Aux USA, il y a tueries et tueries (avec ou sans Allah Akbar).

Publié le par sceptix

En attendant de voir si le tueur d'Orlando en Floride est musulman comme celui de la base militaire de Fort Hood au Texas, allons donc y voir de plus près dans cette dernière affaire.
On peut ainsi lire dans Ouest France que:
Selon un proche du tireur, le suspect, arrivé en avril dernier à Fort Hood, devait partir prochainement en Afghanistan et s’opposait fermement à cette mission.
Et que:
Le tireur aurait d’ailleurs crié « Allah Akbar » en ouvrant le feu. Selon le général commandant la base de Fort Hood, « il existe des témoignages de première main de soldats ici qui le disent »
Selon ce même commandant, cette dernière information reste cependant non confirmée à l’heure où j’écris ces lignes.

Quoi qu’il en soit, le président Obama appelle à ne pas tirer de conclusions hâtives, c’est-à-dire à ne pas stigmatiser la communauté musulmane des Etats Unis.
Êtrange façon d’aborder un incident qui, somme toute, montre la parfaite assimilation de cet Américano-palestinien, qui s’est livré à cette forme de course d’amok où le pistolet remplace le kris, et est caractéristique des éruptions de violence aux Etats Unis.
A la différence des courses d’amok qui s’effectuent avec une arme blanche (le kris), ne sont jamais préméditées et sont toujours le fait d’un seul homme, les tueries aux Etats Unis peuvent être ou non préméditées, se font toujours avec des armes à feu et impliquent parfois un groupe de tueurs.

Dans cette affaire, et pour schématiser, la presse nous renvoie l’image d’un homme agissant seul, sous l’emprise d’un fort conflit intérieur suscité par sa future affectation sur un théâtre d’opérations situé en Afghanistan.
On rappelle aussi que Nidal Malik Hassan exerçait non comme combattant mais comme médecin psychiatre et, à ce titre, confronté à la détresse et à la souffrance de ses compagnons d’armes rentrés blessés physiquement et psychologiquement de leurs missions en Afghanistan. Jusqu’à quel point un homme, fut-il médecin et psychiatre, peut-il absorber la désespérance humaine dont il sait qu’elle est le fruit d’une politique, reste une énigme même pour les professionnels les plus avertis.

Mais, car il y a un mais, la presse outre atlantique chante une chanson quelque peu différente de la version de l’implication d’un homme seul.

On peut ainsi lire dans une dépêche de l’Associated Press  datée du 6 novembre qu’il y aurait eu deux tireurs dans deux incidents séparés:

Le porte parole, le lieutenant colonel Nathan Banks a déclaré qu’apparemment deux tireurs étaient impliqués. On ne sait pour l’instant pas qui ils sont, ni les identités des victimes. Banks a indiqué que le deuxième incident a eu lieu dans un cinéma de l’immense base militaire.

Et comme le dit le site Cryptogon, ce second tireur, s’il n’a pas encore disparu de toutes les dépêches, ne tardera pas à le faire afin que l’opinion n’ait plus que ce soldat arabo-musulman à se mettre sous la dent.

Cryptogon nous renvoie vers le site économique Dow Jones où on peut lire:

Un deuxième tireur est en détention après une fusillade à la base militaire de Fort Hood au Texas au cours de laquelle au moins sept personnes ont été tuées et douze blessées, rapporte KCEN-TV de Waco. L’information vient deux heures après la capture d’un premier suspect, peu de temps après le début de la fusillade. Les autorités indiquent que les tireurs étaient en tenues militaires, même si on n’est pas certain de leur appartenance à l’armée. On ignore également si les victimes étaient des militaires ou des civils.

Ce deuxième tireur a été interpellé sur un terrain de… golf nous apprend CNN:


Un officier supérieur qui jouait au golf jeudi près de Fort Hood au Texas, a déclaré à CNN avoir assisté à l’arrestation d’un des deux suspects qui ont survécu à la fusillade dans la base militaire

Arrêté par la police militaire, mais pour être livré à des hommes en costume, autrement dit des agents du FBI, de la CIA ou d’un quelconque service secret.

Le nettoyage de l’information est en effet pratiquement achevé et nous resterons donc avec un Palestinien déséquilibré et/ou musulman pratiquant qui de toutes façons n’adhère pas à la politique guerrière contrairement aux autres citoyens des USA.
Le problème de la loyauté de ces citoyens de confession musulmane est désormais posé à  l’opinion US.

Reste que, comme le rappelle le Washington Post, ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce genre a lieu aux Etats Unis. Ainsi, en 1995, un soldat avait ouvert le feu à Fort Bragg sur des parachutistes en formation, tuant un officier et en blessant 18 autres. Le tireur était un certain William J. Kreutzer.

http://mounadil.blogspot.com/ http://mounadil.blogspot.com/
via Alterinfo

Publié dans USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Il y a de quoi péter les plombs!! Il y a eu plusieurs cas de G.I. "blancs" de retour d'Irak qui se sont suicidés après avoir tué leur famille aux USA, pourquoi ne pas en parler? De meme beaucoup de<br /> suicides dans les rangs des soldats américains. Nos media sont tellement aseptisés que nous n'avons aucune idée de l'horreur des guerres sur le terrain menées par les gouvernements Américain et<br /> Israélien. Vous avez vu la photo de cet Irakien décapité à l'épée par un GI alors qu'il sortait sa carte d'identité qu'il venait de lui demander de montrer.<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Il a bon dos ,Allah ,en son nom que de morts comme au nom du Christ dans<br /> l'inquisition ou la saint Barthelemy ou en Irlande....<br /> Charlotte ,un biterrois sympa qui vit en Catalogne Lucien Aymard qui tient le blog du même nom sur over-blog a eu un accident cardiaque et est hospitalisé!<br /> je fais appel à la solidarité des bloggueurs surtout Biterrois pour li apporter notre<br /> soutien ,je compte sur toi son site "abbadiatisme politique "<br />                               Segolin qui te<br /> remercie!<br /> <br /> <br />
Répondre