Comment aider Haïti dans le respect et l’honneur

Publié le par sceptix

Comment aider Haïti dans le respect et l’honneur

Anne nous écrit : beaucoup d´entre vous m´ont demandé comment aider Haiti. je vous propose de le faire en soutenant une plateforme d´organisations haitiennes appelée PAPDA dont le siège est à Port au Prince. PAPDA réalise un remarquable travail dont j´ai pu apprécier depuis plusieurs années la pertinence par rapport aux problématiques fondamentales qui touchent à l´avenir d´Haiti et en particulier au thème de la souveraineté alimentaire. L´équipe de PAPDA est exemplaire par son dévouement et son éthique irréprochable. Elle l´est encore aujourd´hui par son courage pour entreprendre la reconstruction du pays et sa lucidité dans les analyses des perspectives d´avenir.
Je vous envoie en pièces jointes:
- l´appel lancé par Jubilée Sud (qui lutte pour l´abolition de la dette des pays du Sud) à aider Haiti en soutenant PAPDA
- une note (tirée du site de PAPDA que je vous invite à visiter) pour une information de base sur cette plateforme.


PAPDA
Plateforme haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif
La Plateforme haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) est un regroupement de mouvements sociaux et d’organisations de la société civile haïtienne qui travaille sur les politiques publiques par le biais de l’information, la formation, l’analyse critique et l’élaboration de propositions alternatives. Notre réseau vise essentiellement à renforcer les capacités des mouvements sociaux de notre pays surtout quant à leurs capacités d’interventions sur la scène politique et sociale avec des propositions documentées, viables et cohérentes et qui vont dans le sens des intérêts des couches majoritaires.
La PAPDA, fondée le 7 novembre 1995 rassemble la SOFA (Solidarite Fanm Ayisyèn), le MITPA (Mouvman Inite Ti Peyizan Latibonit), l’ITECA (Institut de Technologie et d’Animation), l’ICKL (Institut culturel Karl Levesque), le CRAD (Centre de Recherches Actions pour le Développement), l’ANDAH (Association Nationale des Agro-professionnels Haïtiens), le COHPÉDA (Collectif haïtien pour la protection de l’environnement et le Développement Alternatif), le FONHADES (Fondation haïtienne pour le Développement économique et sociale).
La PAPDA collabore étroitement avec de nombreux autres réseaux comme la POHDH et le RNDDH, le GARR, le SAKS, l’AMMDCF, le KLK et des fédérations syndicales comme le Batay Ouvriye (BO).
La PAPDA est une Fondation sans buts lucratifs et apolitique. Elle est dirigée par une Assemblée Générale (composée de 2 représentants de chaque organisation) qui se réunit 2 fois l’an. Un comité de coordination formé de 3 personnes élues par l’AG dirige la PAPDA en accord avec les directives définies en AG. Le Secrétariat est dirigé par un Directeur Exécutif qui dispose actuellement d’un staff de 8 cadres spécialisés dans les champs couverts par les programmes. Actuellement l’équipe du Secrétariat est composée, entre autres, d’un économiste senior, de 2 agronomes, d’un travailleur social, d’un psychologue, d’un administrateur, de 2 secrétaires et de 2 personnels de soutien, un coopérant belge spécialisé en communication et en agriculture tropicale participe également aux travaux de notre équipe.

Activités

La PAPDA travaille surtout sur les thématiques suivantes :
Souveraineté alimentaire.
Dans le cadre de ce programme qui a démarré depuis 1997 la PAPDA appuie les efforts d’augmentation de production et d’amélioration de la productivité. Nous avons établi des relations de partenariat avec des organisations locales comme le VEDEK (Cap-Rouge) et le PONNESKO (Baie-de-henne). Nous appuyons des activités concrètes d’élevage (caprins et volailles) et de production de tubercules (manioc et autres). Nous réalisons avec les organisations concernées des programmes de théâtre populaire pour susciter une réflexion critique sur les modèles de consommation alimentaire et les causes de la faim et de la malnutrition. Le programme de souveraineté alimentaire en partenariat avec des réseaux de coopératives d’autres pays de la Caraïbe des programmes de formation en agriculture écologique. En ce sens de nombreux cadres d’organisations paysannes sont formés autour de la production et de l’utilisation des fertilisants naturels, des bio pesticides et des stratégies écologiques de lutte contre les pestes. Le programme de souveraineté alimentaire organise des foires nationales et régionales pour mettre en valeur les pratiques alternatives au niveau de la production agricole et de la transformation agro-alimentaire. En ce sens des alternatives concrètes comme la production de farines mélangées (60% de farine de blé / 40% de farine de manioc et/ou d’igname) sont proposées au niveau national et expérimentées dans diverses localités. Le programme organise des activités de formation sur les conséquences des programmes de libéralisation et un plaidoyer national est en cours pour la mise en place d’un programme de réforme agraire et la participation des couches paysannes dans les décisions affectant la nation. Actuellement une des priorités du programme est la mise en place d’un programme national de plaidoyer pour la défense de la production rizicole en étroite association avec le réseau régional MOREPLA qui rassemble des associations de producteurs de riz dans la région du Bas Artibonite. La PAPDA est un membre fondateur de la PFNSA (Plateforme nationale de Sécurité alimentaire).
Intégration économique alternative.
Dans le cadre de ce programme la PAPDA fait un suivi systématique des accords internationaux en particulier quant à leur influence sur la vie des couches majoritaires de la population. Nous suivons en particulier les négociations de l’OMC, la ZLEA, le CARICOM, l’accord de Cotonou et les APE. Des opérations de vigilance, de sensibilisation, de formation et de consultation sont organisées autour de ces accords de même que des activités de mobilisation. Dans le cadre de ce programme nous accordons la priorité à la région Caraïbe et participons activement aux travaux de l’Assemblée des Peuples de la Caraïbe (APC) qui rassemble plusieurs centaines d’organisations de la région. La PAPDA a été le fer de lance de la réalisation de la Troisième APC qui s’est déroulée en août 2003 avec 1200 participants originaires de 23 pays. Au cours de l’année 2005 la PAPDA avec plusieurs autres réseaux de la société civile haïtienne a participé à des consultations régionales sur l’Accord de Cotonou. Nous avons activement participé à la mobilisation contre la ZLEA au niveau national, caribéen et continental notamment avec l’Alliance Sociale Continentale (ASC) et d’autres réseaux. Depuis 1996 nous faisons partie de la direction du CPDC (Caribbean Policy Devolpment Center) qui suit les accords internationaux ayant un impact sur les pays de la région Caraïbe.
Dette externe.
La PAPDA a commencé à travailler le thème de la dette externe depuis 1997. En 1998 nous avons rejoint la mobilisation mondiale Jubilée 2000. Nous avons conduit un processus d’éducation populaire et de plaidoyer pour l’annulation de la dette externe publique de notre pays. Nous avons dirigé pendant 2 ans une coalition qui rassemblait les catholiques, les méthodistes, les luthériens et de nombreuses organisations de base. Le secteur artistique a participé à la mobilisation portant les principales revendications de notre campagne dans les chansons de carnaval. La pétition mondiale de Jubilée 2000 a été assumée par près de 150.000 citoyens et citoyennes de notre pays.
Démocratie participative.
Dans ce programme la PAPDA travaille sur les transformations de l’État haïtien. Nous travaillons surtout sur les questions concernant les collectivités territoriales et les organes de l’État local. La question de la participation est fondamentale pour rompre avec un système politique bâti sur l’exclusion et la violence. Nous insistons beaucoup sur la formation des agents devant travailler au sein des collectivités territoriales et impulsons des conférences de consensus au niveau local. Ce programme s’intéresse aussi à la question des services sociaux de base et aux débats sur la privatisation. La PAPDA a organisé avec plusieurs dirigeants syndicaux des séminaires sur la situation d’entreprises publiques clés comme l’EDH, la TÉLÉCO, la Minoterie. Dans le cadre de ce programme nous avons fermement appuyé la mobilisation des populations de Ouanaminthe et de la Plaine de Maribahoux contre l’installation d’une zone franche dans une des plaines les plus fertiles du pays et appuyons les revendications des ouvrières et ouvriers de la zone franche pour conquérir le droit à la syndicalisation.
Dans le domaine de la communication la PAPDA produit
   un journal en français Justice Économique,
   un bulletin mensuel en créole Yon lòt Ayiti posib
   un site Internet (http://www.papada.org) qui reçoit des milliers de visiteurs chaque mois
   des émissions radio destinées aux réseaux de radio communautaires
   des conférences de presse sur des thématiques d’actualité et en relation avec le travail de notre plateforme
La PAPDA participe activement à de nombreux réseaux continentaux et mondiaux qui luttent contre la globalisation néolibérale. La PAPDA est membre actif de Jubilée Sud, de l’Alliance Sociale Continentale (ASC), de l’Assemblée des Peuples de la Caraïbe (APC), du COMPA (Convergencia de los Movimientos de los Pueblos de las Américas), du Forum Mondial des Alternatives, de Fifty years is enough, du Centre pour la Justice Économique (CEJ), du réseau mondial du CADTM …. La PAPDA organise des délégations de représentants d’organisations haïtiennes venant de toutes les régions et de tous les secteurs vitaux du pays pour participer aux différentes éditions du Forum Social Mondial (FSM).

Pour plus d´informations voir:
http://www.papda.org
les informations ci dessus sont extraites de ce site

Camarades, amis,
devant les nouvelles venant d’Haïti, notre préoccupation ne cesse de croître concernant les besoins du peuple là-bas et la militarisation de l’aide humanitaire.
En tant que Jubilée Sud, nous croyons que notre aide à moyen et long terme ne doit pas être seulement d’ordre humanitaire. Nous devons agir dans chaque pays et au niveau mondial pour faire face à l’invasion «humanitaire», en faisant pression pour l’annulation immédiate des dettes exigées à Haïti et en veillant à ce que la coopération soit donnée sur la base de la pleine participation du peuple haïtien et le respect de sa souveraineté et de ses droits. En ce sens, vous trouverez ci-joint copie de la lettre qui sera remise lundi, à Montréal, et qui exprime notre point de vue et nos demandes avant la réunion ministérielle de préparation de la conférence des «bailleurs» d’Haïti qui aura lieu en mars. D’autres initiatives suivront dans les prochains jours et nous comptons sur votre soutien et votre participation.
Notre contribution matérielle la plus substantielle peut être orientée à coopérer avec le travail de PAPDA (Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif) et des organisations avec lesquelles PAPDA est en lien. Concrètement, nous proposons d’ «adopter» PAPDA comme notre axe pour la reconstruction immédiate, en acheminant à nos camarades là-bas les ressources financières et toute autre forme d’assistance que nous serons en mesure de fournir.
Nous savons qu’il ya encore en Haïti un besoin urgent de l’essentiel, mais il est également urgent que les organisations populaires soient en mesure de reconstruire là-bas leurs fonctions opérationnelles. Pour cela, nous devons aider à assurer qu’elles aient un endroit pour travailler avec l’équipement indispensable, comme les ordinateurs, le groupe électrogène, des communications, des moyens de locomotion, etc.
En tant que Jubilée Sud, nous proposons dès lors que, dans chaque pays, soient menées des actions de solidarité pour rassembler des fonds et que nous canalisions ces fonds vers PAPDA, qui coordonne déjà des actions en réponse au séisme avec un groupe d’organismes, notamment SOFA (Marche mondiale de la femme), PODHDD (Plate-forme des organisations de droits de l’homme) ICKL, ITECA, et autres. Deux centres de santé fonctionnent déjà, et nous attendons un rapport plus complet sur les actions et les besoins de ces organismes qui sera élaboré par la mission d’organisations de République dominicaine qui vient de rentrer de Port-au-Prince, parmi lesquelles des membres de JubiléeSud et d’autres réseaux comme Via Campesina , le Cri des Exclus, l’Alliance d’habitants, Compa, l’Assemblée des Peuples des Caraïbes.
Camille Chalmers a été en mesure de confirmer aujourd’hui les coordonnées du compte bancaire que PAPDA a mis en place pour canaliser la solidarité internationale. Vous les trouverez ci-dessous, ainsi que les coordonnées de Camille.
Nous sommes convaincus qu’ Haïti peut surmonter cette situation comme un peuple libre et souverain. Il incombe à chacun d’entre nous de faire tout son possible pour  le soutenir. Il serait bon aussi que nous nous informions mutuellement des actions réalisées. Comme Camille nous l’a dit: « … nous n’avons jamais eu tant besoin de vous! ». Ensemble, nous allons répondre à leur besoin.
Avec une étreinte chaleureuse,
Sandra Quintela et Beverly Keene
Jubilé Sud / Amériques – Jubilé Sud
 
MISE À JOUR DES INFORMATIONS DE CONTACT PAPDA:
L’adresse physique du centre opérationnel temporaire
(PAPDA ICKL-SOFA-PODHDD-ITECA-SAKS-PACJ):
Canapé Vert – Rue Fernand – Impasse Gabriel n ° 6, Port-au-Prince
(Ce sont les bureaux d’une ONG locale appelée FIDES).
 
Téléphones pour communiquer avec PAPDA / Camille Chalmers:
Mobile: 509 3837 1899 / 509 3461 1455
Courrier électronique: camille.chalmers @ papda.org
 
PAPDA COMPTE BANCAIRE POUR CANALISER LA SOLIDARITÉ:
Nom du compte: Camille Chalmers et Marc-Arthur Fils-Aimé
Numéro de compte: 130-1012-457066 (compte courant)
Nom de la banque: Unibank SA, Port-au-Prince, Haïti
Swift code: UBNKHTPP
 Unibank a de nombreux comptes à recevoir de l’argent en euros ou US dollars:
 1) A la banque Wachovia à New York (Code BIC: PNBPUS3NNYC. ABA / Routing: 026005092). Le récit de la Unibank: 2000192002189
2) A la Société Générale, 1221 Avenue of the Americas New York (Code BIC: SOGEUS33. ABA / Routing: 026004226). Compte Unibank: 194980
3) À la Société Générale, Paris La Défense Cedex 92972 France (Code BIC: SOGEFRPP. Compte Unibank en Euro: 003-01-50607-0 IBAN: FR 7630003 06990 00301506070 53)
4) A la Bank of America, Londres, Angleterre (code BIC: BOFAGB22. compte Unibank en euros: 6008 23805023 IBAN: GB33 BOFA 1650 5023 8050 23. Compte en livre sterling: 6008 23805015 IBAN: GB33 BOFA 1650 5023 8050 15
5) Banque Nationale du Canada, opérations commerciales internationales, 1010 rue de la Gauchetière Ouest, bureau 750 Montréal PQ Canada H3B 5K7, Code BIC: BNDCCAMM. Compte Unibank: 097608-236-001-001-01 (Dollars canadiens) 097608-240-002-001-01 (Dollars US)
6) A la Banque Royale du Canada, 180 Wellington Street West Toronto, Ontario M5J 1J1 Canada – Code BIC: ROYCCAT2. Compte UNIBANK : 09591-406-583-5 (USD) / 09591-390-111-3 ($ CAD)

Source : http://socio13.wordpress.com/2010/01/25/comment-aider-haiti-dans-le-respect-et-lhonneur/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article