Espagne: Rajoy annonce de nouvelles mesures importantes de réduction du déficit

Publié le par Charlotte sceptix


MADRID - L'Espagne va prendre de nouvelles mesures importantes dans les prochains jours pour réduire son déficit public, a annoncé samedi le chef du gouvernement Mariano Rajoy, au terme d'une semaine de vives tensions autour de la stabilité financière de ce pays.

Dans les jours qui viennent, nous prendrons des décisions pour réduire le déficit public. Nous devons prendre de nouvelles (décisions) (...) en matière de réformes structurelles, dont certaines très importantes, a-t-il déclaré dans une allocution devant un groupe de réflexion conservateur.

Certaines mesures seront prises en juillet et d'autres plus tard, a précisé M. Rajoy.

Les inquiétudes concernant la situation financière de l'Espagne se sont accrues cette semaine, poussant ses taux d'emprunt à des niveaux dangereux.

Selon certaines informations rapportées par la presse locale, le gouvernement espagnol annoncerait des coupes la semaine prochaine pour réduire le déficit de plusieurs dizaines de milliards d'euros.

M. Rajoy devrait s'exprimer devant le parlement mercredi au sujet de l'énorme plan de sauvetage des banques espagnoles consenti le mois dernier par ses partenaires européens.

Le chef du gouvernement espagnol a exhorté les dirigeants européens à agir rapidement pour mettre en oeuvre l'accord auquel ils sont parvenus le 29 juin, qui prévoit d'autoriser les fonds de secours européens à venir en aide directement aux banques en difficulté.

Nous sommes parvenus à des accords importants, mais ce qui déterminera réellement leur succès, c'est la capacité de les transformer en réalités d'une manière rapide, souple et efficace, a souligné M. Rajoy.

L'Europe doit honorer ses engagements aussi rapidement que possible, a-t-il conclu.


(©AFP / 07 juillet 2012 18h17)Romandie news

 

 

==== LA PROPAGANDE EUROPÉISTE NE PREND PLUS ====
LES EFFETS « EUPHORISANTS » DU PRÉTENDU « SUCCÈS »
DU SOMMET EUROPÉEN DU 29 JUIN ONT DÉJÀ DISPARU.
LA SITUATION CONTINUE DE S'AGGRAVER.
=======================================
Le fameux « sommet européen de la dernière chance » du 29 juin 2012 n’a fait illusion que 2 jours.

Dès que les investisseurs internationaux ont compris que, malgré les mensonges éhontés de la presse des larbins (de type TF1 ou "Le Monde" en France), aucune décision réelle n'avait été prise (et ne pouvait être prise), les craintes sur l'état de délabrement de la situation espagnole et italienne ont repris le dessus.

En conséquence, les taux de refinancement de l’Espagne et de l’Italie exigés par les marchés financiers ont recommencé à exploser.

Ce graphique retrace l'évolution des taux des obligations à 10 ans sur l'Espagne et sur l'Italie au cours de la semaine.
[sources : http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND
et http://www.bloomberg.com/quote/GBTPGR10:IND]

-------------------
COMMENTAIRES
--------------------
Ces taux sont de nouveau intolérables pour l'Espagne et l'Italie. La situation nécessiterait donc des mesures très urgentes mais il n'y a rien en vue. En particulier, le MES - actuellement examiné par le Tribunal Constitutionnel de Karlsruhe - n'est pas prêt de fonctionner puisque, même si la Cour constitutionnelle allemande l'approuvait, il n'entrera pas en service au mieux avant 2013.

Il ne règlerait d'ailleurs rien du tout puisqu'il ne s'agit au fond que d'un tour de passe-passe qui consisterait à faire financer les dettes des banques espagnoles par de nouvelles dettes auprès des contribuables de la zone euro. Ce qui ne ferait de toute façon que repousser et aggraver les échéances, en élargissant le problème à toute l'Europe.

On a vu, ce vendredi 6 juillet, que les gouvernements de la Finlande et des Pays Bas sont d'ores et déjà résolus à ne pas laisser ruiner leurs peuples pour cette folie.

Et le gouvernement allemand, qui examine le désastre de très près, ne le laissera pas ruiner le peuple allemand.

Parmi les grands pays d'Europe encore solvables, seule la France semble résolue à accepter de bon cœur de ruiner son peuple.
Il est vrai que le quidam qui a été installé à l'Élysée par les forces qui verrouillent les médias n'a rien à leur refuser.

----------------
CONCLUSION
----------------
Ce week-end, il faudrait organiser le 20ème « sommet européen de la dernière chance » pour tenter de retarder encore un peu l'heure de vérité qui arrive.

Mais la propagande ne prend plus. C'est bien le Titanic « ZONE EURO » qui est en train de couler.

La seule question est : combien reste-t-il encore de mois, de semaines, ou de jours avant qu'un premier pays annonce brutalement sa sortie ?

FA
==
Photo : ==== LA PROPAGANDE EUROPÉISTE NE PREND PLUS ==== LES EFFETS « EUPHORISANTS » DU PRÉTENDU « SUCCÈS » DU SOMMET EUROPÉEN DU 29 JUIN ONT DÉJÀ DISPARU. LA SITUATION CONTINUE DE S'AGGRAVER. ======================================= Le fameux « sommet européen de la dernière chance » du 29 juin 2012 n’a fait illusion que 2 jours. Dès que les investisseurs internationaux ont compris que, malgré les mensonges éhontés de la presse des larbins (de type TF1 ou "Le Monde" en France), aucune décision réelle n'avait été prise (et ne pouvait être prise), les craintes sur l'état de délabrement de la situation espagnole et italienne ont repris le dessus. En conséquence, les taux de refinancement de l’Espagne et de l’Italie exigés par les marchés financiers ont recommencé à exploser. Ce graphique retrace l'évolution des taux des obligations à 10 ans sur l'Espagne et sur l'Italie au cours de la semaine. [sources : http://www.bloomberg.com/quote/GSPG10YR:IND et http://www.bloomberg.com/quote/GBTPGR10:IND] ------------------- COMMENTAIRES -------------------- Ces taux sont de nouveau intolérables pour l'Espagne et l'Italie. La situation nécessiterait donc des mesures très urgentes mais il n'y a rien en vue. En particulier, le MES - actuellement examiné par le Tribunal Constitutionnel de Karlsruhe - n'est pas prêt de fonctionner puisque, même si la Cour constitutionnelle allemande l'approuvait, il n'entrera pas en service au mieux avant 2013. Il ne règlerait d'ailleurs rien du tout puisqu'il ne s'agit au fond que d'un tour de passe-passe qui consisterait à faire financer les dettes des banques espagnoles par de nouvelles dettes auprès des contribuables de la zone euro. Ce qui ne ferait de toute façon que repousser et aggraver les échéances, en élargissant le problème à toute l'Europe. On a vu, ce vendredi 6 juillet, que les gouvernements de la Finlande et des Pays Bas sont d'ores et déjà résolus à ne pas laisser ruiner leurs peuples pour cette folie. Et le gouvernement allemand, qui examine le désastre de très près, ne le laissera pas ruiner le peuple allemand. Parmi les grands pays d'Europe encore solvables, seule la France semble résolue à accepter de bon cœur de ruiner son peuple. Il est vrai que le quidam qui a été installé à l'Élysée par les forces qui verrouillent les médias n'a rien à leur refuser. ---------------- CONCLUSION ---------------- Ce week-end, il faudrait organiser le 20ème « sommet européen de la dernière chance » pour tenter de retarder encore un peu l'heure de vérité qui arrive. Mais la propagande ne prend plus. C'est bien le Titanic « ZONE EURO » qui est en train de couler. La seule question est : combien reste-t-il encore de mois, de semaines, ou de jours avant qu'un premier pays annonce brutalement sa sortie ? FA ==
http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article