L'Afrique saignée à blanc par le FMI et les "fonds vautours"

Publié le par sceptix


"Les Amis du Congo Brazza"

Encore 750 millions d’euros pour le Libanais Mohsen HOJEIJ



 

Le 19 novembre dernier La Lettre du Continent dans une alerte destinée à ses abonnés annonçait que des créanciers continuaient de poursuivre l’Etat Congolais alors qu’il doit accéder au point d’achèvement de la clause PPTE.

Les Fonds vautours, confirme la même source, ont tous été réglés confidentiellement. 800 millions de dollars d’après le FMI après une décote de 65%. Ce qui signifie que la dette contentieuse s’élevait à environ 2,3 milliards de dollars. Le FMI ne donne aucune précision sur ce que les créanciers anglo-saxons auraient perçu du Congo. Les règlements ont été effectués avec une clause de confidentialité que les parties ont respecté jusqu’à maintenant.

Le Congo pouvait prétendre avoir trouvé la tranquillité après le paiement des Fonds vautours, mais l’article de la Lettre du Continent indique que deux autres créanciers se sont manifestés auprès du Fonds Monétaire International (FMI).

L’un est représenté par Maître BOURDON. L’autre, la société Commissimpex de Mohsen HOJEIJ, représentée par le Cabinet White and Case réclamerait dans une procédure arbitrale devant la CCIP (Chambre de Commerce Internationale de Paris) la somme astronomique de 750 millions d’Euros.

Lorsque l’on sait que le barrage en construction sur la Léfinie a coûté la modique somme de 200 millions de dollars (environ 140 millions d’Euros) on peut se demander raisonnablement, pour cinq fois le prix de ce barrage, qu’a pu réaliser  la société Commissimpex pour réclamer pareil montant ?

Après les effacements de dette rendus effectifs depuis quelques mois, il nous semblait que le montant résiduel sur lequel allait s’appliquer la clause PPTE tournait aux alentours de 3,5 milliards de dollars.

Comment alors expliquer qu’une seule société de Brazzaville détienne à elle toute seule environ 20% de la dette congolaise ?

Nous lançons un appel vibrant à tous les destinataires de ce message pour qu’ils nous disent ce que la société Commissimpex à bien pu réalisé au Congo Brazzaville pour réclamer la somme de 750 million d'euros c'est le prix de 10 Airbus A 380 ou 40 Airbus A320....

 

Nous Sommes le Congo !
C
essons d'Avoir Peur !
P
our un Etat de Droit au Congo !

"Chaque génération a le choix entre trahir ou accomplir sa mission"

Celui qui lutte peut gagner ! Celui qui ne lutte pas a déjà tout perdu

 

Patrick Eric Mampouya
http://mampouya.over-blog.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article