Haïti : la Floride refuse de payer la note pour les blessés

Publié le par sceptix

 
Adèle Smith - New York
01/02/2010 | 
«Les hôpitaux de Miami exigent des garanties de remboursement»
«Les hôpitaux de Miami exigent des garanties de remboursement» Crédits photo : AP

L'armée américaine a dû suspendre, mercredi dernier, les évacuations sanitaires de blessés en provenance d'Haïti au motif que ces derniers étaient jugés indésirables dans les hôpitaux américains.

Les vols d'évacuation de blessés haïtiens devaient reprendre lundi a annoncé, dimanche soir, la Maison-Blanche. Barack Obama mettait ainsi fin à un épisode embarrassant dans lequel la politique et les aberrations du système de santé américain s'étaient invités dans les opérations de secours. L'armée américaine avait dû suspendre, mercredi dernier, les évacuations sanitaires de blessés en provenance d'Haïti au motif que ces derniers étaient jugés indésirables dans les hôpitaux américains.

L'affaire a éclaté en Floride lorsque le gouverneur républicain de cet État, Charlie Crist, actuellement en campagne électorale, a demandé des garanties de remboursement des frais hospitaliers au gouvernement fédéral.

Le gouverneur dément avoir conditionné l'accueil des blessés à une assurance formelle de Washington, mais un porte-parole de l'armée a indiqué au New York Times que les hôpitaux de Miami refusaient depuis de soigner les blessés sans garantie de remboursement.

Les soins médicaux aux États-Unis sont notoirement coûteux. Des millions d'Américains meurent chaque année de maladies non soignées faute de couverture médicale. Dans le cas des victimes du séisme en Haïti, le coût de leur hospitalisation - généralement longue et pour des blessures graves - est estimé à des millions de dollars.

 

Procédures compliquées

Normalement, c'est le National Disaster Medical System, dépendant du ministère de la Santé, qui prend en charge les victimes de catastrophe naturelle. Mais le fait qu'il s'agisse dans la majorité des cas de citoyens haïtiens complique la procédure.

Samedi, seulement 34 dossiers avaient été avalisés par les autorités fédérales sur les quelque 500 blessés soignés en Floride depuis le séisme du 12 janvier. En attendant, ce sont les États, essentiellement la Floride, qui paient la facture.

Or la situation économique difficile du « Sunshine State » et la course plutôt incertaine du gouverneur Crist pour sa réélection face au candidat démocrate compliquent sa gestion d'une aide voulue par les autorités fédérales. Le gouverneur a fait savoir à Washington que les infrastructures médicales locales étaient «saturées».

Source : le Figaro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article