La note de la Grèce menacée par le futur mécanisme de restructuration des dettes

Publié le par sceptix

Les Echos 03.12.2010

Standard & Poor's a placé la note de la Grèce sous surveillance négative, ce qui veut dire qu'elle peut l'abaisser dans les trois prochains mois.

 

Jeudi soir, l'agence de notation Standard & Poor's a placé la note de la Grèce sous surveillance négative, ce qui veut dire qu'elle peut l'abaisser dans les trois prochains mois. Aucun événement relatif au pays n'a motivé cette décision. L'agence a simplement voulu rendre compte des risques liés au « Mécanisme européen de stabilité », qui doit remplacer en 2013 les programmes actuels de gestion de la crise de la dette souveraine et permettra des restructurations ordonnées.

S&P craint que la Grèce ne soit à l'avenir obligée de faire appel à ce mécanisme. Bien qu'il ne soit encore qu'au stade de projet, le Conseil européen et les ministres de Finances de la zone euro ont déjà donné des pistes. S&P critique l'une d'elle : « nous pensons qu'assigner un statut de ‘créancier prioritaire' au futur mécanisme de prêt officiel pourrait menacer la capacité des détenteurs de dette non-officiels à être remboursés ». Ces derniers -autrement dit les investisseurs privés -se retrouveraient en position de créanciers « subordonnés ».

D'autre part, l'agence de notation s'inquiète de voir des motivations politiques prévaloir lorsqu'il s'agira de prendre la décision d'enclencher une procédure de restructuration. Cet avertissement de S&P fait écho aux inquiétudes des marchés financiers. Des réponses sont attendues lors du Conseil européen du 16 décembre.

ISABELLE COUET
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article