Crise de l’euro et démantèlement de l’Union européenne

Publié le par sceptix


par Jean-Claude Paye, sociologue, Belgique

La crise de l’Euro résulte de l’attaque concentrée des agences de notations étasuni­ennes Standard & Poor’s, Moody’s and Fitch contre la dette de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal.
L’abaissement des notes de ces trois pays par les agences américaines, surtout celle de la Grèce, reléguée dans la catégorie des investissements spéculatifs, est la conséquence d’une action concentrée. L’abaissement des notes fait suite à une série de décisions répétées et très rapprochées. Ces attaques ont été appuyées par l’appareil d’Etat US, notamment les déclarations alarmistes du conseiller économique du président Obama, ancien président de la Réserve fédérale étasunienne, Paul Volker qui a parlé d’une future désintégration de la zone euro.

Offensive de soutien à l’économie et au budget des Etats-Unis

Cette offensive contre l’Euro est d’abord une action destinée à ramener aux Etats-Unis les capitaux étrangers nécessaires à la couverture du déficit croissant de la balance financière des USA. C’est un signal d’avertissement à des pays comme la Chine qui avait commencé à rééquilibrer leurs réserves de devises en achetant de l’euro au détriment du dollar. Pour les Etats-Unis, il y a en effet urgence en la matière. Jusqu’en 2009, le financement de leurs déficits et la défense du dollar étaient assurés par un solde positif des flux financiers. Mais, durant cette même année, si le mouvement des capitaux reste positif, il ne parvient plus à compenser les déficits. Le solde devient négatif d’un montant de 398 milliards de dollars. A un niveau purement économique, l’offensive contre l’euro est de la même veine que la lutte contre la fraude fiscale, initiée par le président Obama en 2009. Il s’agit de ramener les capitaux dans le giron des USA.

L’UE doit-elle disparaître au profit d’une union économique transatlantique?

Lire la suite >>>

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> <br /> affreux<br /> <br /> <br /> De Gaulle , reviens !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre