les perroquets de la presse ?

Pour la simple raison que pointer du doigt le Front national comme danger officiel permet de mieux masquer les réelles forces d’asservissement de la société française : oligarchie financière, Union européenne, sociétés occultes, sous culture mercantile anglo-saxonne. Le rôle qui a été attribué au Front national dans la société française est similaire à celui qui a été attribué à Emmanuel Goldstein dans la société d’Oceania décrite dans 1984 (le livre culte de Georges Orwell, Ndlr).

Le Front national permet d’éviter que soient posées les bonnes questions. Ainsi, les candidats à la présidentielle de 2012 évoquent tous leur envie de lutter contre Marine Le Pen. En revanche, aucun n’a déclaré vouloir lutter contre l’oligarchie.

Il existe des gens au Front national pour se réclamer du statut de militants « antisystèmes ». Contrairement à ce que ces derniers peuvent penser, loin de vouloir marginaliser le Front national, le « système », pour reprendre leur mot, à besoin de lui en tant que qu’épouvantail officiel. Le FN a été l’instrument consentant d’une stratégie de diversion. Il est un élément clés du système. Sans lui, la mascarade libérale-libertaire ne tiendrait pas.

C’est pourquoi voter pour le Front national n’est pas un acte de dissidence. Ce n’est pas un bras d’honneur fait au « système ». C’est déverser sa colère là où le système a prévu et voulu qu’elle soit déversée. Le FN sert à neutraliser la colère du peuple.

Le fait que Marine Le Pen et Bruno Gollnish ont voté au Parlement européen pour la résolution ayant pour objet la constitution d’un marché transatlantique, ce qui va à l’encontre de tous leurs engagements européens officiels et passés, nous prouve bien que le FN n’est en réalité qu’un soutien de l’esthétique bourgeoise, et qu’il croit autant en la patrie que le PS et la lutte des classes ou l’UMP au général de Gaulle.

Perroquet de presse et pensées officielle se sont servis du FN pour préserver ce qui leur tient à cœur et cacher au peuple ce qu’il devait légitimement rejeter : la mondialisation néolibérale et tout ses sbires.

Adrien Abauzit

A propos de l’auteur, lire « Né en 1984 », l’indispensable livre d’Adrien Abauzit

Publié en exclusivité sur Mecanopolis avec l’autorisation des ayants droit
Reproduction autorisée avec indication des sources

Commenter cet article

plume de cib 12/03/2012 10:02


c'est exactement ce que je pense et ce que je dis et c'est pourquoi je ne marche plus dans la combine de la diabolisation du FN charlotte. Quand tu vois que Mélenchon consacre systématiquement
plus de 30 % de son meeting à dégueuler sur Marine Le Pen et même pas 10 % pour parler de son projet, tu as tout compris.