Bolivie : Morales annonce la nationalisation de compagnies d'électricité

Publié le par sceptix


5423G_morales_electricas.jpgMauvais temps pour les groupes énergétiques étrangers en Bolivie. Le président socialiste, Evo Morales, a en effet annoncé samedi la nationalisation de trois compagnies d'électricité détenues par des groupes français, britannique et bolivien.

Des mesures qui s'intégrent dans sa politique  de réappropriation des ressources naturelles.

La police bolivienne a pris aujourd'hui le contrôle de trois entreprises de production électrique du pays, dont une filiale du groupe français GDF Suez, à la suite d'un décret de nationalisation, a annoncé le chef de la police nationale, Oscar Nina.

Evo Morales souhaite en effet que l'Etat contrôle l'ensemble du secteur électrique, de la production à la distribution, estimant que "les services de base ne peuvent être gérés par le privé".

Désormais, les pouvoirs publics contrôlent 80% de la production nationale d'électricité. Sont notamment concernées Corani contrôlé à 50 % par Inversiones Ecoenergy Bolivia, filiale de GDF Suez, Guaracachi, dont le groupe britannique Rurelec PLC détient 50% du capital et Valle Hermoso, du consortium bolivien Bolivian Generating Group.

Ces trois sociétés sont les principaux producteurs d'électricité de Bolivie. Ils sont apparus dans les années 1990 à la suite de la privatisation de l'ENDE, l'Empresa Nacional de Electricidad.

Si un décret avait été précédemment adopté en vue de négocier l'achat d'une entreprise électrique de Cochabamba (ELFEC), autogérée par un syndicat, les salariés ont toutefois réaffirmé samedi leur opposition à cette nationalisation.

D'autres petites entreprises de production d'électricité devraient par ailleurs passer dans le giron public, en vertu de la mesure prise en ce jour - hautement symbolique en Bolivie - de la Fête du Travail. Rappelons en effet que la nationalisation du secteur des hydrocarbures avait été annoncée le 1 er mai 2006.

Le gouvernement bolivien a également annoncé samedi que les groupes étrangers seront dédommagés à hauteur de leur participation au capital des compagnies concernées, la somme correspondante devant être retenue sur les arriérés d'impôts. Morales a précisé samedi que le gouvernement avait tenté en vain de convaincre les propriétaires de ces entreprises de vendre des parts à l'Etat

Tandis que la grogne sociale prend de l'ampleur dans le pays, l'exécutif a par ailleurs promis qu'il ne procéderait à aucun licenciement.

Sources : AFP, Reuters

via le blog Finance

 

Lire aussi :

Discrètement mais surement, Poutine pourrait bien arriver à ses fins. Alors que le monde…

 

Alors que l'Allemagne pousse à la roue pour bouter la Grèce hors des frontières…

Le cours du brut a débuté la semaine en nette baisse à New York. Le…

 

Pas de chance pour les assureurs ... et les contribuables. La ministre de l'Economie Christine…

 

Publié dans Amérique Latine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> Les USA Gangsters du monde; des menaces sur la Bolivie aussi ?<br /> <br /> <br /> http://www.michelcollon.info/Bolibye-un-meme-pays.html<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Quand ils auront fini de foutre en l'air les pays arabes, l'amérique latine en ligne de mire : Bolivie, Venezuela !!! Je souhaite ardemment qu'Hugo guérisse très vite !<br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> <br /> bon ça fait plaisir de voir qu'il fait ça, dans le temps où il se passe le contraire dans notre triste pays, c'est une consolation, mais aussi une amertume !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre