Crise politique en Guinée: la liste ridicule des personnalités ciblées par des sanctions de l'Union Européenne (quel est le rôle de la France ?)

Publié le par sceptix



L'Union européenne a annoncé cette semaine, suite aux évènements douloureux du 28 septembre 2009 des sanctions ciblées contre certains membres du CNDD et du Gouvernement. Que faut-il retenir de cette mesure de la première institution européenne à l'encontre des personnalités interdites de visas?

Alors que la Guinée, l'Afrique et le monde attendent le lancement des opérations d'enquête sur les douloureux évènements du 28 septembre diligentées par le CNDD et l'ONU, l'Europe donneur de leçons de démocratie, de droit, de justice, de morale..., sans attendre les résultats, a décidé de trancher, de condamner en désignant les coupables; foulant aux pieds le principe sacro-saint de présomption d'innocence.

Dans ce cas, y a t-il nécessité ou non de maintenir les commissions d'enquête nationale et onusienne?

Quant à la liste prématurée des personnalités ciblées, au-delà de la présomption d'innocence des intéressés, elle est cousue de fil blanc, d'autant plus qu'elle met en accusation des responsables qui n'ont pas été vus au stade, qui ne sont plus aux affaires, qui sont mutés, qui étaient absents de Conakry, qui sont en prison, qui ne portent plus les mêmes grades...

A voir, observer et analyser rigoureusement cette liste de personnalités du CNDD, des interrogations se posent: la liste de personnalités frappées par des sanctions (interdiction de visas, gêle des avoirs), n'est-elle pas une action de l'Union européenne antérieure aux évènements du 28 septembre 2009 contre le CNDD, d'autant plus que des gens comme lieutenant Sâa Alphonse Touré se trouve depuis plusieurs mois en prison, ou mutés comme le colonel Fodeba Touré, ex Ministre de la Jeunesse, actuel Gouverneur de Kindia, ou du colonel Aboubacar Sidiki Camara Idiamine écarté depuis le 26 janvier 2009, ou un capitaine Moussa Dadis Camara, absent du stade, un général Sekouba Konaté absent de Conakry, du Cclonel Aïdor (alias Aëdor) BAH, du capitaine Claude Pivi...?

Que fait-on de la présomption d'innocence?

Pour les spécialistes du droit, seules des enquêtes sérieuses pourront établir la responsabilité ou l'innocence des acteurs politiques et militaires du pays. Toute autre procédure serait absurde, irrationnelle, emprunte de complot, de règlement de compte...
 
L'Union Européenne a t-elle vraiment établi la liste? Si oui, à la lecture de cette liste qui est la première du CNDD originel (23 décembre 2008) la délégation locale de l'UE en Guinée n'a pas effectué de travail sérieux. Des mains guinéennes ne se cacheraient-elles pas derrière cette liste ridicule? Rien n'est moins sûr! La France a t-elle influencé la décision hâtive de l'institution européenne? Ce qui est possible.

"J'avais dit à la communauté internationale: n'essayez pas de faire quelque chose de parfait qui sera beaucoup plus long, on aura plus de chance que les militaires se maintiennent", a dit Alain Johandet, Secrétaire d'Etat à la Coopération.

Cette déclaration ne suffit-elle pas pour se convaincre du complot français et de l'acharnement de la communauté internationale contre la Guinée?

En tout cas, depuis le 28 septembre 2009, les sanctions françaises, suspension de la réalisation des travaux de route, fermeture de l'école française et du centre culturel français..., sont des attitudes qui montrent l'implication profonde de la France dans la crise politique guinéenne. Et qui rappellent la rupture franco-guinéenne, suite à la victoire du oui pour l'indépendance nationale en 1958.   

Une analyse d'Alpha Soumah

Source : Guinée24
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article