La connerie a encore de beaux jours devant elle

Publié le par sceptix






Hier, à Marseille, le match O.M-Paris St Germain est annulé pour cause de grippe A qui affecte trois joueurs. Aussitôt c’est l’émeute ! Des marseillais accusent : nous on est venu pour nous battre à mains nues, mais ces s… de parisiens nous balancent des chaises ! Bienheureux distinguo !

Ils ne réalisent pas, ces imbéciles, que toute cette agitation sert le pouvoir. D’abord en détournant l’énergie de ses administrés. Casser du PSG vaut mieux que de casser du sarkozyste, ensuite en se posant comme rempart de l’ordre et de la sécurité, ce qui permet de justifier la présence, toujours plus nombreuse, de CRS et de gendarmes un peu partout dans notre République.

Car ne nous y trompons pas, les bagarres à Marseille étaient parfaitement gérées par les forces de l’ordre. A défaut de match, on leur a concédé un peu de cette castagne qui peut rapporter gros à celui qui l’encadre.
C’est la gouvernance de la mise en scène.

Mise en scène de l’épidémie de grippe H1N1, à la dangerosité de laquelle de moins en moins de Français croient. Elle a permis au gouvernement sarkozyste une communication de tous les instants et de se poser en rempart infranchissable de ce mexicain de virus. Las, ce dernier a perdu force et vigueur et se languit sous nos latitudes. Un petit coup par ci, un autre par là, même pas capable de concurrencer la bonne vieille grippe classique de tous nos hivers.

En attendant, il y a 93 millions de vaccins (à peine testés !) dans les frigos et qui attendent les Français dont 82 % ne veulent pas entendre parler.

On pourra toujours les refiler à Obama qui en manque, de vaccins. On a la meilleure ministre de la Santé du monde ! La plus généreuse aussi ! Les laboratoires pharmaceutiques, qu’elle a gâvés, lui brûlent un cierge tous les jours, ce n’est pas la crise pour tout le monde, n’est-ce pas ?

Et puis, ils pourront toujours affirmer haut et fort, ces Messieurs-Dames les ministres, qu’ils ont tout fait, tout, absolument tout et que rien ne peut leur être reproché.

Gouvernance de la mise en scène !

Comme celle du rejeton Sarkozy qui, au journal de 20 heures, récite un texte. Le récite très bien même; on sent que les répétitions furent ardues. Qui se pose en victime expiatoire et se projette dans un avenir rayonnant et heureux. Il y avait du peplum romain là dedans, mais du romain de la décadence, une Rome que guette un incendie purificateur.

Bientôt à l’affiche : c’est quoi être Français ? Avec Eric Besson comme metteur en scène et, dans le rôle principal, vous l’aurez deviné,  Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, himself !

Voilà de quoi vivre d’exaltantes semaines rythmées par l’obsédante question : qui est plus Français que l’autre et qui ne l’est pas, quoi qu’il dise ?
Et dans le fond, si on se posait une autre question, la vraie: qui est le plus con, le plus cocu, le plus sodomisé trompé, dans cette machination ?
Et une autre: à la place d'un vaccin contre la grippe, ne pourrait-on pas trouver un vaccin contre la connerie ?
Mais là, je rêve, à supposer que cela soit possible, la connerie sert trop les pouvoirs. Elle a encore de très beaux jours devant elle.

Mes amis, l'avenir est bouché, il y a des remugles dégoûtants qui nous caressent les narines et annoncent les temps qui viendront.

Ce sera dur !

Source : le blog de Ali

 

A lire ses derniers articles

 

Publié dans mes blogs chouchous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article