Grippe A/H1N1: le laboratoire GlaxoSmithKline retire un lot de vaccins au Canada

Publié le par sceptix

LONDRES — Le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline a annoncé mardi à Londres qu'il avait demandé au personnel médical du Canada de ne pas utiliser un lot de vaccin contre la grippe A/H1N1, de crainte qu'il ne déclenche des allergies qui pourraient s'avérer dangereuses.

Une porte-parole de GlaxoSmithKline, Gwenan White, a précisé que sa société avait fait cette démarche après avoir reçu des informations selon lesquelles un lot de vaccin contre la grippe A/H1N1 pourrait avoir provoqué plus de réactions allergiques que la normale.

Elle a ajouté que le lot affecté contenait 172.000 doses de vaccin. Elle n'a pas voulu dire combien de doses de vaccin avaient été administrées avant que le conseil d'arrêter de l'utiliser ait été donné.

Selon Gwenan White, GlaxoSmithKline a écrit aux responsables des services médicaux au Canada pour leur conseiller d'arrêter d'utiliser ce lot le 18 novembre. Elle a ajouté qu'un total de 7,5 millions de doses de vaccin avaient été distribués au Canada.

 

Grippe H1N1: des allergies graves au vaccin H1N1 de GSK au Canada (OMS)

24/11/2009-[12:20] - AFP - France-Info

GENÈVE, 24 nov 2009 (AFP) - Un nombre inhabituel de réaction allergiques "graves" au vaccin contre le virus H1N1 de la grippe pandémique a été enregistré récemment au Canada où un lot du groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline a été rappelé, a annoncé mardi l’Organisation mondiale de la santé.

 

 

Inquiétude au Canada après une série de réactions allergiques au vaccin contre la grippe A

Le Monde

Alors que les campagnes de vaccination ont démarré dans une quarantaine de pays, un nombre inhabituel de réactions allergiques "graves" au vaccin contre le virus grippal H1N1 a été enregistré récemment au Canada où un lot du groupe pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK) a été rappelé, indique l'Organisation mondiale de la santé.

"Les autorités canadiennes mènent les recherches" nécessaires pour établir les causes de ces allergies, indique un porte-parole de l'OMS, Thomas Abraham. Il a assuré que l'OMS ne changeait pas dans l'état actuel ses recommandations concernant les vaccinations à grande échelle, qui restent selon l'organisation le moyen le plus efficace pour lutter contre un virus jugé "vicieux". "Nous devons d'abord comprendre ce qui s'est passé au Canada", a insisté le porte-parole.

Le Canada est particulièrement touché par la première pandémie de grippe atypique du siècle qui a tué plus de 6 750 personnes dans le monde depuis son apparition au printemps. Le pays où, selon les dernières données de l'OMS, "la transmission grippale continue de s'intensifier sans montrer clairement qu'elle a atteint un pic", dénombrait près de 200 morts le 17 novembre. A cette date, les autorités sanitaires faisaient également état de 36 cas de réactions graves sur les 6,6 millions de personnes vaccinées, représentant environ un cinquième de la population du pays.

L'OMS est montée au créneau à plusieurs reprises pour contrer une suspicion répandue contre le vaccin H1N1 produit à vive allure sur ses ordres.
L'OMS a répété vendredi que les vaccins restaient "efficaces" et ce malgré des cas de mutations du virus enregistrés notamment en Norvège. Quant à la trentaine de décès signalés dans le cadre des vaccinations à grande échelle, rien ne permet, selon l'organisation, d'établir, pour le moment, un lien avec les vaccins. Un cas d'effet secondaire indésirable est rapporté pour 10 000 doses de vaccin administrées. Sur 100 effets secondaires indésirables, cinq sont sérieux, y compris un décès, avait alors expliqué une responsable de l'organisation onusienne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article