Epidémies provoquées par les vaccins

Publié le par sceptix

Epidémies provoquées par les vaccins (info Artemisia)
La fabrication des « pandémies »
Dr A. True Ott, PhD, ND
23/08/09. (Notes et extraits)

En 1921 l’Amérique entrait dans une période de véritable prospérité. La grande guerre était
terminée, les usines travaillaient à plein rendement, les voitures étaient fabriquées en séries, les
millionnaires se multipliaient. Les gens étaient en bonne santé et heureux en grande partie
parce que la terrible maladie mystérieuse qui fut plus tard baptisée « grippe espagnole de 1918 »
était une chose du passé.
Deux années s’étaient écoulées sans que ne réapparaissent ces « morts mystérieuses ».
L’Amérique ne se priva pas de fêter la chose.
En fait, le public américain était si optimiste et heureux en 1921 que très peu de gens étaient
malades. Pour la première fois depuis des dizaines d’années les lits d’hôpitaux étaient
pratiquement vides !
La nouvelle et toute jeune Association Médicale Américaine créée par John D. Rockefeller juste
quelques années auparavant était véritablement inquiète. Les affaires dégringolaient.
Les bénéfices réalisés par la vente de vaccins et de médicaments s’effondraient. Il fallait faire
quelque chose et il fallait agir vite. Pour résoudre le problème on décida de créer de fausses
épidémies de variole afin de maintenir les « rentrées » de la mafia médicale.
C’est grâce à un groupe de citoyens lanceurs d’alerte de Kansas City, Missouri (dénommé « The
Advertiser’s Protective Bureau »), que nous savons aujourd’hui que ce plan monstrueux s’est
déroulé. Ce groupe de citoyens intentèrent un procès et poursuivirent en justice la Société Médicale
Jackson, filiale de l’AMA dans l’état du Missouri.
Dans le rapport officiel du « Protective Bureau » on peut découvrir ce qui suit au sujet de cet
affreux complot :
A l’automne 1921 la santé des citoyens de la ville était particulièrement bonne, mais pas tellement
idéale pour les médecins. Les membres de la Société Médicale Jackson se réunirent et décidèrent
de créer une épidémie dans la ville ; Selon les termes mêmes du rapport de cette réunion : « UNE
MOTION FUT DECIDEE ET APPUYEE EN VUE DE RECOMMANDER A LA COMMISSION SANTE DE
DECLARER UNE EPIDEMIE DE VARIOLE DANS LA VILLE (Les recherches ultérieures révélèrent qu’il
n’y avait aucun signe d’épidémie à cette époque, ni dans la ville, ni dans la région, ni dans l’état !).
Une journée spéciale, appelée « La journée de la vaccination » fut décrétée. Au cours de cette
journée de la vaccination, les médecins devaient se présenter dans toutes les écoles, cliniques,
bâtiments publics et hôpitaux pour vacciner « gratuitement ».
« IL FUT EN OUTRE RECOMMANDE D’AVOIR RECOURS A LA PLUS LARGE PUBLICITE POSSIBLE
POUR FAIRE COMPRENDRE QUE LA VACCINATION CONSTITUAIT UNE MESURE PREVENTIVE
CONTRE LA VARIOLE EN SOULIGNANT L’ABSOLUE NECESSITE QU’IL Y AVAIT A VACCINER CHAQUE
HOMME, CHAQUE FEMME ET CHAQUE ENFANT DE LA VILLE. »
Le « Protective bureau » a pu prouver devant le tribunal qu’AUCUNE EPIDEMIE N’EXISTAIT AVANT
LES VACCINATIONS !! Les rapports du tribunal montrent que la Société Médicale a fait fabriquer
d’énormes quantités de posters, de tracts, publier des annonces dans les journaux avec d’horribles
et atroces photos d’enfants malades couverts d’ulcères et de plaies ouvertes varioleuses. Le
message paniquant était clair : VACCINER TOUT LE MONDE ou subir la menace d’une maladie
mortelle. Il y avait, disait-on, une « épidémie ravageante » dans la ville ; la maladie était
« hautement contagieuse » et « frapperait tous ceux qui ne seraient pas vaccinés ». Voilà le genre
d’informations qui circulaient !
Est-ce que tout ceci ne vous paraît pas familier quelque 88 années plus tard ?
La suite ICI
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article