Afghanistan : démission du chef d'état-major de l'armée allemande

Publié le par sceptix

Pour rappel, Franz Josef Jung avait déclaré alors : "Nous disposions d'informations claires selon lesquelles les taliban s'étaient emparés de deux camions de carburant à six kilomètres environ de notre base afin de lancer une attaque contre nos soldats à Kunduz...Si (l'attaque) avait réussi, il y aurait eu d'horribles conséquences pour nos soldats."
Bombarder des dizaines de paysans afghans n'est bien sur pas une "horrible conséquence".




LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 26.11.09 | 20h05
 
Le chef d'état-major de l'armée allemande et un secrétaire d'Etat à la défense ont démissionné jeudi 26 novembre, premières conséquences d'un bombardement meurtrier controversé en septembre en Afghanistan.
 
Un bombardement réclamé le 4 septembre par le contingent allemand avait coûté la vie à 69 taliban et à 30 civils de la région de Kunduz, dans le Nord, selon le gouvernement afghan. Ce bilan est sans précédent depuis la seconde guerre mondiale pour une opération impliquant l'armée allemande. Selon l'OTAN, la bavure aurait fait jusqu'à 142 morts.
 
Dans les jours qui ont suivi, le ministre de la défense allemand Franz Josef Jung, passé depuis à celui du travail, avait nié l'existence de victimes civiles. Le quotidien Bild a pourtant révélé jeudi que des informations évoquant clairement des pertes civiles avaient été dissimulées par son ministère à l'opinion publique et au parquet fédéral, qui enquête sur ce bombardement. Le journal, qui s'appuie sur un rapport de l'armée et une vidéo, affirme également que l'attaque a été ordonnée sans pouvoir clairement exclure la présence de civils, ce qui est contraire aux règles d'engagement de l'OTAN.
 
Le successeur de Franz Josef Jung depuis octobre, Karl-Theodor zu Guttenberg, a reconnu l'existence de ces informations, jeudi devant le Bundestag, mais assuré n'en avoir pris connaissance que la veille. Il a ensuite déclaré avoir accepté la démission du chef d'état-major, Wolfgang Schneiderhan, et du secrétaire d'Etat à la défense, Peter Wichert.
 
Le scandale a éclaté le jour où les députés débattaient de la prolongation d'un an du très impopulaire déploiement de la Bundeswehr en Afghanistan. L'affaire est également embarrassante pour la chancelière, au moment même où il est question d'accroître la contribution de Berlin aux effectifs de la Force internationale d'assistance à la sécurité, contribution qui suscite une hostilité croissante dans l'opinion. Selon le journal régional Kijlner Stadt-Anzeiger, Berlin envisage de porter à 6 500 hommes le plafond de déploiement, contre 4 500 actuellement.
Source

Publié dans OTAN-défense - ONU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article