Dégoût des apiculteurs après autorisation du Cruiser sur le colza

Publié le par Charlotte sceptix


PARIS – L’Union nationale de l’Apiculture française (Unaf) a fait état jeudi de son dégoût après la décision du ministère de l’Agriculture d’étendre l’autorisation du pesticide Cruiser au colza, affirmant qu’il s’agit d’un nouveau coup porté à nos abeilles.

Le ministère de l’Agriculture a délivré mi-mai une nouvelle autorisation de mise sur le marché à Syngenta pour un nouveau Cruiser pour le traitement des semences de colza, écrit l’Unaf dans un communiqué de presse.

C’est un de nos apiculteurs qui nous a rapporté cette information qu’on a mis du temps à confirmer, parce qu’aucune information officielle n’avait filtré, a assuré à l’AFP le président de l’Unaf, Olivier Belval.

Interrogé par l’AFP, le ministère de l’Agriculture n’était pas en mesure de réagir immédiatement.

C’est un nouveau coup porté à nos abeilles. Nous constatons avec dégoût le désintérêt du ministère pour notre cause et nous redoutons un printemps silencieux dans les plaines du colza, a déclaré M. Belval, dans le communiqué.

Le colza restait une des rares cultures non traitées d’un attrait majeur pour nos colonies d’abeilles, écrit l’Unaf.

Le pesticide incriminé est le Cruiser OSR qui contient deux fongicides et le thiaméthoxam, un insecticide qui inquiète particulièrement les apiculteurs car, selon eux, il se retrouve dans la sève et jusque dans les fleurs des plantes, et reste dans la terre pendant trois ans, contaminant les cultures suivantes.

Les autorisations de mise sur le marché du Cruiser, commercialisé par le groupe suisse Syngenta Agro, données en 2008 et 2009 par le ministère de l’Agriculture, ont été annulées par le Conseil d’Etat, qui a ainsi répondu aux plaintes déposées par des organisations d’apiculteurs et écologistes.

Le Cruiser, devenu illégal en 2010, a été remplacé par le Cruiser 350. C’est pour nous exactement le même produit, ce n’est qu’une pirouette juridique, a déclaré à l’AFP M. Belval.

Pour cette raison, l’Unaf a demandé auprès du Conseil d’Etat l’annulation des autorisations délivrées pour 2010 et 2011 pour le Cruiser 350, utilisé en enrobage de semence sur maïs.

(©AFP / 16 juin 2011 18h11)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article