Clash à la tête du FMI attaquée pour son "incompétence"

Publié le par Charlotte sceptix

 

Peter Doyle, ancien membre du pôle Europe du FMI, vient de démissionner. Dans une lettre que CNN s'est procurée, il dénonce l'"incompétence" et le leadership défaillant de l'institution. Les oreilles de DSK et de Christine Lagarde ont sifflé.

Peter Doyle, ancien membre du pôle Europe du FMI, a décidé de démissionner et a adressé un courrier aux administrateurs du Fonds, en dénonçant leur "incompétence".
Peter Doyle, ancien membre du pôle Europe du FMI, a décidé de démissionner et a adressé un courrier aux administrateurs du Fonds, en dénonçant leur "incompétence".
REUTERS/Bogdan Cristel

Embarrassante démission au FMI. Peter Doyle, ancien membre du département européen du FMI chargé de la mise en oeuvre des plans d'aide en Grèce, en Irlande et au Portugal, vient de claquer la porte de l'institution. Dans un courrier daté du 18 juin dernier adressé aux dirigeants, cet économiste influent, qui a passé 20 ans au FMI, estime que l'organisation a trop tardé à avertir des dangers de la crise financière mondiale, et que la gestion actuelle continue de se détériorer.

Dans cette lettre, que CNN s'est procurée, il explique: "j'ai honte d'avoir été associé au FMI". Et de dénoncer "l'incompétence" du FMI, qui avait identifié les causes de la crise de la zone euro "de longue date" et n'a pourtant pas été capable de la prévenir. D'après Peter Doyle, toutes les tentatives du FMI ont été des "efforts désespérés", qui n'ont pas permis d'éviter les "souffrances" des peuples. Il regrette des failles dans la prévention du risque, l'analyse des effets de la crise et un manque de coordination avec les Européens.

Les directeurs de l'institution en prennent également pour leur grade. Ceux de "la dernière décennie" ont tous été "désastreux". Christine Lagarde n'échappe pas à la règle: "ni sa féminité, ni son élan, ni son intégrité n'ont effacé l'illégitimité fondamentale du processus de désignation". L'économiste semble regretter le fait que le directeur du FMI soit toujours un européen, laissant fermées les portes aux représentants des pays émergents.

Peter Doyle conclut, avec une pointe d'autosatisfaction : "il y a ici des gens bien. L'un d'entre eux vous quitte. Vous devriez avoir à coeur de conserver les autres". Cette démission fracassante jette en tous cas le trouble sur la gestion, le rôle et la puissance du FMI, qui pour l'heure n'a pas encore fait de commentaires.

 Source

 

ça sent le roussi !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article