Alerte écarlate contre l’exploration d’huile et de gaz de schiste

Publié le par Charlotte sceptix

 

 

 

Alerte écarlate contre l’exploration d’huile et de gaz de schiste

En pleine campagne électorale, les affaires continuent. À un mois du premier tour des élections présidentielles, à trois mois des législatives, le gouvernement s’empresse de donner des gages à l’industrie gazière et pétrolière, sans attendre le résultat des scrutins. Les pétroliers n’attendent pas.(…)

Pour justifier sa décision, le gouvernement s’appuie de nouveau sur le corps des Mines qui a largement contribué au rapport final de la Mission d’inspection sur les gaz et huiles de schiste. Il suffit de demander, la fabrique du consentement est prête à démarrer .

Condensé des « arguments » qui y sont assénés :

1 – la fracturation hydraulique ne provoquera pas de dégâts en France comme aux Etats-Unis, au Canada et ailleurs. Rien à craindre, nos ingénieurs maîtrisent la situation. Ils ne feront pas les mêmes bêtises, ils inventeront une fracturation propre.

2 – les Etats-Unis ont laissé faire n’importe quoi, mais en France, l’administration veille. Cela ne se passera pas comme ça…

3 – on va créer une commission nationale associant l’industrie, les politiques, la « société civile » ; elle se réunira…deux fois par an…

4 – la population ignore les « avantages « de l’exploitation de l’huile et du gaz de schiste, l’inquiétude découle d’un déficit d’information…

5 – on va intéresser les collectivités locales à l’affaire, avec quelques retombées fiscales…

6 – Le cadre légal doit être assoupli pour mettre un terme aux « difficultés » à l’exploration et à l’exploitation de cette ressource… Il y va de notre développement économique. C’est un « enjeu géopolitique » majeur…

Le rapport envisage les étapes de sortie de crise (entendez par là la gêne occasionnée par la loi du 13 juillet 2011).

Dans la foulée, le gouvernement a créé la fameuse « commission nationale d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste ». On savait que le décret était prêt, il est désormais publié.

Toutefois, les politiques, les ingénieurs des Mines et les pétroliers manquent d’imagination.

Comme au Québec, sa composition fait la part belle aux industriels, aux politiques, aux experts, laissant une part congrue aux opposants à cette industrie mortifère. Histoire de s’assurer qu’elle marche droit. Comme au Québec, la commission nationale sert d’ornement de « concertation ».

Bref, les pétroliers sont à l’offensive, avec l’aide de politiques qui leur offrent ce qui ne leur appartient pas. Et cette offensive vise en priorité le Bassin Parisien, dont la nappe aquifère de la Brie alimente plus de 10 millions d’habitants. Car explorer c’est exploiter.

 NO FRACKING FRANCE EXIGE LE RETRAIT DES PERMIS.

Dans l’urgence, No Fracking France exige que les pétroliers détenteurs de permis financent avant leurs prospections, l’analyse chimique de la nappe aquifère an recherchant tous les produits qui seront injectés.

C’est en effet le seul moyen de faire payer les pétroliers des dégâts irréversibles induis par la fracturation de la roche-mère.

par Françoise Degert.

 

Source : http://nofrackingfrance.fr/?p=3487

Lire aussi :

L’Europe de l’Est divisée sur les gaz de schiste

La Roumanie mise sur le gaz de schiste malgré les controverses

Gaz de schiste: principe de précaution et transparence

Gaz de schiste : création de la commission d’évaluation

Gaz de schiste : de futures explorations “scientifiques”?

Commenter cet article