François Hollande enterre la France, et la politique, en 20 propositions

Publié le par sceptix

La politique c'est l'art de gérer les affaires humaines au sein d'une collectivité. Dans une collectivité souveraine, il y a peu de domaines que l'on s'interdit d'aborder. S'il est louable que des notions comme la déclaration des droits de l'Homme ou la Constitution s'imposent au législateur, cela laisse, dans la plupart des cas, de nombreux champs de décision.

 

Dans la France d'autrefois, avant le grand choc européen, le président de la République pouvait battre monnaie - faire financer les déficits publics en émettant de la monnaie, lever des taxes sur les produits importés, faire varier son taux de change ou décider d'une paité fixe. Toutes décisions réversibles en fonction des nécessités du moment et des opportunités.

 

Aujourd'hui, le président de la République peut expulser quelques camps de roms sous les yeux des caméras, mais guère plus. L'essentiel de sa politique lui est dicté par Bruxelles, qui applique des textes gravés dans le marbre d'un système dément.

 

François Hollande, qui se prépare pour être président de la République - peut-être n'en a-t-il pas la capacité, en tout cas il en a l'ambition - vient de publier ses 20 propositions pour la France.

 

On y lit nettement la soumission du personnage à cette vaste fumisterie européenne, tant il se glisse dans la peau d'un président potiche :

[...] lire la suite : la lettre volée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> Les propositions à quoi se reduit le "programme" Hollande (et dire que 31% des gens sont prêt à y voir leur salut !) montrent bien d'une manière cruelle à quel point François Asselineau a raison<br /> quand il dit :<br /> <br /> <br /> "En 1974, nous avions une démocratie vivante entre des partis qui s’opposaient pour de bon ; aujourd’hui, notre démocratie n’est plus qu’un fantôme.<br /> <br /> <br /> Bien entendu, je n’ignore pas qu’il y a toujours des partis politiques, des sondages, des campagnes électorales, des scrutins et des soirées électorales. Mais les conséquences concrètes de<br /> toute cette activité se sont peu à peu dissoutes dans l’insignifiance et l’ensemble donne désormais aux Français un sentiment de malaise, comme si tout cela tournait dans le vide. C’est ce qui me fait dire que nous ne sommes plus que dans une démocratie d’apparence. Beaucoup de Français le ressentent aussi.<br /> <br /> <br /> Comme ils pensent être élus et que leurs conseillers en « com’ » leur suggèrent d’afficher un air de gravité responsable, MM Sarkozy et Hollande font attention à ne pas faire des promesses<br /> qu’ils seraient contraints de renier le soir même du second tour. Or, même s’ils ne l’avouent jamais en public, ils sont les premiers à savoir qu’à peu près tous les choix stratégiques en matière<br /> économique, monétaire, budgétaire, sociale, diplomatique, militaire, ont été retirés aux Français au nom d’une prétendue modernité et d’un prétendu sens de l’Histoire. Ils savent pertinemment<br /> qu’ils ne seront que les exécutants de politiques fixées par une toute petite oligarchie, mises en forme par la Banque Centrale Européenne, la Commission<br /> européenne et l’OTAN.<br /> <br /> <br /> MM. Sarkozy et Hollande en sont donc réduits, par la force des choses, à faire étudier fiévreusement par leurs entourages respectifs quelles mesures un tant soit peu significatives ils<br /> pourraient bien mettre en avant pour paraître s’opposer entre eux. Autant dire que c’est la quadrature du cercle.<br /> <br /> <br /> D’où ce spectacle, à la fois cocasse et minable, de ces prétendus « grands candidats » qui ont limité leur ambition à n’être que des marionnettes de l’oligarchie et qui se disputent comme les eunuques d’un sérail. Ils s’insultent et<br /> montent en épingle des litiges de troisième catégorie, comme si l’avenir de la France dépendait d’un calcul d’assiette fiscal ou d’une déclaration<br /> à l’emporte-pièce sur l’euthanasie ou les radars routiers."<br /> <br /> <br /> http://www.u-p-r.fr/actualite/upr/entretien-avec-francois-asselineau-candidat-a-l-election-presidentielle-de-2012<br />
Répondre
P
<br /> <br /> très bonne analyse et très bon site "La lettre volée". Très bons commentaires aussi, on est en pays d'intelligence. Merci de nous le faire découvrir bichette....<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre