La ritournelle des retraites

Publié le par sceptix


 

 

Le gouvernement a décidé de remettre un couvert sur les retraites. On peut donc s’attendre à une série de chiffres apocalyptiques dans les médias paresseux.

Il y a donc un certain nombre de vérités que vous n’entendrez pas dans le débat.

D’abord notre « vieillissement ». Certes, l’espérance de vie française continue d’augmenter sans cesse. L’âge moyen des Français est déjà de 40 ans et on continue de gagner environ 3 mois d’espérance de vie chaque année. Mais qui vous dira que nous sommes le pays d’Europe à la démographie la plus dynamique, avec une population qui s’accroît de 1 million de personnes tous les trois ans ? QU’en 2030 nous serons plus peuplés que l’Allemagne et que nous aurons atteint un nouvel équilibre ? On va nous dire de travailler plus longtemps, mais qui nous dira que l’âge moyen de départ en retraite est aujourd’hui de 55 ans, conséquence de choix industriels datés. Pour « sauver » une « industrie » française, on a misé à l’excès sur la « compétitivité » de vieux métiers, en sacrifiant l’innovation. Que l’on est devenus ainsi le pays avec la meilleure productivité horaire mondiale (112 si n donne une base 100 aux Etats-Unis), mais avec l’un des taux de travail les plus faibles au monde (1/4 de la population totale). ¼ pressurés, épuisés, suicidés, en partie câjolés dans des grands groupes, en partie exposés dans des petites entreprises de sous-traitance. Et ¾ qui ne travaillent pas dont tellement qui le voudraient bien.

On nous parlera de responsabilité envers les générations futures. Mais qui nous dira qu’on a une génération de baby boomers qui profite à fond du système. Que jamais les retraités n’ont été aussi riches et que jamais plus ils ne le seront. Enfin, les hommes, parce que les femmes, elles, elles touchent leurs petites pensions de reversion… Et on ne nous dira donc pas que les flux se sont inversés et que ce sont désormais les retraités, en toute justice, qui devraient exercer un devoir de solidarité envers les plus jeunes. On vous le dira d’autant moins que ce sont eux qui ont élu Sarkozy…

On restera enfermés dans la fatalité française de financement des retraites par des prélèvements sur les salaires, et on ne touchera pas, j’en suis certain, aux revenus du patrimoine, aux géritages et aux bénéfices de la finance.

On nous dira tout ce qui fait peur, empêche de penser et favorise les sacrifices, en ne nous offrant aucune possibilité e réflexion globale sur une société ouverte et harmonieuse, soucieuse de justice entre les individus et les générations.

On nous parlera de tout ce qui servira à nous décider à travailler


- Anglade
Bétapolitique

Egalement Sur Bétapolitique :
Nos articles [rss]
Ocsena, 22 janvier 2010 09:46

Avertissement : L’Ocsena est un collectif critique qui, sur le plan théorique, considère l’humour comme l’arme heuristique et démocratique par excellence. Dans les faits, il peut se trouver que nous soyons très mauvais, mais tous les bons esprits reconnaissent par chance que c’est encore notre meilleur côté. (...)

UMP, zaz

Alain Gresh, 22 janvier 2010 08:15

Isaac Asimov, né en 1920 à Petrovitchi, en Russie, et mort en 1992 à New York, est l’un des plus grands auteurs de science-fiction. Il est notamment le père du cycle Fondation et du cycle des Robots. Il a écrit une autobiographie, Moi, Asimov, parue chez Denoël en 1996. Il y évoque notamment ses origines juives et la (...)

Antisémitisme

Poolp1, 22 janvier 2010 07:51

Poolp diffuse le courrier adressé en décembre dernier à M. Mingus, Directeur général du CNRS par un chercheur qui a souhaité conserver l’anonymat. [à ] M. Arnold MIGUS Directeur Général CNRS, 3 rue Michel-Ange 75794 PARIS cedex 16 Monsieur le Directeur Général, J’accuse bonne réception de votre lettre de la semaine (...)

Recherche

JBB, 22 janvier 2010 07:50

Il est désormais la figure de proue du capitalisme moralisé ! En un geste d’un désintéressement admirable, Henri Proglio a balancé 450 000 € par la fenêtre, tirant un trait sur son salaire chez Veolia pour se contenter des miettes qu’EDF lui concède. Un geste d’autant plus remarquable qu’il donne l’apparence de mettre fin (...)

Henri Proglio

Nouvel Hermès, 22 janvier 2010 06:30

Proglio petit lieutenant d’un régime qui fait penser à un clan mafieux, parce que opaque, affairiste, fermé, propriétaire de l’économie, des médias et du « culturel pipolisé » ? Pas plus que la petite centaine de cols blancs argenté qui se partagent les postes d’administrateurs de la moitié des entreprises du CAC 40. (info (...)

Rachida Dati, Henri Proglio

Rébus, 21 janvier 2010 18:45

Il y a des jours où la vie de grand patron français est dure, doublement dure quand ce même grand patron voit, malgré son infinie compétence ( dixit les Woerth, Lefebvre et autres marionnettes médiatiques ), son train de vie être amputé de 450 000 euros. 450 000 euros pour vous ça veut dire beaucoup, mais pour Henri (...)

Lutte des classes

Nonfiction, 21 janvier 2010 17:40

A bien y regarder l’étranger apparaît par les temps qui courent comme une donnée familière, de par son usage omniprésent dans le discours courant, sa dissémination et son inscription dans la parole médiatique, rien de plus familier que cette donnée de fait, il y a de l’étranger, des étrangers. C’est sous l’égide de ce (...)

Lectures

Frédéric Lordon, 21 janvier 2010 13:06

Table des matières Les miracles de la liquidité…… et ses aberrations Pour un fixing mensuelCe qu’investir veut dire Il faut reconnaître d’emblée qu’évoquer un « fléau », nuisance de forte taille, généralement bien identifiée du sens commun – peste, choléra, algues vertes, droite sarkozyienne – à propos d’une obscure (...)

Finance

guillaume, 21 janvier 2010 11:30

Il paraît régulièrement en France de mauvais livres sur le Japon. Cette situation s’explique sans doute par la conjonction d’au moins trois facteurs : la méconnaissance généralisée de l’histoire japonaise, y compris dans les cercles les plus cultivés, voire savants, de l’hexagone, pour qui le monde non occidental constitue (...)

Japon

Nonfiction, 21 janvier 2010 10:00

La lâcheté serait-elle la chose du monde la mieux partagée ? se demandera-t-on après avoir lu Wassyla Tamzali. Dans son livre paru en octobre 2009, Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés, la féministe algérienne constate l’incapacité des intellectuels et politiques européens à penser les questions de la (...)

Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article