La CIA, la grande muette du Proche Orient ?

Publié le par Charlotte sceptix


Bahar Kimyongür

22 juin 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

A en croire la plupart des analystes, observateurs, philosophes et autres experts en stratégie, la CIA serait inexistante au Proche-Orient et en Syrie en particulier. Ces milliers d'agents, d'informateurs, de mercenaires se seraient volatilisés comme par enchantement alors que le mouvement de résistance libanais Hezbollah ne cesse d'en découvrir dans ses rangs et autour de lui. D'ailleurs, accuser la CIA de vouloir déstabiliser la Syrie serait une thèse conspirationniste donc négationniste donc antisémite. N'essayez pas de comprendre, ces réactions névrotiques aiguës ont pour unique but de disqualifier ceux qui osent défendre la paix en Syrie.

 

Ce jeudi 21 juin, le New York Times a révélé un vieux secret de Polichinelle qui ne sera pas du goût de tout le monde.

D'après Eric Schmitt, la CIA acheminerait l'armement des pays du Golfe aux insurgés syriens depuis la Turquie, sans doute la province du Hatay où se trouve le gros des bataillons de l'Armée syrienne libre (ASL).

Ce trafic d'armes serait facilité par les Frères musulmans syriens, vous savez, cette formation politique internationale financée par la Rabita saoudienne (alias la Ligue islamique mondiale) et que les États-Unis soutiennent du Maroc à la Turquie pour contrer l'axe de résistance à l'Empire occidental et à Israël qualifié abusivement de « croissant chiite » (*).

On se souviendra que les États-Unis avaient honteusement menti en déclarant qu'ils se contentaient d'apporter une aide non létale.

La transmission d'image satellites permettant de localiser les troupes et leurs mouvements maintes fois évoquée par les agences de presse ne serait-elle donc pas en soi la preuve d'une participation militaire active et donc létale des États-Unis dans la guerre contre la Syrie ?

En attendant, cette prétendue révélation montre une fois de plus que les États-Unis, leurs alliés occidentaux, wahhabites, fréristes et salafistes n'ont jamais soutenu le plan de paix proposé par Kofi Annan ni le droit à la vie des citoyens syriens. Leur seule obsession : la conquête de Damas.

(*) Ce que les stratèges de l'OTAN appellent le Croissant chiite est soutenu au Proche et au Moyen-Orient par des forces laïques, sunnites, chrétiennnes, panarabes et communistes comme les différents partis Baath, le FPLP palestinien, le Courant patriotique libre de Michel Aoun, le Courant arabe de Chaker El Barjaoui etc.

 

Bahar Kimyongür, auteur de Syriana, la conquête continue, Ed. Investig'action et Couleur Livres, Charleroi, 2011

Source : Investig'Action

 

Lire aussi :

De la torture, en veux-tu en voilà

Bahar Kimyongür

A notre connaissance, jamais un bureau des droits de l’homme n’a occupé autant de place dans la (...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article