Christian Vanneste : “On protège les gens malhonnêtes sous prétexte de défendre les libertés publiques”

Publié le par Charlotte sceptix

Enquête et débat

 

   Share 

Nous avons interviewé Christian Vanneste (photo), député UMP du Nord, à propos de la loi portant création d’un fichier dit des “gens honnêtes”, alors qu’aucun grand média n’en parle pour l’instant. Voici tout d’abord l’interview :

 


 

Voici les questions que nous avions préparées, et que nous avons globalement pu poser, dans ces termes ou dans d’autres :

1. La création d’un fichier de 45 à 60 millions de “gens honnêtes” a été définitivement validée le 1er février, à l’Assemblée Nationale, dans un hémicycle ne comportant qu’une dizaine de députés. Est-ce que vous y étiez et comment cela s’est-il passé ?
2. Pourquoi y avait-il si peu de députés pour une loi qui touche tous les Français ?
3. Ne faudrait-il pas un quorum de députés pour qu’une loi passe à l’Assemblée ?
4. Le journaliste Jean-Marc Manach, qui écrit notamment dans le site Owni, et qui est en pointe sur le sujet, affirme que cette loi vise officiellement à lutter contre l’usurpation d’identité, mais qu’elle permettra, concrètement, de ficher les noms, prénoms, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de tous les détenteurs de cartes d’identité. Alors est-ce que c’est Big Brother que vous venez de voter ?
5. Le fichier des gens honnêtes n’empêchera nullement n’importe quel individu mal intentionné de se créer une identité complètement fictive ou encore d’usurper l’identité de n’importe quel “gens honnête”, s’il est le premier à s’y identifier sous son nom : comment allez-vous faire pour que les 45 à 60M de “gens honnêtes” soient les premiers à s’y enregistrer, et repousser le fait que des gens malhonnêtes ne viennent y usurper leur identité ?
6. Par ailleurs, en quoi le fait de ficher 45 à 60M de Français permettra de lutter contre l’usurpation d’identité, alors qu’on dénombre moins de 10 000 faux documents administratifs, et moins de 1000 fausses cartes d’identité, par an ? (chiffres ministère de l’intérieur)
7. Les sénateurs ont voté contre la proposition de loi afin que leurs noms ne soient pas associés à ce qu’ils ont qualifié de “bombe à retardement pour les libertés publiques”.
8. Votre collègue, le député socialiste Serge Blisko a déclaré : Monsieur le ministre, j’ai le regret de rappeler que la France n’a créé qu’une seule fois un fichier général de la population, c’était en 1940. Il fut d’ailleurs détruit à la Libération.
9. Vous êtes un fervent défenseur des libertés et de la démocratie, on connaît votre implication dans la promotion de la démocratie directe, et de la liberté d’expression, or dans le cas précis on se demande un peu pourquoi vous êtes à la pointe du combat pour cette loi, qui semble faire peser un risque très important sur les libertés publiques.
10. Je m’adresse plus particulièrement au professeur de philosophie que vous êtes, est-ce que la sécurité est plus importante que la liberté ?

 

Commentaire intéressant d'un internaute :

 

Bravo pour cette itv bien menée Jean !

Les choses sont claires : nous voici dans la « fabrique du consentement » d’une future société hyper-contrôlée (donc tétanisée) par la puissance publique. Notre futur proche passe par l’acceptation par la population française (et européenne) d’une surveillance informatique globale grâce à la biométrie, à l’identité numérique, au giga-fichage, aux services « cardless », à la vidéosurveillance, aux contrôles routiers toujours plus optimisés (en attendant l’implantation de puces dans les véhicules…).
A titre indicatif, sachez que les hauts fonctionnaires et ingénieurs de la Sagem ayant mis en place le système des radars routiers, travaillent aujourd’hui à l’ANTS (nos papiers numériques, reconnaissance biométrique, fichage global). Tout ça, c’est la même équipe (des très proches de notre Président NS), voir le livre édité chez Tatamis.

A propos du Gixel, que Monsieur Vanneste affirme ne pas connaître…
Le GIXEL c’est un groupement (lobby) des patrons de la biométrie et de la surveillance, une spécialité bien française (pour une fois !). Plus exactement, sont regroupés sous la bannière de cette Association les représentants de sociétés spécialisées dans le traçage et l’identification numérique, les interconnexions électroniques, la fabrication de pièces d’identité numériques (‘Imprimerie Nationale, la Sagem, l’ANTS/Agence française de documents sécurisés, la société Oberthur Card Systems, le groupe Thalès, etc.). Bref, un secteur où la France est en pointe.

Le petit livre bleu du Gixel (document réservé à ces patrons de notre future société du contrôle)
http://www.gixel.fr

Pour la bonne bouche, voici quelques édifiants passages qui figuraient sur ce “livre bleu”, mais qui furent ensuite supprimés (c’était la page 35) :
“Acceptation par la population : La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.
Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes :
-Éducation dès l’école maternelle. Les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.
-Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo…
- Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet, …
La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gêne occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche.”

Commenter cet article

Auré 13/02/2012 11:14


Oui, ca fait peur...meme le fait de laisser un commentaire sur ce site  pourra dans quelques temps nous etre prejudiciable...on pourrait dans quelques mois nous arreter pour complotage ou
fomatation d'un coup d'etat, pourquoi pas?...atteinte à la sureté nationale par exemple...ben on est pas dans la merde en tout cas...et chaque jour y en a des nouveautés comme celle là...y a de
quoi avoir les jetons quand meme!

pierre 12/02/2012 16:35


Il faut une révolution et guillotiner tous ces gens-là