François Hollande et Stephen Harper préparent le G20 à l'Elysée

Publié le par Charlotte sceptix

jeudi 7 juin 2012 11h04
 

<p>François Hollande et Stephen Harper, à l'Elysée. Le Premier ministre Canadien , partisan de la rigueur budgétaire, et le Français, chantre de la croissance, se sont rencontrés jeudi à Paris pour préparer notamment le sommet du G20 de la fin du mois au Mexique. /Photo prise le 7 juin 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>

PARIS (Reuters) - Le Canadien Stephen Harper, partisan de la rigueur budgétaire, et le Français François Hollande, chantre de la croissance, se sont rencontrés jeudi à Paris pour préparer notamment le sommet du G20 de la fin du mois au Mexique. 

Les deux hommes, qui s'étaient déjà vus au G8 de Camp David le mois dernier, se sont entretenus à l'Elysée dans le cadre d'une visite de travail du Premier ministre canadien en France.

"Nous partageons ce double principe : nous devons avoir plus de croissance mais pour avoir plus de croissance, il faut aussi plus de stabilité, c'est ce qui sera discuté au G20", a déclaré François Hollande, seul à s'exprimer dans la cour du palais présidentiel après cet entretien.

Stephen Harper s'est prononcé ces derniers mois en faveur du sérieux budgétaire dans l'Union européenne, estimant que les dirigeants européens ne pouvaient se contenter de demi-mesures pour régler le problème de la dette souveraine de certains pays et s'inquiétant de la situation en Grèce avant les législatives cruciales du 17 juin dans ce pays.

"Les élections grecques vont décider de l'avenir de la Grèce (...) C'est à eux de se prononcer", a dit François Hollande.

"Ensuite, les Européens ont à travailler ensemble pour fournir un cadre de moyen terme pour déterminer ce que devront être leurs relations, ensemble, parce que nous sommes ensemble, solidaires. Plus de croissance, plus de stabilité, plus de maîtrise des flux financiers", a-t-il ajouté.

La préparation du sommet sur le développement durable de Rio, la situation en Syrie, en Iran et au Sahel ont aussi été abordés entre Stephen Harper et François Hollande.

Interrogé par un journaliste, le président français a refusé de se prononcer sur la révolte des étudiants québécois.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article