L’Union Européenne met 7.2 milliards sur la table pour l’aide aux pays en voie de développement.

Publié le par sceptix

Les Damnés de la Terre PDF Imprimer Envoyer
Communiqués

Nous n’attendons plus la réaction des partis politiques dits de gauche dans cette Europe. Ils ont montré leur limite depuis très longtemps. Cette soi-disant « aide à l’Afrique » répétée d’une manière permanente n’est qu’une farce. Vous le savez très bien, ce que vous donnez de la main droite, vous le récupérerez de la main gauche.

Mais où sont les économistes du monde ?  Pourquoi ne dénoncez-vous pas cette hypocrisie appelée « aide au développement » ? Comme vous le savez, l’Afrique vit à plus de 95% d’importation. Pour être plus clair et explicite : sur 10€ envoyés à Dakar, 9,50€ reviennent en Europe.

 

L’Afrique a besoin d’une volonté politique. Ce qu’elle détient en matières premières aucun des continents qui lui viennent en aide aujourd’hui, ne possède le 10ème. Mais revoyez les conditions politiques que vous lui avez imposées, exécutées par vos hommes sur place. La misère de l’Afrique est imposée de l’extérieur. 

Cependant, il m’est inconcevable de mettre toute la responsabilité de cette affaire sur le dos des politiciens étrangers. La plus grande responsabilité revient à ceux qui l’accepte : les africains eux-mêmes. Comme disait l’autre : « on ne peut réaliser ce que l’on ne peut pas imaginer », ils sont peut-être dans ce cas.

Donnez-moi l’exemple d’un pays européen qui accepterait d’être dirigé dans les mêmes conditions qu’un pays d’Afrique. Rappelez-vous, après les élections présidentielles, les vacances du Président Sarkozy chez son ami Bolloré, rappelez-vous le débat que ça a suscité dans ce pays. Accepteriez-vous que M. Sarkozy ait une, voire deux ou trois maisons à Londres ? Qu’il s’y rende, sans tambour ni trompette, pratiquement tous les mois, lui et sa famille, faire ses courses avec l’avion présidentiel, s’y faire soigner lui, les membres de sa famille et tout son entourage, que ses enfants aillent dans les universités de Londres, du Canada ou des Etats-Unis, que diriez-vous de cela ? Et pourtant, c’est ce qui se passe en Afrique. Pratiquement tous les chefs d’Etats africains ont vécu et continuent de vivre comme cela depuis la soi-disant indépendance. Avec leurs conditions financières de dirigeants de pays les moins riches du monde, ils vivent dans un luxe que les responsables des cinq pays les plus riches du monde n’oserait pas pratiquer. Est-ce que vous pensez que ces soi-disant chefs d’Etat vont sentir la nécessité de construire chez-eux des hôpitaux ou des universités ? La réalité nous confirme que Non !

Tous les aisés et leur famille sortent du continent pour se faire soigner et les enfants sont inscrits dans les universités françaises, canadiennes voire américaines. Le peuple trinque. Les aides soi-disant remises à l’Afrique sont mises dans les mains de vos représentants qui l’on toujours gérée d’une manière désastreuse et ne peuvent la gérer autrement, cela, vous le savez mieux que quiconque, puisqu’ils sont dépendants sur tous les plans, jusqu’au trognon.

 

Elle est horrible la lâcheté des hommes de gauche d’hier et d’aujourd’hui.

Après eux, nous indexons les économistes et intellectuels de ce monde, complices de ce massacre, ne venez pas nous dire demain, comme après les années 40, que vous n’aviez rien vu venir.

Cette injustice qui frappe les opprimés a bien des maîtres, des exécutants et des complices.  Ce qui est d’autant plus grave c’est que la crise est mondiale. Elle touche les opprimés du monde entier mais à des degrés divers. Je rencontre des damnés de la terre à Dakar comme à Morlaix, à Point-à-Pitre comme à Avignon. Il est temps de se ressaisir avant qu’il ne soit trop tard.

L’homme d’aujourd’hui est devenu égoïste et ne voit que ses intérêts immédiats, sans penser à l’autre ni aux lendemains, absence totale de morale et d’humanité.

 

Ce système capitaliste tire  à sa fin. Et comme l’histoire nous l’a appris, la fin est toujours douloureuse. Depuis un certain temps, tout le monde ressent cette chute sans fin, sans comprendre. Et le plus grave, c’est que nous sommes tétanisés, sans solution. Et faire semblant d’avancer tous les jours, comme des robots. La dégradation de notre civilisation est palpable. Et oui ! Regardez les gens qui dirigent le monde actuel.

 

Le cri du départ était pour l’Afrique mais je me demande si l’Afrique n’est pas la mieux lotie. Elle, qui a déjà tout subit depuis son existence. J’espère qu’elle résistera encore et saura sauver l’humanité.

Je demanderai aux opprimés du monde de ne jamais rendre un coup de pied à l’âne, c’est se mettre à son niveau.

Gardez espoir. Il y aura des jours meilleurs.

 

Je ne fermerai pas cette page sans dénoncer à une moindre échelle, l’exclusion et la mise à mort à petit feu d’une grande partie de nos co-citoyens appelés RMIstes. L’aide que l’Etat leur apporte soi-disant, ne sert qu’à reculer l’échéance de leur déchéance. Ils déclarent leur verser 400€ par mois et oublient l’impôt direct (TVA), que leur reste-t-il ? A peine 300€ pour tenir chaque mois. Vivent les restaurants du cœur ! Vous voyez comme ils donnent de la main droite et récupèrent de la main gauche, c’est ça le système.

Les Damnés de la Terre sont très inquiets car ils sont en première ligne. Ils vivent la réalité, partout. Ils n’ont pas les moyens de faire semblant.

 

La vie continue.

 

Au moment où j’écris ce texte, je pense à ceux qui sont dehors dans cette première vague de froid. Chaque année, rebelote.

 

Bamba Gueye Lindor,

13 décembre 2009

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article